Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 22:12

Dialogue entre un quiétiste et un chrétien flic

(Partie 4/6)

 

L’Ami d’Allah se détourne des hérétiques

 

Selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « Allah ne regarde pas vos apparences et vos richesses, mais Il regarde vos cœurs et vos actes. »[1]

 

D’après el Bukhârî et Muslim, selon Mas’ûd (t), le Messager d’Allah (r) : « Moi, je vous attendrais à mon bassin (Hawdh), et des hommes parmi vous me seront présentés. Mais au moment où je vais leur donner à boire, on les refoulera violemment. C’est alors que je dirais : Seigneur, mes Compagnons !

  • Tu ne sais pas ce qu’ils ont fait après toi, me répondra-t-on. »[2]

 

Selon Abû Huraïra (t), le Messager d’Allah (r) a dit : « J’aurais aimé que nous puissions voir nos frères.

  • Ne sommes-nous pas tes frères, lui demanda-t-on ?
  • Vous, vous êtes mes Compagnons, mais mes frères ne sont pas encore venus.
  • Comment peux-tu connaitre ceux de ta communauté qui n’ont pas encore vu le jour, Messager d’Allah ?
  • Imaginez des chevaux noirs ayant des marques sur le front (listes, pelote) et les pieds (balzan). Est-ce que leur propriétaire serait incapable de les reconnaitre ?
  • Bien sûr que non, Messager d’Allah !
  • Ils viendront avec des marques blanches, à cause des ablutions. Moi, je vous attendrais à mon bassin. Des hommes en seront repoussés comme des chameaux égarés. Je leur crierais alors : « Venez ! » On me fera savoir : « Ils ont changé [la religion] après toi. » Je leur lancerais alors : « Éloignez-vous de moi ! »[3]

 

Chez el Bukhârî : « Je me trouverais devant mon bassin, et je verrais un groupe venir vers moi. Au moment où je les reconnaitrais, un homme de détachera d’eux et s’écriera : « Allez-y !

  • Où donc, lui demanderai-je ?
  • En Enfer.
  • Qu’ont-ils fait ?

Ils ont tourné les talons après ton départ. Puis, je verrais un autre groupe… » Il expliqua la même chose avant de conclure : « Je ne verrais aucun d’eux n’en réchapper, en dehors d’un ou deux qui seront comme des chameaux éloignés du troupeau. »[4]

 

Les deux recueils rapporte également un hadîth d’ibn ‘Abbâs, selon lequel : « … Je dirais alors les mêmes paroles que le pieux serviteur (Jésus ndt.) : [J’étais un témoin contre eux, aussi longtemps que j’étais au milieu d’eux, mais après m’avoir rappelé vers Toi, c’est Toi qui les surveillais, Toi qui est Témoin de toute chose • Si Tu les châties, ils ne sont que Tes créatures, mais si Tu leur pardonne, tu es certes, le Fort et le Sage].[5]

 

Nous reviendrons sur ce point dans la partie suivante, mais en attendant, voir : Mathieu 7. 21, 22 : http://saintebible.com/lsg/matthew/7.htm

 

Selon Hudhaïfa (t) : « Alors que les gens questionnaient le Prophète (r) sur le bien, moi, je m’intéressais au mal pour rester sur mes gardes. Je lui demandai : Messager d’Allah, nous étions dans le paganisme et le mal avant qu’Allah nous ramène le bien. Mais, viendra-t-il un mal après ce bien ?

  • Oui, me répondit-il.
  • Est-ce qu’après ce mal, le bien reviendra à nouveau ?
  • Oui, mais avec de la fumée.
  • Quelle sera cette fumée ?
  • Des gens qui suivront une autre tradition, une autre voie que la mienne. Ils feront des choses que vous apprécierez et d’autres que vous n’apprécierez pas.
  • Après le retour de ce bien, est-ce que le mal redominera à son tour ?
  • Oui, avec des troubles aveugles ! Il y aura des prêcheurs aux portes de la Géhenne qui y propulseront ceux qui répondront à leur appel.
  • Messager d’Allah ! Décris-les-moi.
  • Ils feront partis des nôtres et parleront notre langue.
  • Que m’ordonnes-tu de faire si je parviens à cette époque ?
  • Reste avec le groupe et son imam.
  • Et s’il n’y a ni groupe ni imam ?
  • Écarte-toi de tous les groupes existants, lui a-t-il répondu, même si tu devais t’agripper à la racine d’un arbre, et rester ainsi jusqu’à la mort. »[6]

 

Comme le dit le poète :

 

Je m’enquiers du mal, non pour lui-même, mais pour m’en protéger

Si tu ne le distingues pas du bien, tu risques d’y sombrer

 

Le Prophète (r) lui recommanda de rester avec le groupe et son imam. C’est le seul moyen de se protéger contre les fitna. Il insiste souvent sur ce point, comme en témoigne ses paroles : « La main d’Allah est sur le groupe, celui qui s’en sépare, c’est pour aller en Enfer. »[7] Il dit ailleurs : « Celui qui va à l’encontre du groupe délie l’Islam de son cou. »[8]

 

Une version d’Abû Dâwûd ajoute : « Après cela, qu’est-ce qu’il y aura ?

