Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 17:08

 

 

Dialogue entre un quiétiste et un chrétien flic

(Partie 4/4)

 

De nombreux textes fondateurs dessinent les contours de la méthodologie orthodoxe dont nous venons de brosser le tableau succinct

 

Il y a tout d’abord l’adhésion forte au monothéisme, et à l’islam la religion immuable et universelle qui se distingue par sa prépondérance

 

Allah (I) révèle : [Aujourd’hui, je vous ai parachevé votre religion, Je vous ai parfait de Mes bienfaits, et Je vous ai agréé l’Islam comme religion][1] ; [Dis : ô vous les hommes ! Si vous doutez de ma religion, alors sachez que je n’adore pas ceux que vous adorez en dehors d’Allah, mais j’adore Allah Celui qui vous fait mourir] ; Puis, Il enchaine : [Et tourne ta face vers la religion, fidèle à Allah, et ne soit pas parmi les païens • N’invoque pas en dehors d’Allah ce qui ne peut te faire ni le bien ni le mal ; si tu le faisais, tu compterais parmi les injustes • Si Allah veut te faire un mal rien ne pourrait l’empêcher, et s’Il te veut du bien, personne ne peut s’interposer à Ses faveurs qu’Il dispense à qui Il veut parmi Ses créatures ; Il est certes Absoluteur et Tout-Miséricordieux • Dis : vous les hommes ! La vérité vous ai venu de Votre Seigneur. Celui qui suit le bon chemin, il le fait dans son intérêt ; et celui qui s’égare se fait du tort à lui-même. Quant à moi, je ne suis pas responsable de vous • Suis la révélation que tu reçois et patiente en attendant qu’Allah prononce Sa sentence, Lui le meilleur des juges].[2]

 

D’après le recueil e-sahîh, selon ibn ‘Omar (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Par rapport aux adeptes des deux anciens livres, vous êtes comme un homme qui loua les services de plusieurs ouvriers auxquels il fit la proposition : « Qui veut travailler pour moi du matin jusqu’à midi pour un qîrât (unité monétaire ndt.) ? » Les Juifs l’acceptèrent. Ensuite, il demanda : « Qui veut travailler pour moi de midi jusqu’à la prière du ‘asr (de l’après-midi ndt.) pour un qîrât ? » Les chrétiens acceptèrent de le faire. Puis, il enchaina : « Qui veut travailler pour moi de la prière du ‘asr jusqu’au coucher du soleil pour deux qîrât ? » Il parlait de vous autres, mais cela n’a pas plu ni aux Juifs ni aux chrétiens qui protestèrent : « Comment se fait-il qu’en fournissant plus de travail, nous soyons moins bien payé ?

  • Est-ce que je vous ai lésé dans vos droits ? Leur répond-il.
  • Non !
  • Je fais des faveurs à qui je veux, leur rétorque-t-il. »[3]

 

D’après le même ouvrage, selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Allah a détourné les communautés précédentes du vendredi. Les Juifs avaient le samedi et les chrétiens le dimanche. Allah nous a alors orientés vers le vendredi. Ainsi, ils seront derrière nous le Jour de la résurrection. Nous sommes les derniers venus sur terre, mais les premiers le Jour de la résurrection. »[4]

 

Selon Ubaï ibn Ka’b (I) : « Suivez la bonne voie et la tradition. Un homme qui suit la bonne voie et la tradition et qui, mu, par une profonde crainte, pleure à l’évocation du Seigneur ne peut être touché par l’Enfer. Un homme qui suit la bonne voie et la tradition et qui frémit à l’évocation du Miséricordieux est comme un arbre aux feuilles mortes. Ses péchés tombent comme les feuilles de cet arbre. Il vaut mieux être modéré sur le chemin de la tradition d’Allah que de faire des efforts sur le chemin inverse. Quoi que vous puissiez faire comme efforts, voyez si vos actes sont conformes à la voie et la tradition des prophètes. »[5]

 

[Toute religion autre que l’Islam sera refusée, et son adepte comptera dans l’au-delà parmi les perdants][6] ; [La religion pour Allah, c’est l’Islam][7] ;

 

Le prophète (r) annonce : « Par Celui qui détient l’âme de Mohammed entre Ses Mains ! Quiconque dans cette communauté qu’il soit juif ou chrétien entend parler de moi et ne croit pas à ma mission avant de mourir, comptera parmi les gens du Feu… »[8]

 

Par rapport à cela, l’innovation est logiquement condamnable ; d’où la fidélité stricte aux enseignements prophétiques ; démarche qui est pourtant assimilée à du rigorisme et à un littéralisme étroit ; c’est l’inversion des valeurs si chère à Satan !

