Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 22:48

L’anthropomorphisme

(Partie 5)

Les mushabihha

Il incombe d’appréhender la notion de mushabihha selon la vision des anciens, non des négateurs, leurs antagonistes. L’anthropomorphisme consiste à assimiler le Créateur à Ses créatures en lui attribuant notamment des formes humaines (ex. : dire : Allah a une main comme la mienne, une vue comme la mienne, un pied comme le mien, etc.), et plus particulièrement des défauts.[1] Il s’inscrit en réaction aux négateurs pour se placer à l’extrême opposé.[2]

Les négateurs, pour leur part, façonnent sa définition au gré de leur crédo : pour les jahmites, il s’agit de reconnaitre tout en partie les Noms et les Attributs divins ; les mu’tazilites s’arrêtent à la reconnaissance tout en partie des Attributs ; les ash’arites et les mâturidites sont moins exigeants et jettent à la vindicte uniquement ceux qui reconnaissent les Attributs volontaires.[3]

Certains hérétiques, à l’image de Thumâma ibn Ashras, vont jusqu’à accuser certains prophètes d’anthropomorphistes. Celui-ci est l’auteur des paroles : « Trois des prophètes sont des mujassima, mushabbiha ; Mûsâ pour avoir dit : [Ce n’est là qu’une de Tes épreuves][4] ; Îsâ pour avoir dit : [Tu sais ce qu’il y a en moi et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi][5] ; et Mohammed pour avoir dit : « Notre Seigneur descend… »… »[6]

Les anciens, à l’image de Na’îm ibn Hammâd, Ishâq ibn Râhawaïh, Dârimî, vouaient cette hérésie à la mécréance. En même temps, ils soulignent qu’il est caractéristique aux négateurs d’accuser les traditionalistes de mushabbiha.[7]

Ibn Taïmiya fait remarquer qu’il est moins grave de reconnaitre à outrance les Attributs divins que de carrément les renier. C’est pourquoi les Écritures mettent plus l’accent sur la réfutation des négateurs et s’étendent avec amples détails sur les Attributs parfaits d’Allah. Résultat : bien qu’erronés, les arguments des anthropomorphistes sont bien plus solides que ceux des négateurs, car ayant une origine textuelle.[8]

Notons que paradoxalement les mushabbiha utilise le même procédé que les négateurs pour établir leur crédo et qui se base sur le dalîl el a’râdh wa hudûth el ajsâm, mais pour arriver à des conclusions opposées, et en passant par des raisonnements différents.[9]

Les shiites sont les héritiers des juifs[10]

  • Les premiers sectateurs à utiliser le terme jism pour parler d’Allah sont les shiites mutakallimîns, et plus particulièrement les hishâmiya. Ces derniers se divisent en deux tendances :
  1. Les partisans de Hishâm ibn el Hakam el Kûfî : théoricien chevronné de la tendance immamite, il fréquenta Ja’far e-Sâdiq et son fils Mûsa el Kâzhim, deux Imâms de la secte duodécimaine. Le leader éponyme disait qu’Allah était un corps avec des membres, des limites définies, une dimension déterminée (la hauteur est égale à la largeur qui est égale à la profondeur), soit 7 de ses propres empans ; il se caractériserait par une couleur, une odeur, un goût, mais ne ressemblerait à aucune de ses créatures, et rien ne lui ressemble.[11]
  2. Les partisans de Hishâm ibn Sâlim el Jawâlîqî : grand érudit shiite, il est l’un des rapporteurs crédibles des deux Imâms Ja’far e-Sâdiq et son fils Mûsa el Kâzhim. Il disait qu’Allah était un corps sous la forme humaine (creux de l’intérieur en haut et rempli en bas), doté des cinq sens, tendant vers la couleur noire (une lumière noire), mais il ne serait pas composé de chair et de sang.[12]
  • Dâwûd el Jawâribî, tête de file râfidhite et fer de lance du tajsîm, il déclarait sans ambages : « Épargnez-moi juste des questions sur la barbe et le sexe, mais consultez-moi sur tout le reste. »[13] Son dieu serait composé de membres, de chair et de sang, mais qui seraient, malgré tout, différents de la création.
  • La secte karrâmite fondée par Mohammed ibn Karrâm e-Sijistânî et qui se subdivise en plusieurs sous-groupes.[14]

La grande majorité shiite adhérait au tajsîm, et par la suite, elle s’en détacha pour tendre vers l’i’tizâl,[15] exactement comme les Juifs.

