Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 20:15

 

 

Dix facteurs épargnent le pécheur croyant du châtiment :

 

  1. Le repentir sincère efface le péché comme s’il n’avait jamais été commis ;
  2. La demande de pardon (istighfâr) ;
  3. Les bonnes actions effacent également les mauvaises actions : [Les bonnes actions chassent les mauvaises][1] ;
  4. Les invocations et l’intercession des croyants en faveur du pécheur, avant et après sa mort ;
  5. Les bonnes œuvres qu’ils lui dédient afin de les mettre à son actif ;
  6. L’intercession prophétique ;
  7. Les épreuves qu’il subit sur les choses qui lui sont chères (sa personne, ses biens, sa famille, etc.) ;
  8. Les épreuves de la tombe dans l’entre-monde (barzakh) où il sera interrogé par les anges, juste après que la terre va compresser ses côtes ;
  9. Les affres du Jour de la résurrection ;
  10. La Miséricorde du plus grand des Miséricordieux.

 

Celui qui ne bénéficie d’aucun de ces facteurs ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Cette analyse fut emprunté à Sheïkh el Islâm ibn Taïmiya qui s’inspire notamment du hadîth divin, selon lequel le Très-Haut déclare : « Ce ne sont que vos œuvres que Je recense, et en fonction desquels Je vais vous rétribuer ensuite ; celui qui y trouve un bien qu’il loue Allah, mais s’il y trouve autre chose, alors qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même. »[2]

 

L’immense Miséricorde d’Allah

 

Allah (I) révèle : [Allah s’est imposé à Lui-même d’être Miséricordieux][3] ; [Dis : ô Mes serviteurs qui avez été négligeant envers vous-mêmes, ne désespérez pas de la Miséricorde d’Allah].[4] Un autre Verset fait dire à Ibrahim, l’Ami d’Allah (r) : [Il dit : mais qui, en dehors des égarés peut désespérer de la Miséricorde de Son Seigneur][5] ; Ya’qûb également, est l’auteur des paroles : [et ne désespérez pas de l’Esprit d’Allah, car seuls les infidèles désespèrent de Son Esprit][6] ; [tandis que Ma Miséricorde s’étend sur toute chose. Je vais la décréter à mes pieux Serviteurs, ceux qui versent la zakât (l’aumône légale ndt.) et qui donnent foi à nos Versets Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré][7] ;  [et s’ils te traitent de menteur, alors dis-leur : Votre Seigneur détient une Miséricorde immense ; mais rien ne saurait repousser Sa rigueur qui s’abat contre le peuple criminel].[8]

 

D’après el Bukharî et Muslim, selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Allah divisa la Miséricorde en cent parties ; Il en retint quatre vingt dix-neuf auprès de Lui, et Il en descendit une seule sur terre. C’est avec celle-ci que les créatures se font miséricorde entre elles. C’est ce qui pousse la bête à lever son sabot pour éviter son petit. »[9]

 

Muslim rapporte une version de Salmân disant notamment : « Chaque Miséricorde est aussi vaste que l’espace entre le ciel et la terre. » Il précise également : « Le Jour de la résurrection, celle-ci complètera leur nombre. »[10]

 

Selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Lorsqu’Allah fit la création, Il écrivit dans un livre qui se trouve auprès de Lui au-dessus du Trône : « Ma Miséricorde devance Ma Colère. » »[11]

 

« Soyez miséricordieux envers ceux qui sont sur terre et vous aurez droit à la Miséricorde de Celui qui est au ciel. »[12]

 

« Mon Seigneur Tout-Puissant m’a fait la promesse de faire entrer au Paradis soixante-dix milles membres de ma communauté sans qu’ils ne reçoivent ni compte ni châtiment. Pour milles d’entre eux, il y en aura soixante-dix milles de plus, et auxquels seront ajouté trois poignés des Mains de Mon Seigneur Tout-Puissant remplis de fidèles. »[13]

 

« Soyez miséricordieux envers ceux qui sont sur terre et vous aurez droit à la Miséricorde de Celui qui est au ciel. »[14]

 

Chez Muslim, Jundub (t) ramène un hadîth qu’il fait remonter au Prophète (r), et disant : « Un homme s’écria : « Je jure qu’Allah ne pardonnera jamais à un tel ! » C’est alors qu’Allah déclare : « Qui ose jurer en Mon Nom que je ne pardonnerais jamais à un tel ! Lui, Je le pardonne, mais toi, j’annule toutes tes bonnes œuvres ! » »[15]

 

Toujours chez Muslim, Abû Huraïra (t) ramène un hadîth qu’il fait remonter au Prophète (r), et disant : « Si le croyant connaissait le châtiment qui se trouve auprès d’Allah, il perdrait tout espoir d’entrer au Paradis ; et si le mécréant connaissait la Miséricorde qui se trouve auprès d’Allah, il ne désespérerait jamais d’y entrer. »[16]

 

D’après el Bukharî et Muslim, selon ibn ‘Omar (t) : « Alors que les captifs de Hawâzin étaient amenés au Messager d’Allah (r), une femme, captive, sortit des rangs en courant, car elle avait reconnu son fils qui se trouvait dans le groupe. Elle le serra sur Son ventre et lui donna son sein. C’est alors que le Prophète (r) s’écria : « Pensez-vous que cette femme soit capable de jeter son enfant au feu ?

  • Non, avions-nous répondu !
  • Hé bien, sachez qu’Allah est plus miséricordieux envers Ses créatures que cette femme envers son enfant. »[17]

 

« Ô Allah, je me plains à Toi de mon extrême faiblesse, du peu de moyens dont je possède, et du mépris des autres, alors que Toi, Tu es le plus Miséricordieux des miséricordieux, et Tu es le Seigneur des faibles et démunis. »[18]

 

Wa alumma jarra

 

Wa in ‘udtum, ‘udnâ !

 

 

 

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

http://www.mizab.org/

 

 

 

[1] Hûd ; 114

[2] Rapporté par Muslim (2577), selon Abû Dharr.

[3] Le bétail ; 12

[4] Les groupes ; 53

[5] Le hijr ; 56

[6] Yûsaf ; 87

[7] El A’râf ; 156-157

[8] Le bétail ; 147

[9] Rapporté par el Bukhârî (6000), et Muslim (2752).

[10] Rapporté par Muslim (2753).

[11] Rapporté par el Bukhârî (3194), et Muslim (2571).

[12] Rapporté par Abû Dâwûd (4941), et e-Tirmidhî (1924), selon ‘Abd Allah ibn ‘Amr – qu’Allah les agrée son père et lui –.

[13] Rapporté par Tirmidhî (2437), et ibn Mâjah (4286) ; Sheïkh el Albânî l’a authentifié dans sahîh el jâmi’ (7111).

[14] Rapporté par Abû Dâwûd (4941), et e-Tirmidhî (1924), selon ‘Abd Allah ibn ‘Amr – qu’Allah les agrée son père et lui –.

[15] Rapporté par Muslim (2621).

[16] Rapporté par Muslim (2755).

[17] Rapporté par el Bukhârî (n° 5999), et Muslim (n° 2754).

[18] Rapporté par Tabarânî dans e-du’â (1/315), et jugé faible par el Albânî dans dha’îf el jâmi’ (1182).

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab - dans Takfir
commenter cet article

commentaires