Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 12:39

 

Tout sur le djihad II

(Partie 5)

Les premiers complots contre l’Empire naissant

 

Dans le cadre d’une série de conférences organisées à la suite des attentats de Riyad, Sheïkh el Fawzân brosse l’historique du terrorisme islamique.

 

Lorsque les non-musulmans se rendirent compte que l’Islam prenait de l’ampleur suite à ses campagnes militaires victorieuses, ils décidèrent de tramer des complots contre ses adeptes. C’est alors que les hypocrites firent leur apparition dans les rangs. Le nifâq (l’hypocrisie ndt.) consiste à afficher son adhésion à la religion musulmane tout en restant infidèle au fond de soi, en vue de tromper et de ruser contre ses membres. Ce phénomène eut lieu lorsque la religion prit de la force. Ces imposteurs se mirent alors à tramer des complots contre les musulmans. Ils cherchaient la moindre occasion pour porter atteinte au Messager d’Allah (r) et à ses Compagnons. Allah trahit leur agissement dans la sourate barâa et dans d’autres passages. Ils en furent très contrariés et leurs projets tombèrent à l’eau. La victoire revint à l’Islam, et Allah dévoila leurs vraies motivations et leurs intentions cachées de sorte qu’elles n’étaient plus un secret pour personne, qu’Allah soit loué !

Les Juifs avaient projeté de jouer un autre tour à la religion. Ils se servirent d’un des leurs qui se dénommait ‘Abd Allah ibn Saba. Cet homme abominable entra dans les rangs avec la mission de se rendre à Médine où il commença à semer des troubles en s’attaquant à la personne du khalife ‘Uthmân (t). Il parvint à former autour de lui une bande qui était composée de jeunes et de débauchés. Il se déplaçait de villes en villes et dès que les habitants se rendaient compte de son stratagème, il s’empressait de quitter les lieux. Il parvint toutefois à rallier à sa cause un groupe d’ignorants et de malfaiteurs. Ils gagnèrent la Capitale où ils séquestrèrent ‘Uthmân (t) avant de l’assassiner. Ils pensaient ainsi mettre un terme à cette nation en gestation.

 

Les causes à l’origine du kharijisme

 

En se faisant injustement exécuté, ‘Uthmân gagna le martyre. Le prince des croyants ‘Alî ibn Abî Tâlib succéda à sa place pour prendre le titre de quatrième khalife. Or, les hypocrites et les meurtriers du martyr représentaient toujours une menace. Ils se fondirent dans la masse et s’initiaient à semer le désordre et à provoquer des troubles. L’apparition des kharijites eut lieu dans ce contexte. Ils taxèrent ‘Ali (t) et l’élite des Compagnons d’apostats. Ils assassinèrent ‘Alî (t), e-Zubaïr ibn el ‘Awwâm, Talha ibn ‘Ubaïd Allah, etc. L’émergence des kharijites s’inscrit donc dans la continuité des événements dont l’abominable ‘Abd Allah ibn Saba fut le fomentateur, bien que son projet macabre échoua, qu’Allah soit loué !

 

Les kharijites mirent à jour contre ‘Alî une conspiration qui déboucha sur son assassina. Il eut le temps toutefois de les réprimer et d’en venir à bout à la bataille de Nahrawân. Ils subirent des pertes énormes et leur émergence confirmait une prophétie qui prédisait, grâce à Dieu, une lourde débâcle du côté des rebelles. Les forces khalifiennes appliquèrent le hadîth à la lettre : « Où que vous les trouviez, tuez-les. »[1] Le Prophète (r) confia également pour encourager les rangs : « Si je parviens à leur époque, je les détruirais comme le peuple de ‘Âd. »[2] Sa harangue visait ceux-là même qui s’en prirent aux musulmans dans l’objectif de réduire l’Islam à néant, mais leur projet échoua et l’Islam est toujours aussi fort.

 

Mu’âwiya (t) prit ensuite les rênes du pouvoir qu’il exerça avec sagesse. Les musulmans se réunirent autour de lui et il fit obstacles aux faiseurs de troubles. L’année où el Hasan ibn ‘Alî – qu’Allah les agrée son père et lui – renonça au règne au profit d’ibn Abî Sufiân – qu’Allah les agrée son père et lui – fut baptisée l’année de l’union (‘âm el jamâ’a). C’est à cette date que les musulmans se réconcilièrent et qu’ils se fortifièrent, au grand mécontentement des kharijites, les instruments des ennemis de l’Islam. Cependant, ils arrivent toujours à reprendre leur souffle sous l’impulsion des juifs, des chrétiens et des mécréants en général qui exploitent sans cesse le zèle de la jeunesse musulmane. Ils parviennent ainsi à faire sombrer certains jeunes dans l’extrémisme et à les tourner contre leurs pères, leurs mères, et leurs frères en religion.

 

Malheureusement, nous assistons aujourd’hui à ce phénomène avec l’émergence du « groupe égaré » qui se révoltent contre les musulmans. Ils commettent des actions terroristes contre des bâtiments, et attentent à la vie des musulmans et des non-musulmans qui sont sous leur protection. Ils causent ainsi des dégâts humains et matériels.