  • L’antéchrist qui aura avec lui un fleuve et un feu ; celui qui plongera dans son feu aura sa récompense et ses fautes pardonnées, mais celui qui plongera dans son fleuve aura ses fautes sur son dos, et sa récompense effacée.
  • Et après cela, qu’est-ce qu’il y aura ?
  • Après cela, il y a aura la fin du monde. »[9]

 

L’orthodoxie, le « chemin droit »

 

Il existe de nombreux hadîth qui enjoignent de s’accrocher à la corde d’Allah, notamment : « Je vous laisse deux enseignements après ma mort ; en vous y attachant vous serez sûrs de ne pas vous égarer : le Livre d’Allah et ma Tradition. »[10]

 

(Quiconque se détourne au Messager après avoir connu la bonne voie, en voulant suivre un chemin différent de celui des croyants, Nous lui ferons subir les fruits de son abandon, et allons lui assigner la Géhenne et quelle bien vilaine destinée est-elle !)[11]

 

Abû el ‘Âliya a dit : « Apprenez l’Islam, et une fois que l’avez fait, ne vous en détournez pas. Accrochez-vous au chemin droit, car il incarne l’Islam, et n’en déviez ni à droite ni à gauche. Accrochez-vous à la Tradition de votre Prophète, et gare aux passions. »[12]

 

Selon ibn Mas’ûd (t), le Messager d’Allah nous a tracé un long trait, puis, il expliqua : « Voici le chemin d’Allah. » Ensuite, il traça des traits plus petits de part et d’autres, avant de conclure : « Voici les sentiers égarés à la tête de chacun desquels se trouve un diable qui appelle les gens à y venir. »[13] Puis, il récita : (Voici Mon Chemin Droit alors empruntez-le et ne suivez pas les sentiers qui vous feront dévier de sa voie • Voici ce qu’il vous a recommandé, ainsi serez-vous pieux ?)[14] Pour Mujâhid, les sentiers incarnent les innovations et les idées ambigües.

 

Selon el ‘Irbâdh ibn Sâriya (t), le Messager d’Allah (r) nous fit un sermon émouvant, qui bouleversa les cœurs et qui fit couler des larmes. Nous décidâmes de lui demander : « Messager d’Allah ! On n’a l’impression que c’est un sermon d’adieu. Que nous recommandes-tu avant de nous quitter ?

  • Je vous recommande de craindre Allah (U), d’écouter et d’obéir au gouverneur, même s’il est esclave. Celui qui vivra parmi vous assistera à de nombreuses divergences. Accrochez-vous donc à ma tradition et à celle des nobles khalifes bien-guidés. Tenez-la bien et prenez-la fermement par les molaires. Et méfiez-vous des choses nouvelles, car toute nouveauté est une innovation et toute innovation est égarement. » E-Tirmidhî a fait ensuite le commentaire suivant : « Ce hadîth est bon et authentique. »[15]

 

« La meilleure parole est celle d’Allah, et la meilleure voie est celle de Mohammed (r). Les pires des choses sont les innovations. »[16]

 

Selon Hudhaïfa (t) : « Ne faites pas toute adoration que les Compagnons de Mohammed (r) n’ont pas faites, le prédécesseur n’a laissé aucune opportunité à son successeur. Craignez Allah ! Vous, lecteurs et prenez le chemin de ceux qui vous ont précédés. »[17]

 

À suivre…

                     

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

 

 

[1] Rapporté par Muslim (n° 2564, 34).

[2] Rapporté par el Bukhârî (n° 7049) et Muslim (n° 2297)

[3] Rapporté par Muslim (n° 349).

[4] Rapporté par el Bukhârî (n° 6587), selon Abû Huraïra (t).

[5] Le repas céleste ; 116-118

[6] Rapporté par el Bukhârî (n° 3606) et Muslim (n° 1847) ; l’expression « des troubles aveugles » ne se trouve pas dans ses deux recueils, mais dans le musnad d’Ahmed (n° 23282).

[7] Rapporté par el Hâkim dans el mustadrak (1/115), selon ‘Abd Allah ibn ‘Omar.

[8] Rapporté par Abû Dâwûd (n° 4785) ; il compte parmi les compléments d’Abd Allah le fils d’Ahmed dans le musnad de son père (n° 21570), selon Abû Dharr (t).

[9] Rapporté par Abû Dâwûd (n° 4244) et Ahmed dans el musnad (n° 23429), selon Hudhaïfa ibn el Yamân (t).

[10] Rapporté par ibn ‘Abd el Barr dans e-Tamhîd (24/331), selon Abû Huraïra (t) et ‘Amr ibn ‘Awf el Muzanî (t) ; il est rapporté également par el Hâkim dans el mustadrak (1/93), selon ibn ‘Abbâs ; L’imam Mâlik le rapporte également dans son muwatta (2/400), sans l’incorporer dans son texte (balâgh).

[11] Les femmes ; 115

[12] Rapporté par Abû Nu’aïm dans huliya el awliya (2/218).

[13] Rapporté par Ahmed dans el musnad (n° 4142) et Nasâî dans e-sunan el kubra (n° 11109).

[14] Le bétail ; 153

[15] Rapporté par Abû Dâwûd  (n° 4607), ibn Mâja (n° 42, 43), e-Tirmidhî (n° 2676), et Ahmed dans son musnad (n° 17145).

[16] Rapporté par Muslim (n° 867), et e-Nasâî (n° 1578), selon Jâbir ibn ‘Abd Allah.

[17] Rapporté par Abû Dâwûd.

Partager cet article

Repost 0

commentaires