 

« Tout le monde entrera au Paradis, sauf celui qui ne veut pas y entrer.

  • Messager d’Allah, demandèrent les Compagnons, mais qui ne veut pas entrer au Paradis ?
  • Celui qui m’obéit entrera au Paradis et celui qui me désobéit, c’est qu’il ne veut pas y entrer. »[9]

 

D’après le recueil e-sahîh, selon ibn ‘Abbâs (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Les individus les plus détestés par Allah sont au nombre de trois : celui qui dévie dans l’enceinte sacrée, celui qui veut ramener dans l’Islam une tradition païenne, et celui qui veut verser le sang d’un innocent. »[10]

 

Pour ibn Taïmiya, la « tradition païenne » en question englobe toute forme de paganisme qu’il soit total ou partiel. Elle renvoie aussi bien aux non musulmans (Juifs, chrétiens, païens, etc.) qu’à des musulmans.

 

D’après le recueil e-sahîh, selon Hudhaïfa (t) : « Vous les lecteurs ! Si vous suivez le bon chemin, vous aurez énormément avancé. Mais, si vous déviez à droite ou à gauche, alors, vous vous serez énormément égarés. »[11]

 

Selon Mohammed ibn Wadhdhâh, ce dernier entra dans la mosquée et se tint devant les assemblées pour leur dire, etc. ibn Wadhdhâh a dit : selon ‘Uyaïna, selon Mujâhid, selon Sha’bî, selon Masrûq, ‘Abd Allah – en parlant d’ibn Mas’ûd – a dit : « Chaque année est pire que la précédente ; je ne dis pas qu’il y pleut moins, qu’elle est moins fertile, ou que le nouvel émir est moins bien que le précédent. Je parle du départ de vos savants et de votre élite. Puis, après leur départ, des nouvelles générations, qui mesurent les choses selon leurs propres pensées, les succèderont. C’est alors que l’Islam se détériorera et s’effritera. »[12]

 

[S’ils viennent te voir, alors dis-leur : j’ai soumis mon visage à Allah, ainsi que ceux qui me suivent…][13]

 

[Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré, qu’ils trouvent mentionnés dans leurs écrits, la Thora et l’Évangile. Celui-là même qui leur ordonne le bien et qui leur interdit le mal ; il leur autorise les bonnes choses et leur interdit les mauvaises ; il les soulage des liens et des carcans qui les enchainaient. Ceux qui croient en lui, qui le soutiennent, le défendent, et qui suivent la lumière qui fut descendue avec lui ; ceux-là seront les bienheureux][14] ; [Nous avons descendu sur toi le Livre qui met la lumière sur toute chose].[15]

 

D’après e-Nasâî et d’autres, lorsque le Prophète (r) vit dans les mains d’Omar ibn el Khattâb un feuillet de la Thora, il lui lança : « Serais-tu dans le doute ibn el Khattâb ? Je vous l’ai apporté claire et limpide. Si Mûsâ avait été vivant et que vous l’aviez suivi à mes dépens, vous auriez été des égarés. » Une certaine version précise : « Si Moussa était vivant, il ne lui appartiendrait que de me suivre. » Dès lors, ‘Omar s’exclama : « J’agrée Allah comme seigneur, l’Islam comme religion, et Mohammed comme Prophète. »[16]

 

Selon une autre version : « Si mon frère Mûsâ était vivant, il ne lui appartiendrait rien d’autre que de me suivre. »[17]

 

Selon el Hârith el Ash’arî (t), le Prophète (r) a dit : « Je vous ordonne cinq choses et vous en interdit cinq : l’obéissance aux autorités, le djihâd, l’émigration, et l’union de la communauté. En déviant de cette union d’un empan, on délie l’Islam de son cou jusqu’à ce qu’on y revienne. Et en revendiquant des noms de l’ère païenne, on compte parmi les gens de l’Enfer. » Un homme s’exclama : « Messager d’Allah ! Même s’il fait la prière et le jeûne ?