Les adeptes de la religion hébraïque étaient des anthropomorphistes ultras,[16] et contaminèrent très tôt les rangs shiites. Hishâm ibn el Hakam (m. 190 h.) aurait introduit officiellement le terme jism dans le vocabulaire musulman.[17] Malgré leur grande intelligence et leur culture, les Juifs sont connus pour leur penchant vers la haine, la jalousie, l’animosité, la vengeance, et les passions. Le Coran met en lumière leur orgueil, leur cupidité, leur lâcheté, leur cœur dur, leur rigorisme en s’interdisant des choses licites, leur excès à s’éloigner des impuretés, et leur propension à cacher la vérité. Ils tuent leurs prophètes et attribuent des défauts à Yahvé.[18]

[Tu verras que les Juifs et les païens sont ceux qui cultivent le plus la haine contre les croyants, et tu trouveras plus d’affection pour les croyants, chez ceux qui se disent chrétiens. Cela, parce qu’il y a parmi eux des moines et des prêtres, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil].[19]

Plusieurs Versets du Coran dévoilent leurs iniquités : [Les Juifs ont dit : « ‘Uzaïr est le fils de Dieu », et les chrétiens ont dit : « Le Messie est le fils de Dieu » ; Voici ce que profère leur bouche ; ils disent la même chose que les nations impies les ayant précédées • Ils ont pris leurs moines et leurs prêtres pour des seigneurs en dehors d’Allah ainsi que Jésus, fils de Marie. Pourtant, il ne leur avait été ordonné de n’adorer qu’un seul dieu. Nulle divinité en dehors de Lui. Glorifié soit-Il au-dessus de leur association !][20]

[Allah a entendu ceux qui disent : Dieu est pauvre, et nous, nous sommes riches ; nous consignons leurs propos par écrit et retenons qu’ils tuaient impunément leurs prophètes ; nous leur dirons : goûtez désormais le supplice du feu].[21]

[Les Juifs dirent : La Main de Dieu est fermée ; c’est plutôt les-leurs qui sont fermées, maudits soient-ils pour leur aberration ! Ses deux Mains sont plutôt étendues, et Il dispense Ses dons à Sa guise ; la Parole qui te fut révélée ne fait qu’accroitre chez nombre d’entre eux leur esprit de révolte et leur impiété ; Nous attisâmes entre eux la haine et l’animosité jusqu’au Jour de la résurrection ; toutes les fois qu’ils allument le feu de la guerre, Allah l’éteint aussitôt ; ils sèment la corruption sur terre, et Allah n’aime pas les corrupteurs].[22]

La Bible également enregistre leurs méfaits

Ils attribuent à Dieu la tristesse et le regret genèse 6 5-8

5 L'Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. 6 L'Eternel se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre, et il fut affligé en son coeur. 7 Et l'Eternel dit : J'exterminerai de la face de la terre l'homme que j'ai créé, depuis l'homme jusqu'au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faits.

8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l'Eternel.

Ils attribuent à Dieu la fatigue et le repos : exode 20. 8-11

8 Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. 9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. 10 Mais le septième jour est le jour du repos de l'Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes. 11 Car en six jours l'Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour : c'est pourquoi l'Eternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié.

Genèse 2 1-2

1 Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. 2 Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu'il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite. 3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant.

Ils attribuent à Dieu d’être un homme en prise avec Jacob : genèse 32. 23-33

24 Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore.

25 Voyant qu'il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l'emboîture de la hanche; et l'emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu'il luttait avec lui. 26 Il dit : Laisse-moi aller, car l'aurore se lève. Et Jacob répondit : Je ne te laisserai point aller, que tu ne m'aies béni. 27 Il lui dit : Quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob. 28 Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur. 29 Jacob l'interrogea, en disant : Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Et il le bénit là. 30 Jacob appela ce lieu du nom de Peniel : car, dit-il, j'ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. 31 Le soleil se levait, lorsqu'il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche. 32 C'est pourquoi jusqu'à ce jour, les enfants d'Israël ne mangent point le tendon qui est à l'emboîture de la hanche; car Dieu frappa Jacob à l'emboîture de la hanche, au tendon. 33

Ils attribuent à Dieu d’ignorer certaines choses : exode 12. 12-13

12 Cette nuit-là, je passerai dans le pays d'Egypte, et je frapperai tous les premiers-nés du pays d'Egypte, depuis les hommes jusqu'aux animaux, et j'exercerai des jugements contre tous les dieux de l'Egypte. Je suis l'Eternel. 13 Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n'y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d'Egypte.

Ils attribuent à Dieu une progéniture : genèse. 6 1-4

1 Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées, 2 les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent. 3 Alors l'Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans.

4 Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu'elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l'antiquité.

À suivre…

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

http://www.mizab.org/

[1] El fatâwâ el misriya d’ibn Taïmiya (7/387).

