Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 17:21

Les lumières de la chaire des Lieux saints

(Partie 3)

La bonne compréhension de la religion

• Parmi les grands desseins de la législation musulmane, nous avons la connaissance des sciences religieuses à travers les études qui apportent, grâce à Dieu, une grande maitrise.

Sheïkh Husaïn Âl e-Sheïkh.

• Il est d’autant plus important, en période de troubles, d’enseigner à toutes les tranches d’âge les sciences religieuses, notamment le crédo orthodoxe.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Sans fournir correctement le tawhîd et les articles de foi, on sombre dans les abimes de l’ignorance, du doute, et du mal, loin de l’assistance et de la protection d’Allah, qui sont l’apanage des walis.

Sheïkh Husaïn Âl e-Sheïkh.

• Quand on est à la remorque de ses passions, en proie aux mauvaises opinions, loin des enseignements scripturaires de l’Islam, on est voué à l’égarement, l’échec, la perdition, la frustration et la misère intellectuelle.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• L’Imâm Mâlik – qu’Allah ait son âme – disait : « Rien ne convient pour réformer les dernières générations de cette communauté, en dehors de ce qui convenait à la première époque. [Si la première époque s’est réformée grâce au Coran et à la sunna, alors rien d’autre ne convient pour les dernières générations]. »
E-tahmîd d’ibn ‘Abd el Barr.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• Encenser les textes, en période de troubles, à la lumière des grands principes de la religion, et rester accrocher au groupe sont les signes qu’on est sur la bonne voie.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

La voie de la modération

• L’Islam est une religion modérée et pacifique en phase avec la nature humaine et la raison. Allah (r) révèle : [en phase avec l’état de nature qu’Allah a insufflé à l’homme ; l’œuvre d’Allah est immuable] [Les romains ; 30].

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Ceux qui prônent le djihad en faisant fi des répercussions que leur action engendre, n’ont pas à l’esprit la noble ambition derrière laquelle se cache sa législation...

Sheïkh D. ‘Abd el Bârî e-Thubaïtî.

• Les actions criminelles qui assombrissent l’actualité donne une très mauvaise image du djihad, qui est pourtant le sommet le plus haut de la religion (littéralement sanâm est la bosse du chameau ndt.).

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• La législation musulmane se caractérise pour préserver l’idéologie saine, et la raison ; l’un des cinq fondamentaux.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• Les attentats et les troubles donnent une mauvaise image de l’Islam, la religion de la douceur, de la tolérance, de la réforme et de l’édification.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• La voie empruntée par les anciens de la communauté musulmane, avec, à leur tête, le Messager d’Allah (r), les Compagnons, et leurs fidèles successeurs, repose sur les principes de la modération et du juste milieu.

Sheïkh Husaïn Âl e-Sheïkh.

• Le musulman doit s’armer de patience, en période de troubles, car celle-ci est un rempart contre les initiatives aux répercussions peu louables.

Sheïkh Husaïn Âl e-Sheïkh.

• L’excès s’inscrit à contre-courant des principes de l’Islam, basés sur le juste milieu, la miséricorde, la souplesse et la douceur.

Sheïkh D. Sâlih ibn Humaïd.

• La modération de l’Islam est universelle et embrasse la vie religieuse et matérielle du musulman ; ce qui relève de l’inimitabilité du Coran.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• Aujourd’hui, nous ressentons le besoin urgent d’emprunter la voie de la modération pour remédier aux déviances constatées dans tous les domaines ; cette mission incombe aux savants et aux prédicateurs réformateurs.

Sheïkh D. ‘Abd e-Rahmân e-Sudaïs.

• Nous devons ancrer la voie de la modération dans l’esprit de la jeunesse, prévenir contre les idéologies extrêmes et violentes, et vulgariser le savoir religieux par le biais des écoles, des universités, et des mosquées.

Sheïkh D. ‘Abd el Bârî e-Thubaïtî.

• Toute campagne de prévention anti terroriste doit cibler la jeunesse, en lui inculquant la modération et le juste milieu dans la pensée et les actes, et en l’orientant vers l’éducation religieuse (basée sur le Coran et la sunna).

Sheïkh D. ‘Abd el Bârî e-Thubaïtî.

L’obéissance aux autorités

• Allah (r) révèle : [Ô croyants ! Obéissez à Allah, obéissez au Messager et aux détenteurs de l’autorité parmi vous] [les femmes ; 59].

• Le Messager d’Allah (r) prévient : « Faites obéissance à votre émir, même s’il s’agit d’un esclave noir au nez coupé, qui vous mène par le Livre d’Allah. » Rapporté par Muslim.

• Les sujets ont le devoir d’obéissance à l’émir, mais sans désobéir à Allah, en plus de lui prodiguer le bon conseil.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Grâce à la présence de l’émir, on conserve l’allégeance et l’unité du groupe.

Sheïkh Sâlih el Budaïr.

• L’entente qui relie le gouverneur aux sujets assure la prépondérance de la religion, une vie agréable et l’obéissance à Allah.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• E-Tahâwî – qu’Allah ait son âme – établit : « Nous ne voyons pas la révolte contre les gouverneurs en place, même quand ils sont des tyrans ; ne n’invoquons pas contre eux, et nous ne contestons pas leur autorité ; nous considérons que leur obéissance, qui relève de l’obéissance d’Allah (U), est un devoir tant qu’ils n’appellent pas à désobéir à Allah ; nous invoquons le Seigneur de les réformer et de les préserver. » El ‘aqîda e-tahâwîya (p. 47).

• Il n’y a pas de religion sans groupe ni de groupe sans autorités ni d’autorités sans obéissance.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Selon le crédo traditionaliste, il incombe d’obéir au gouverneur en place dans les limites du convenable, quand bien même, il serait injuste.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Prodiguer le bon conseil au gouverneur est une initiative honorable qu’Allah aime et agrée.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Il convient de prodiguer le bon conseil en privé (en tête à tête avec l’émir), car plus propice à la sincérité envers Dieu.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Il incombe de traiter le gouverneur avec révérence tout en lui prodiguant le bon conseil. Sahl e-Tusturî a dit : « Les gens vivront bien tant qu’ils encenseront les sultans et les savants. En faisant cela, Allah améliorera leur vie religieuse et leur vie matérielle. Cependant, en les dénigrant, ils mettront à mal leur vie présente et leur vie future. » Tafsîr el Qurtubî (5/260).

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Le summum du bon conseil est de réserver en secret des invocations en faveur du gouverneur, dans le seul objectif de gagner la récompense d’Allah.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Il est formellement interdit de se révolter contre le gouverneur musulman, de prendre les armes contre lui, de contester son autorité et de lui afficher de l’animosité.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Toute révolte contre l’émir en place entraine, tôt ou tard, le remord, et les inconvénients qu’elle engendre sont plus pénibles que le simple fait d’endurer ses abus.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Allah préserve la religion par le biais de l’émir qui lui assure son bon fonctionnement et qui tranche entre les litiges par le biais des tribunaux.

Sheïkh D. ‘Abd el Muhsin el Qâsim.

• Parmi les directives qu’Allah fixe aux croyants, nous avons l’obéissance et le soutien aux décisions du gouverneur en accord avec la vérité.

Sheïkh Mohammed e-Subaïyil.

Traduit par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

http://www.mizab.org/

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab
commenter cet article

commentaires