Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 22:25

Le comble de l’injustice : faire passer l’Albani pour un savant du kalâm ou sous influence du kalâm !

(Partie 1)

Louange à Allah le Seigneur de l’Univers ! Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et tous ses Compagnons !

Allah (I) révèle : [Annonce la bonne nouvelle aux musulmans patients À ceux qui implorent, quand le malheur les touche : nous sommes à Allah et c’est vers Lui que se fera notre retour C’est sur ceux-là qu’Allah étendra Sa Miséricorde et Ses prières, et ceux-là sont les bien guidés].[1]

[Cherchez un soutien dans la patience et la prière qui est ressentie comme un fardeau par tout le monde en dehors des fidèles totalement dévouées à Dieu].[2]

[Patiente face au décret de Ton Seigneur, et dis-toi que tu es constamment sous Nos yeux][3] ; [Ô croyants, usez de patience et d’endurance, surveillez l’ennemi, craignez Dieu, et vous aurez le succès][4] ; [Ô croyants, trouvez votre aide dans la patience et la prière, car Allah est avec les patients][5] ; [Nous allons vous éprouver pour savoir lequel d’entre vous prendra les armes et s’armera de patience, et pour voir comment vous réagirez].[6]

Le Coran insiste sur les bienfaits de la patience : [mais, quand on en a la force, il y a un plus grand intérêt à patienter].[7] La patience associée à la piété est la recette idéale pour déjouer tous les complots ennemis : [Si vous faites preuve de patience et de piété, alors leur manœuvre ne pourra vous nuire en rien, car Allah cerne parfaitement leurs agissements].[8]

Sheïkh el Islâm ibn Taïmiya : « La patience face au mauvais destin est obligatoire à l’unanimité des grandes références de la religion, mais là où il y a une divergence, c’est sur l’obligation d’en éprouver de la satisfaction. » Fin de citation.

Le Prophète (r) a dit : « … la patience est une lumière… »[9]

« Allah offre la patience à celui qui la réclame, et on ne peut espérer meilleur cadeau que la patience. »[10]

El Fudhaïl ibn ‘Iyâdh, en commentaire au Verset : [Ils leur diront : Entrez en paix dans la demeure éternelle qui est le prix de votre patience, et soyez-y bienheureux][11] : « Ils ont le double mérite d’avoir patienté face aux obligations religieuses et face aux interdits. »

‘Alî ibn ‘Abî Tâlib : « La patience est à la foi ce que la tête est au corps, quand on la coupe, tout le reste se détériore. » Puis, il s’exclama d’une voix plus forte : « Sans patience, on ne peut avoir la foi ! »

‘Omar ibn ‘Abd el ‘Azîz : « Allah peut reprendre un bienfait à l’un de ses serviteurs, mais en lui offrant, en compensation, l’arme de la patience. En définitive, il fait une bonne affaire ! »

El Hasan el Basrî – qu’Allah lui fasse miséricorde – : « Il y a deux douleurs que l’homme ingurgite et qu’Allah préfère plus que tout quand il réagit dans le bon sens : un malheur amer et douloureux qu’il accueille dans la patience et le réconfort ; une colère qu’il refreine et qu’il transforme en compassion. »

Introduction

Depuis de longues années, j’attendais que cet argument pénètre les rangs francophones, mais jamais je n’aurais pensé qu’il vienne par le biais d’un salafi, bien qu’en ces temps qui courent, il ne faut plus s’étonner de rien. Un argument qui passe de mains en mains, de thèses universitaires en thèses universitaires, de forum en forum, sans que personne ne remarque son impertinence, ni ne voit de quoi il en retourne réellement, lâ takûnû imma’a !

C’est en tout cas, tout le mal que je leur souhaite, car, sinon, cela voudrait dire qu’ils le véhiculent en tout âme et conscience, et le plus doux des deux est déjà très amer :

Toi, si tu ne le savais pas c’est déjà un malheur

Mais tu le savais, alors c’est encore pire

Selon ce raisonnement, il est tout à fait possible d’aimer le hadîth et d’en faire sa spécialité tout en sombrant dans l’irja. En cela, Sheïkh el Albani n’échappe pas à la règle, même si nous lui accordons des circonstances atténuantes au vue de son rang, sa notoriété, de ses énormes travaux, et de ses efforts immenses dans la défense de la sunna. Pour appuyer cette idée, ils s’inspirent d’un passage d’ibn Taïmiya que nous reproduisons ici : « Beaucoup, parmi les modernes, ne font pas la distinction entre le discours des anciens et celui des murjites et des jahmites. La raison est que bon nombre de leur maitre à penser qui, en réalité, rejoignent dans le domaine de la foi, la pensée jahmites et murjites, mélangent entre eux. Au même moment, ils encensent les anciens et les traditionalistes, et ils s’imaginent qu’ils ne font que conjuguer entre le crédo soutenu par leurs semblables et le crédo orthodoxe. »[12]