[2] Voir : el usûl e-latî banâ ‘alaïhâ el mubtadi’a madhhabuhum fî e-Sifât (2/168) du D. ‘Abd el Qâdir ibn Mohammed ‘Atâ Sûfî, à l’origine, est une thèse universitaire ès Doctorat. L’auteur nous apprend qu’il n’existe aucune école d’anthropomorphisme ni aucun livre de référence. Il faut revenir aux ouvrages d’hérésiographie et d’ibn Taïmiya pour cerner sa tendance.

[3] minhâj e-sunna (2/213-214).

[4] El a’râf ; 155

[5] Le repas céleste ; 116

[6] Voir : Majmû’ el fatâwa (28/483).

[7] Voir les déclarations d’Abû Zur’a, Abû Hâtim e-Râzî, ibn Khuzaïma, etc.

[8] Dar-u ta’ârudh el ‘aql wa e-naql (6/348).

[9] Voir : el usûl e-latî banâ ‘alaïhâ el mubtadi’a madhhabuhum fî e-Sifât (2/176-180).

[10] Ibn Taïmiya rapporte le discours de e-Sha’bî dans Manhâj e-sunna, avec certaines nuances, notamment : « Ils essayent de transformer la religion musulmane de la même manière que Paul fils de Yashû’ – le roi juif – a transformé la religion chrétienne. (…) Les juifs ne saluent pas sincèrement ils disent sâm (mort ndt.) au lieu de salâm (salut ndt.) tout comme les râfidhites. Les juifs s’autorisent à s’emparer de l’argent des autres, tout comme les râfidhites avec l’argent des musulmans. Les juifs s’autorisent à tricher avec les autres, tout comme les râfidhites. (…) Les juifs n’offrent aucune dote à leurs femmes avec lesquelles ils jouissent librement tout comme les râfidhites qui s’autorisent la Mut’a (mariage provisoire). (…) Les juifs ne mangent pas le lapin et les reins tout comme les râfidhites. Les juifs ne passent pas la main sur leurs sandales lors des ablutions tout comme les râfidhites. Les juifs ne creusent pas leurs tombent sur le côté tout comme les râfidhites. (…) Les juifs introduisent une branche de palmier fraîche avec leurs morts tout comme les râfidhites »

[11] Naqdh asâs e-taqdsîs d’ibn Taïmiya (1/408-409).

[12] Naqdh asâs e-taqdsîs d’ibn Taïmiya (1/54, 408-417).

[13] Naqdh asâs e-taqdsîs d’ibn Taïmiya (1/409, 412).

[14] Voir: Majmû’ el fatâwâ d’ibn Taïmiya (6/36).

[15] Dar-u ta’ârudh el ‘aql wa e-naql d’ibn Taïmiya (1/390).

[16] El jawâb e-sahîh d’ibn Taïmiya (4/456).

[17] Voir: Majmû’ el fatâwâ d’ibn Taïmiya (3/196).

[18] El jawâb e-sahîh d’ibn Taïmiya (3/103, 109, 168).

[19] Le Repas Céleste ; 82 Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb fait le parallèle suivant : « Les Râfidhites ressemblent aux juifs qui ont accusé Marie la Pure d’adultère, lorsqu’ils profèrent la calomnie à l’encontre d‘Âisha la femme du Messager d’Allah (r) en l’accusant de ce dont elle est complètement innocente. Ils ressemblent aux juifs qui disent que la fille de Jacob fut violée par un païen au cours d’une sortie alors qu’elle était chaste [voir : La Genèse ; 34] lorsqu’ils accusent ‘Omar d’avoir abusé de la fille d‘Ali (t). (…) Les juifs éprouvent notamment une haine profonde à l’encontre des musulmans tout comme le Seigneur le révèle : [Tu verras que les Juifs et les païens sont ceux qui cultivent le plus la haine contre les croyants] ; tout comme les râfidhites qui sont les plus féroces à l’égard des traditionalistes à tel point qu’ils les considèrent comme des impuretés…Ils abandonnent leurs Imams comme des lâches comme ils l’ont déjà fait avec ‘Ali, el Husaïn, Zaïd, et bien d’autres…. alors qu’ils prétendent les aimer, tout comme les juifs qui ont dit à Moïse : [Allez combattre toi et ton seigneur, nous vous attendons ici] [Le Repas Céleste ; 24]. » Risâla fî e-rad ‘alâ râfidha de Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb (p. 43-46).

[20] Le repentir ; 30-31

[21] La famille d’Imrân ; 181

[22] Le repas céleste ; 64

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab
commenter cet article

commentaires