  • Même s’il fait la prière et le jeûne. Donnez-vous les noms qu’Allah vous a donnés ; Il vous a appelés musulmans, croyants et serviteurs d’Allah ! »[18]

 

D’après e-sahîh : « Celui qui meurt en s’étant écarté du groupe d’un empan connaitra une mort païenne. »[19]

Toujours d’après e-sahîh : « Oseriez-vous vous appelez par des noms de l’ère païenne, alors que je me trouve au milieu des vôtres ! »[20]

Abû el ‘Abbâs a dit : « Tout ce qui n’est pas appelé par l’Islam ou le Coran, comme les lignées, le pays, la race, la tendance ou la voie, prend ses racines dans le paganisme. »

 

Un jour, une polémique déclenchée entre un ansar (auxiliaire médinois) et un muhâjir (émigré mecquois) se transforma en bagarre. L’un s’écria alors pour solliciter l’aide de son clan : « Hé, les muhâjirîns ! » Et l’autre rétorqua aussitôt : « Hé, les ansars ! ».

Le Prophète (r), qui piqua une colère énorme, leur répliqua à tous les deux : « Oseriez-vous vous appelez par des noms de l’ère païenne, alors que je me trouve au milieu des vôtres ! »

 

Un autre hadîth nous apprend : « Quand on n’est pas prompt dans les œuvres, on ne met pas sa lignée en avant. »[21]

 

[Ô croyants ! Entrez entièrement dans la paix][22] ; [Ô croyants ! Obéissez à Allah, obéissez au Messager et aux détenteurs de l’autorité parmi vous. Si vous avez le moindre litige, alors ramenez-le à Allah et au Messager, si vraiment vous croyez en Allah et au jour du jugement dernier ; cela vaut mieux et aura de meilleures conséquences pour vousNe vois-tu pas ceux qui prétendent croire à la Loi qui te fut révélée et qui fut révélée avant toi, ils veulent soulever leurs litiges au tâghût, alors qu’il leur est demandé de le renier. Satan veut uniquement les faire sombrer dans un égarement lointain][23] ; [Ceux qui ont divisé leur religion pour se scinder en groupe, tu n’as aucun lien avec eux][24] ;

 

[Ô croyants ! Si vous suivez une partie des gens qui ont reçu le Livre, ils vont vous ramener à la mécréance, après que vous ayez goûté à la foi • Comment pourriez-vous renier, alors que les Versets d’Allah vous sont récités, et que Son Messager est au milieu des vôtres ? Celui qui s’accroche à Allah est alors guidé sur un droit chemin • Ô croyants ! Craignez Allah comme il se doit, et ne mourrez qu’en tant que musulmans • Accrochez-vous tous ensemble à la corde d’Allah et ne vous divisez point Souvenez-vous des bienfaits qu’Allah vous a prodigués le jour où Il a réuni vos cœurs, et qui, dans Sa Grâce, a transformé des ennemis en frères. Avant cela, vous étiez aux bords de l’Enfer, mais Il vous en a sauvé. C’est ainsi qu’Allah vous montre Ses Signes, ainsi serez-vous guidés • Qu’un groupe d’entre vous appelle au bien, qu’ils ordonnent le bien et qu’ils interdisent le mal ; ceux-là seront les bienheureux • Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et qui ont divergé, après qu’ils aient reçu les preuves évidentes ; Ceux-là auront un châtiment immense • Le jour où des visages seront blancs et des visages seront noirs][25] ; ibn ‘Abbâs a fait le commentaire suivant : « Le visage des adeptes de la tradition et de l’union sera blanc, et celui des adeptes de l’innovation et de la division sera noir. »[26]

 

[S’ils veulent te trahir, alors sache qu’Allah te suffit ; Il est celui qui t’offrit le triomphe par Son soutien et celui des croyants • Il a réuni leurs cœurs, alors que si tu avais dépensé toutes les richesses de la terre pour y parvenir, tu n’y serais pas parvenu, mais Allah l’a fait][27]

 

D’après ‘Abd Allah ibn ‘Amr, le Messager d’Allah (r) a dit : « Vous allez suivre les coutumes des enfants d’Israël empan par empan,  à tel point que si l’un d’entre eux avait des relations avec sa mère en public, il y en aurait parmi vous pour l’imiter. Les enfants d’Israël se sont divisés en soixante-douze sectes. » Puis, le hadith conclut : « Quant à cette communauté, elle va se diviser en soixante-treize sectes ; toutes sont vouées à l’Enfer à l’exception d’une seule.