Conclusion imparable : Sheïkh el Albani est un traditionniste (ils encensent les anciens et les traditionalistes), mais cela ne l’exclut pas pour autant de la pensé murjite (en réalité, rejoignent dans le domaine de la foi, la pensée jahmites et murjites), bien qu’en apparence, il s’accorde avec le discours orthodoxe.

Sauf qu’ibn Taïmiya parle de plusieurs individus : Abû el Hasan, le fondateur éponyme de la secte (notamment dans la question de l’istithnâ), le second fondateur el Baqillânî (dans la distinction entre l’islâm et l’îmân), et des néo-hanbalites tel qu’el Qâdhî Abû Ya’lâ (dans le domaine du takfir), voire ibn ‘Aqîl dans une moindre mesure. Leur dénominateur commun, comme nous allons le voir, est que tous se revendiquent de l’Imâm Ahmed, alors que, paradoxalement, tous sont sous influence du kalâm, de façon directe ou non. Je vais en faire la démonstration, dans les lignes qui suivent, sous forme de points, qui sont au nombre de neuf wa bi Allah e-tawfîq :

1- La classification ancien/moderne

Déjà, d’un point de vue purement formel, il existe beaucoup de confusion sur l’époque à qui renvoie le phonème « ancien ». Beaucoup l’utilisent pour désigner des savants qui ne sont pas contemporains, ce qui est une grossière erreur méthodologique, même s’il est toléré de le faire par condescendance, comme nous allons le voir, sauf que le débat scientifique mérite une certaine rigueur, ne serait-ce que pour éviter de prêter son flanc à ses adversaires. Toutes les disciplines scientifiques ont recours à ce vocabulaire, même chez les non musulmans. Au 13ième siècle de l’Ère chrétienne, Thomas d’Aquin l’employait dans ses débats scolastiques.

Pour les musulmans, notamment les traditionalistes, il a une connotation bien spéciale.

D’un point de vue linguistique : salaf est le pluriel de sâlif qui signifie prédécesseur. Les salaf correspondent donc à l’ensemble des prédécesseurs comme dans le Verset : (Nous en avons fait des prédécesseurs et un exemple pour les générations suivantes).[13]

El Baghawî explique au sujet de son exégèse : « ... les salaf représentent les générations précédentes ; Nous les avons fait venir en premier afin que les générations suivantes tirent des leçons et prennent exemple sur eux. » Ibn el Athîr a dit quant à lui : « Les salaf de quelqu’un sont les personnes qui l’ont précédé dans la mort parmi ses ancêtres et sa famille. C'est pourquoi les gens de la première époque parmi les successeurs des Compagnons furent appelés les salaf e-sâlih (les pieux Prédécesseurs). »

D’un point de vue terminologique :

Plusieurs définitions terminologiques ont été proposées pour cerner ce terme, dont les suivantes qui sont les plus importantes :

  1. Il correspondrait aux Compagnons exclusivement.
  2. Ou bien aux Compagnons et à leurs successeurs (tâbirûn).
  3. Ou encore aux Compagnons, à leurs successeurs, et aux successeurs des successeurs (tâbirû e-tâbi’în).
  4. Il correspondrait aussi aux générations avant le cinquième siècle (de l’Hégire). Les partisans de cette opinion prétendent que cette tendance (les salaf) est délimitée dans le temps à une période déterminée sans pouvoir la franchir. La pensée islamique aurait évolué ensuite sous la conduite de ses adeptes.

Or, est-il suffisant pour comprendre le terme salaf de le définir à travers des périodes déterminées dans le temps ? Si l’on conçoit que ce terme est synonyme, d’un point de vue temporel, aux trois premières générations comme le dénotent les hadîth délimitant l’âge d’or des musulmans, doit-on ainsi considérer toute personne ayant vécu dans cette période comme un modèle parmi les anciens ?

