Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 17:18

Le consensus Vs le hadîth de la shafâ’a

(Partie 3)

L’immense Miséricorde d’Allah

Allah (I) révèle : [Allah s’est imposé à Lui-même d’être Miséricordieux].[1] [Dis : ô Mes serviteurs qui avez été négligeant envers vous-mêmes, ne désespérez pas de la Miséricorde d’Allah].[2] Un autre Verset fait dire à Ibrahim, l’Ami d’Allah (r) : [Il dit : mais qui, en dehors des égarés peut désespérer de la Miséricorde de Son Seigneur].[3] Ya’qûb également, est l’auteur des paroles : [et ne désespérez pas de l’Esprit d’Allah, car seuls les infidèles peuvent désespérer de Son Esprit].[4]

[tandis que Ma Miséricorde s’étend sur toute chose. Je vais la décréter à mes pieux Serviteurs, ceux qui versent la zakât (l’aumône légale ndt.) et qui donnent foi à nos Versets Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré].[5]

[et s’ils te traitent de menteur, alors dis-leur : Votre Seigneur détient une Miséricorde immense ; mais rien ne saurait repousser Sa rigueur qui s’abat contre le peuple criminel].[6]

• D’après el Bukharî et Muslim, selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Allah divisa la Miséricorde en cent parties ; Il en retint quatre vingt dix-neuf auprès de Lui, et Il en descendit une seule sur terre. C’est avec celle-ci que les créatures se font miséricorde entre elles. C’est ce qui pousse la bête à lever son sabot pour éviter son petit. »[7]

Muslim rapporte une version de Salmân disant notamment : « Chaque Miséricorde est aussi vaste que l’espace entre le ciel et la terre. » Il précise également : « Le Jour de la résurrection, celle-ci complètera leur nombre. »[8]

• Selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Lorsqu’Allah fit la création, Il écrivit dans un livre qui se trouve auprès de Lui au-dessus du Trône : « Ma Miséricorde devance Ma Colère. » »[9]

• « Soyez miséricordieux envers ceux qui sont sur terre et vous aurez droit à la Miséricorde de Celui qui est au ciel. »[10]

• « Mon Seigneur Tout-Puissant m’a fait la promesse de faire entrer au Paradis soixante-dix milles membres de ma communauté sans qu’ils ne reçoivent ni compte ni châtiment. Pour milles d’entre eux, il y en aura soixante-dix milles de plus, et auxquels seront ajouté trois poignés des Mains de Mon Seigneur Tout-Puissant remplis de fidèles. »[11]

• Selon Abu Huraïra (t), j’ai posé la question au meilleur des hommes : « Messager d’Allah, qui sont les bienheureux qui joueront de ton intercession ?

  • Tous ceux qui disent sincèrement du fond du cœur qu’il n’y a de dieu qu’Allah seront les bienheureux qui joueront de mon intercession le Jour de la résurrection. »[12]

• Le Messager d’Allah (r) a dit : « Le Jour de la résurrection, un groupe de musulmans viendra avec une montagne de péchés, mais Allah les leur pardonnera et les fera endosser aux juifs et aux chrétiens. »[13]

• Le recueil de Muslim nous apprend que les mécréants prendront symboliquement la place des musulmans en Enfer. Au moment de l’échange, il sera annoncé à chaque heureux élu : « Voici celui qui prendra ta place ! »[14] Tous les croyants exultent à l’idée qu’ils seront libérés des chaines de l’Enfer. Shâfi’î (t) et ‘Omar ibn ‘Abd el ‘Azîz (t) soulignaient à propos de cette immense nouvelle : « Ce hadîth est le plus grand porteur d’espoir pour les musulmans, car il annonce que chacun d’entre eux sera libéré de l’Enfer. »

Les catégories d’individus qui entreront au Paradis

Mohammed ibn Mohammed ibn Mahmûd el Manbijî, un savant hanbalite du 9ième siècle de l’Hégire et qui fut très influencé par ibn Taïmiya, établit : « Le Paradis incarne Sa Miséricorde et l’Enfer incarne Sa Colère. Plusieurs annales confirment qu’Il remplira l’Eden de nouvelles créatures, en plus de celles qui seront passés par un séjour en Enfer. Il y aura également la présence de ceux qui auront profité des bonnes actions de leurs parents. Les derniers arrivants n’auront accompli le moindre bien sur terre. L’un des points qui témoignent de l’étendu de la Miséricorde divine, c’est qu’aucun innocent ne brûlera en Enfer. »[15]

Cette miséricorde est tellement vaste qu’aux dires de plusieurs exégètes, Pharaon lui-même aurait pu en bénéficier. Jibrîl confie en effet au Loyal : « Mohammed, si tu m’avais vu au moment où j’ai rempli de boue la bouche de Pharaon pour l’empêcher de prononcer un mot qui lui aurait valu la Miséricorde divine. » Gabriel, L’Archange messager qui est au premier rang de la hiérarchie des créatures du monde supérieure, était conscient que la Clémence du Tout-Puissant était sans limite. Elle faillit envelopper un tyran qui poussa à leur extrême les limites de l’insolence dans sa célèbre déclaration : [C’est moi votre seigneur Tout-Puissant].[16]