  • Laquelle Messager d’Allah, demandèrent les Compagnons ?
  • C’est la voie sur laquelle nous sommes mes Compagnons et moi. » » Rapporté par e-Tirmidhî.[28]

 

Tirmidhî rapporte également ce hadîth qu’il a authentifié, selon Abû Huraïra, mais l’Enfer n’est pas évoqué dans son énoncé.[29] Nous le trouvons également chez Ahmed et Abû Dâwûd, selon Abû Huraïra, et dans lequel le Prophète (r) dit notamment : « Il y aura dans ma communauté, des gens qui s’imprégneront des passions, comme la rage envahit toutes les veines et les articulations du corps. »[30]

 

À suivre…

                     

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

 

 

[1] Le repas céleste ; 3

[2] Yûnas ; 105-109

[3] Rapporté par el Bukhârî (n° 2268).

[4] Rapporté par Muslim (n° 856).

[5] Rapporté par ibn Abî Shaïba dans son recueil el musannif (n° 35526), et Abû Nu’aïm dans el huliya (1/253).

[6] La famille d’Imrân ; 85

[7] La famille d’Imrân ; 19

[8] Rapporté par Muslim (n° 153), selon Abû Huraïra.

[9] Rapporté par el Bukhârî (n° 7280), selon Abû Huraïra.

[10] Rapporté par el Bukhârî (n° 6882).

[11] Rapporté par el Bukhârî (n° 7282).

[12] Rapporté par Abû ‘Amr e-Dânî dans e-sunan el wârida fî el fitan (n° 210) ; el Hâfizh ibn Hajar l’a imputé à el Baïhaqî dans el fath (13/283).

[13] Le repas céleste ; 3

[14] El A’râf ; 157

[15] Les abeilles ; 23

[16] Rapporté par Ahmed dans el musnad avec le n° 15156 pour la version de Jâbir ibn ‘Abd Allah, et n° 18335 pour celle d’Abd Allah ibn Thâbit.

[17] Rapporté par Ahmed dans el musnad (n° 20022).

[18] Rapporté par Ahmed (n° 22910) et e-Tirmidhî (n° 2863) qui a fait le commentaire suivant : « Ce hadîth est bon et authentique. »

[19] Rapporté par el Bukhârî (n° 7054) et Muslim (n° 1849), selon ibn ‘Abbâs – qu’Allah les agrée son père et lui –.

[20] Rapporté par el Bukhârî (n° 4905) et Muslim (n° 2584), selon Jâbir ibn Abd Allah  – qu’Allah les agrée son père et lui –

[21] Rapporté par Muslim (n° 2699), selon Abû Huraïra (t).

[22] La vache ; 208

[23] Les femmes ; 59- 60

[24] Le bétail ; 159

[25] La famille d’Imrân ; 100-106

[26] Sharh usûl i’tiqâd ahl e-sunna d’e-Lâlakâi (1/72).

[27] Le butin ; 62-63

[28] Rapporté par e-Tirmidhî (n° 2641) qui a fait le commentaire suivant : « Ce hadîth est bon et singulier. » ; un autre hadîth-témoin vient le renforcer ; il est rapporté par Mu’âwiya chez Ahmed (n° 16937), et Abû Dâwûd (n° 4597), avec une chaine narrative jugée bonne ; il est rapporté également par Anas ibn Mâlik chez ibn Mâja (n° 3993), avec une chaine narrative jugée potable ; il est enfin rapporté par ‘Awf ibn Mâlik chez ibn Mâja (n° 3992) ; ainsi, en regard de toutes ses chaines narratives, il est considéré authentique.

[29] Rapporté par e-Tirmidhî (n° 2640).

[30] Rapporté par Ahmed (n° 16937) et Abû Dâwûd (n° 4597).

Partager cet article

Repost 0

commentaires