Nul doute que la réponse est non et que cette conception est erronée ! Bon nombre de sectes en effet ont vu le jour au cours de cette période. L’éloignement dans le temps n’est donc pas suffisant pour déterminer le concept de salaf. Il est néanmoins primordial de lier à l’élément temporel, un autre critère et non des moindres. Autrement dit, il est impératif de concorder avec les textes du Coran et de la sunna dans la réflexion. En ayant une pensée qui s’oppose au Coran et à la sunna, on ne compte pas dans le cercle des salafîs, bien qu’on ait pu vivre au sein des Compagnons ou de leurs successeurs.[14]

Ainsi, la présence d’un individu quelconque à cette époque ne suffit pas pour juger de son adhésion à la tendance des anciens. Il doit en plus de cela être fidèle au Coran et à la sunna dans ses paroles et ses actes, soit être conformiste non innovateur ! C’est pourquoi bon nombre de savants précisent en désignant les anciens : les salaf e-sâlih (les pieux Prédécesseurs).

L’Imam e-Saffârînî a dit : « La tendance des anciens comprend : le chemin des nobles Compagnons (y), de l’élite parmi leurs fidèles successeurs, de leurs successeurs, et des grandes références de la religion reconnues comme telles. Ils sont connus pour la place illustre qu’ils occupent au sein des musulmans ; leurs paroles se sont propagées de génération en génération. Tous les individus coupables d’avoir innové dans la religion ne comptent pas dans leurs rangs. Ceux-là mêmes qui se distinguent par de mauvaises appellations à l’exemple des kharijites, des râfidhites, des qadarites, des murjites, des jabarites, des jahmites, des mu’tazilites, des karrâmites, etc. »[15]

À suivre…

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

http://www.mizab.org/

[1] La vache ; 155-157

[2] La vache ; 45

[3] Le mont Tûr ; 48

[4] La famille d’Imrân ; 200

[5] La vache ; 153

[6] Mohammed ; 31

[7] Les abeilles ; 126

[8] La famille d’Imrân ; 120

[9] Rapporté par Muslim (223).

[10] Rapporté par el Bukhârî (1469).

[11] Le tonnerre ; 24

[12] Majmû’ el fatâwâ (7/364). Un frère arriviste, dont le zèle n’a d’égal que la témérité, utilise ce passage qu’il a probablement traduit par ses soins, avant de faire le commentaire : « Ibn taymia nous sort du dilemme "comment tel savant qui défend tant la sounnah peut il avoir des avis de mourjia ? » Il y a plusieurs remarques à faire sur ce passage, notamment, déjà, sur la forme, il s’agit de la page 364, non 394 (sûrement une erreur de frappe ce qui est courant). En outre, il a traduit mutaakhkhilîn par « savants actuels », ce qui est une grossière erreur, comme va le démontrer l’article qui se charge également de réfuter le reste.

[13] L’ornement ; 56

[14] Voir : Wasatiya ahl e-sunna baïna el firaq du Docteur Mohammed Bâ karîm (p. 96-101) dont nous avons légèrement modifié l’extrait. Précisons que cet ouvrage est très intéressant.

[15] Lawâmi’ el anwâr (1/20).

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab
commenter cet article

commentaires

Susek 16/07/2015 05:18

Salam mon frère,

Ce fut intéressant et instructif à lire même si je suis loin de partager tes points de vue. Mais comme je t'aime en Allah, je continue de te lire même si je ne suis pas sur la même tendance de l'islam que toi.

mizab 16/07/2015 14:14

Wa 'aleikom salem wa rahmat Allah wa barakatuhu !

Ahabbaka Allah eldhi hababtani fihi !

Je pense t'avoir reconnu, et si c'est le cas, je suis heureux de prendre de tes nouvelles en ces jours bénis !

Qu'Allah nous montre la vérité à tous !

Saffoine Ibn Galal 13/04/2015 13:13

J'avais pris le soin d'observer si - justement - cette parole d'Ibn Taymiyya ne venait pas commenter le texte qui l'a précédée, et cela n’émergeait pas.

Si c'est le cas - comme l'affirme mon frère en Allah - il serait bon de le préciser. Par exemple dire : "Ibn Taymiyya dit en commentaire de ce verset..." ou quelque chose du genre.

Et Allah est plus savant.

mizab 13/04/2015 13:28

Oui, je suis entièrement d'accord, baraka Allah fik !

Mais comme je l'ai dit, je n'ai fait que reprendre dans l'ordre les textes que j'avais traduits sur le sujet, et si la parole d'ibn Taïmiya n'est pas directement le commentaire du texte précédent, il touche au même sujet ou a été pris dans le même chapitre, si ma mémoire est bonne !