En outre, plusieurs hadîth nous enseignent que les enfants restés à l’état de nature auront leur part de bonheur dans l’au-delà. Les savants et plus particulièrement les exégètes n’ont pas une opinion uniforme sur le sens donné à la fitra… Ce qui nous intéresse ici, c’est qu’en mourant avant l’âge de raison, on garde une nature saine encline au monothéisme et à la soumission à l’Être supérieur. Le Paradis est donc promis à tous ceux répondant à ce signalement sans qu’ils n’aient accompli la moindre bonne action, mais par un simple effet de la Miséricorde divine : [C’est là la grâce d’Allah qu’il accorde à qui Il veut en sachant que Sa grâce est immense].[17]

Ils s’inspirent également de l’interprétation que le Prophète (r) fit de son rêve en disant notamment : « Le grand homme qui se tenait au milieu du jardin n’est autre qu’Ibrahim – paix à lui –, et les enfants autour de lui regroupaient tous ceux qui sont morts à l’état de nature.

  • Messager d’Allah, mêmes les enfants des païens ?
  • Oui, mêmes les enfants des païens. »[18]

Une version nous enseigne : « Le vieil homme au pied de l’arbre, c’était Ibrahim, et les enfants autour de lui regroupaient tous ceux qui sont morts en bas âge. » [19] Ces textes ne parlent pas de toutes les âmes, mais uniquement de celles des enfants morts avant la puberté.

Ainsi, on peut rentrer au Paradis sans actes

Sachons que le crédo traditionaliste véhiculé par les anciens et les modernes édifie le fondement selon lequel le monothéiste ira au Paradis d’une façon ou d’une autre. S’il est exempt de tout péché, il y entrera directement sans passer par un séjour en Enfer. Parmi ce type d’individu, nous avons :

  • le mineur,
  • le majeur atteint d’une maladie mentale,
  • le fautif acquitté d’un repenti sincère qui ne souffre d’aucune irrégularité (tous les péchés en partant de l’association), et qui n’est suivi d’aucune récidive,
  • l’enfant qui grandit dans l’Islam sans ne commettre le moindre péché.

L’auteur d’un grand péché et les désobéissants musulmans en général qui ne se repentent pas jusqu’à la mort sous laissés à la Volonté d’Allah ; il peut les soumettre à un châtiment dont la durée sera fonction de la gravité du péché, voire en fonction de son plein gré, et les faire ensuite entrer au Paradis ; comme il peut les pardonner d’entrée et les épargner de l’Enfer. Quoi qu’il arrive, aucun monothéiste n’éternisera en Enfer.[20]

Règle extraordinaire

Un hadîth nous apprend qu’Allah mettra Son Pied dans la Géhenne pour lui éteindre son ardeur, et Il créera des créatures pour combler le Paradis.[21] Ibn Taïmiya tire de tous ces éléments une règle extraordinaire disant que :

  1. On peut entrer au Paradis sans acte.
  2. On n’entre en Enfer qu’à cause de ses actes.
  3. Seules les créatures du monde terrestre seront jetées en Enfer, contrairement au Paradis qui accueillera de nouvelles créatures.[22]

C’est exactement l’explication du propos prophétique : « Ma Miséricorde devance Ma Colère ! » Et, selon une version : « Ma Miséricorde domine Ma Colère ! »[23]

À suivre…

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

[1] Le bétail ; 12

[2] Les groupes ; 53

[3] Le hijr ; 56

[4] Yûsaf ; 87

[5] El A’râf ; 156-157

[6] Le bétail ; 147

[7] Rapporté par el Bukhârî (6000), et Muslim (2752).

[8] Rapporté par Muslim (2753).

[9] Rapporté par el Bukhârî (3194), et Muslim (2571).

[10] Rapporté par Abû Dâwûd (4941), et e-Tirmidhî (1924), selon ‘Abd Allah ibn ‘Amr – qu’Allah les agrée son père et lui –.

[11] Rapporté par Tirmidhî (2437), et ibn Mâjah (4286) ; Sheïkh el Albânî l’a authentifié dans sahîh el jâmi’ (7111).

[12] Rapporté par el Bukhârî (99).

[13] Rapporté par Muslim (2767).

[14] Rapporté par Muslim (2767).

[15] Mukhtasar tasliya ahl el masâib p. 102-103

[16] Les anges qui arrachent l’âme ; 24 ; Pour plus de détails sur les conditions de la mort de Pharaon, voir l’exégèse du Verset : [C’est maintenant que tu reviens vers Nous, alors qu’avant, tu ne faisais que te rebeller et semer la corruption] [Yûnas ; 91].

[17] Le fer ; 21

[18] Rapporté par el Bukhârî (7047).

[19] Rapporté par el Bukhârî (1386).

[20] Mukhtasar tasliya ahl el masâib p. 103

[21] Rapporté par el Bukhârî (6661), et Muslim (2848).

[22] Majmû’ el fatâwâ (8/401).

[23] Rapporté par el Bukhârî (3194), et Muslim (2751).

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab
commenter cet article

commentaires