En outre, comme expliqué, je ne suis pas en train de faire une étude sur la patience et qui mérite une rigueur méthodologique, mais un avant-propos moralisateur et qui joue sur la cordes sentiments, aux dépens de la rigueur, wa Allah a'lam !

En tout cas, tes remarques fructueuses sont le bienvenue, jazaka Allah kheir !

mizab 13/04/2015 12:43

Wa 'aleïkom salem wa rahmat Allah !

Ahabbaka Allah eldhi hababtani fihi !

Jazaka Allah kheïr pour tes nobles efforts !

Je suis entièrement d'accord avec ta remarque, j'y ai pensé, mais en fait, je ne suis pas en train de définir la patience, j'ai regroupé tous les textes que j'avais traduit dans un livre sur le sujet, et j'ai voulu les organiser comme tu le proposes, mais en fait, la citation d'ibn Taïmiya vient en explication du texte précédent, et ne vient pas s'insérer entre les Versets et la hadith !

Wa Allah a'lam !

Waffaqaka Allah li kulli kheir !

Saffoine Ibn Galal 13/04/2015 12:05

As-Salâm aleikom wa rahmat Allah,

Certes, nous sommes navrés que cette "pensée" se soit véhiculée en France ( ! ) J'ai moi même prévu de rédiger un écrit sur ce sujet, mais j'attends le moment propice, car - au passage - je serai contraint de "dévoiler" certaines "vérités" qui ne vont pas plaire à "certains".

A l'occasion, mon frère en Allah que j'aime en Allah, si je peux me permettre d’émettre une remarque (sur la forme) :

Au début de ton article, tu évoques plusieurs versets, puis tu les fais suivre par une parole d'Ibn Taymiyya. Ensuite, tu évoques des hadiths et des paroles de salafs et de savants anciens.

Mon frère en Allah aurait du - et Allah est plus savant - évoquer les hadiths de notre prophète (salla Allah-u 'alayhi wa salam) avant cette parole d'Ibn Taymiyya. Voire, il aurait du citer la parole d'Ibn Taymiyya après toutes les autres citations, vu que ce sont des citations de salafs qui sont d'avant et plus importants qu'Ibn Taymiyya.

Qu'en pense mon frère en Allah - qu'Allah le préserve - ?

mizab 12/04/2015 23:05

Wa 'aleïkom salem wa rahmat Allah !

Cet article clôt une longue série débutée depuis plusieurs années sur l'iman :

Ainsi, avec ce dernier article, j'aurais répondu aux principaux arguments en vogue depuis environ 2005 et qui ont été l'objet d'ouvrages spécialisés, qui, parfois, sont des thèses universitaires, et souvent, préfacés par des savants !

Je me suis contentés d'analyser les ouvrages les plus sérieux et les plus respectueux, même si les arguments se reproduisent d'un ouvrage à l'autre !


J'ai énormément appris de ces ouvrages, qui pourtant ont été écrit pour réfuter ce qu'ils appellent les murjites contemporains :

Souvent, sans le préciser dans mes articles, j'utilise un auteur pour taper sur l'autre, alors qu'ils sont du même bord, et il m'arrive souvent, comme je l'ai fait dans ce dernier article, de retourner un même argument contre son auteur !

Il y a sûrement encore énormément de détails qui m'échappent, mais tout l'intérêt est de chercher encore et encore, bien que je n'ai plus la même énergie que par le passé, et que cela fait plus de 15 ans que je ne suis plus dans un climat scientifique !

Peut-être que si je fais l'objet de réfutation, cela me redonnera un nouveau souffle, en sachant que j'ai déjà la plupart des arguments en stock, de ce côté-là, j'ai un peu la conscience tranquille,

Après, s'il s'agit d'attaques personnelles et de procès d'intention, on est pris au dépourvu, et de toute façon, cela ne m'intéresse pas d'y répondre, même si cela me forcera à rapporter encore plus d'arguments, en espérant que cela ne soit pas une perte de temps, et qu'on recherche à travers cela, le visage d'Allah !


J'aimerais vraiment dans l'autre monde rencontrer l'Albani pour lui dire combien j'ai été fier de défendre son honneur, avec, comme il l'aime, uniquement des arguments scientifiques !

J'espère qu'ils pèseront du bon côté de la balance, le jour où la yanfa' malun wa la banun...

Si j'ai raison, c'est grâce à Allah et si j'ai tort, c'est à cause de moi et de Satan !

wa Allah el musta'en !