 

Ce mouvement s’inscrit dans la continuité des kharijites que les juifs introduisirent dans les rangs des musulmans de la première époque. Le même scénario se reproduit aujourd’hui par l’intermédiaire de groupes clandestins et d’organisations secrètes que les Juifs mettent sur pieds en vue de salir l’Islam et de comploter contre les musulmans. Allah (Y) veut pourtant parachever Sa Lumière. Les plans de ce fameux groupe ont échoué qu’Allah soit loué ! Leurs plans ont toujours échoué à travers l’Histoire. Ils n’ont jamais réussi à mener à bien ne serait-ce qu’un seul de leurs projets, et ils n’ont jamais gagné une victoire sur le champ de bataille. Ils sont toujours les vaincus et subissent depuis toujours des défaites humiliantes. Leurs forces sont sans cesse désintégrées. Ne soyons donc pas surpris de la tournure que prennent les événements actuellement.

 

Il suffit de lire l’Histoire pour comprendre les fondements de ce « groupe égaré ». Il n’est qu’un élément d’une chaîne qui remonte loin dans le temps. Dès ses origines, elle fut alimentée par les Juifs, mais aussi par leurs complices dans les rangs chrétiens et ailleurs. Le but était de réduire l’Islam à néant et de faire obstacle à la voie d’Allah. Cependant, l’Islam continue son chemin qu’Allah soit loué ! Rien ne peut l’empêcher de parvenir aux hommes par la grâce d’Allah ! L’opposition contre les autorités et contre la société est à l’origine des événements récents. Des marginaux se sont tournés vers des gens douteux et se sont imprégnés de mauvaises pensées. Ils pensaient qu’ils étaient sur la vérité et qu’ils agissaient au nom du djihad, au nom de la morale (ordonner le bien et interdire le mal), sans se douter qu’ils commettaient, en réalité, des crimes ignobles.

 

Le vrai jihad s’incarne justement dans la lutte contre ce genre de dissidence, comme l’a fait le Prince des croyants ‘Alî ibn Abî Tâlib (t) et les Compagnons. Ces derniers n’ont fait que se soumettre aux ordres du Messager (r). C’est lui en effet qui a commandé de combattre les kharijites et de mater leur rébellion, lui, l’auteur des paroles : « Où que vous les trouviez, tuez-les. »[3] « Si je parviens à leur époque, je les détruirais comme le peuple de ‘Âd. »[4] Le djihad consiste donc à les réprimer et à protéger les musulmans contre leur mal. Nous vivons actuellement les conséquences de ces idées, car certains jeunes furent nourris par ce genre d’utopie. On leur a fait croire que leur société, avec leurs gouverneurs à leur tête, était mécréante. Ils pensaient que les musulmans actuels avaient défiguré l’Islam.  Ces conceptions erronées les ont bercés d’illusion. Ils manquaient certes de maturité ; le meilleurs des hommes montre d’ailleurs que : « Ils sont jeune et simples d’esprit. »[5] Ils se sont ancré ces idées dans la tête après avoir subi un lavage de cerveau et avoir mis de côté la vraie science. Ils ont ainsi tourné le dos à leurs savants avant de se faire endoctriner. Il serait très difficile actuellement de les convaincre du contraire.

 

L’union des musulmans contribue au triomphe de la religion

 

Nous vivons donc les conséquences de la désobéissance et de l’opposition aux autorités, alors qu’Allah (Y) nous ordonne de nous unir. Il (I) nous révèle en effet : [Accrochez-vous tous ensemble à la corde d’Allah et ne vous divisez point. Souvenez-vous des bienfaits qu’Allah vous a prodigués lorsqu’Il a réuni vos cœurs, alors que vous étiez des ennemis ; par Sa faveur, vous êtes devenus des frères. Vous étiez auparavant aux bords de l’Enfer, mais Il vous en a sauvé. C’est ainsi qu’Allah vous montre Ses Signes, ainsi serez-vous guidés].[6]

 

S’unir autour de la vérité et s’entraider dans le bien et la piété constitue le moyen de faire triompher l’Islam et de déjouer les plans de ses détracteurs. Cela n’est possible que si les musulmans sont unis, et pour s’unir, il faut obéir aux autorités. C’est pourquoi, le Prophète insista sur l’importance, lorsqu’un litige divise les rangs, de se soumettre aux ordres des différents gouverneurs. Un jour, il fit à ses Compagnons un sermon émouvant qui fit couler des larmes et qui bouleversa les cœurs. Puis, ses auditeurs lui demandèrent : « Messager d’Allah, nous avons l’impression que ce discours tient lieu de testament, que peux-tu donc nous recommander ?

  • Je vous recommande de craindre Allah et d’obéir à votre émir, quand bien même il serait un esclave. Celui qui vivra parmi vous assistera à de nombreuses divergences. Accrochez-vous donc à ma tradition et à celle des nobles khalifes bien-guidés après moi. Tenez-la bien et prenez-la fermement par les molaires. Et méfiez-vous des choses nouvelles, car toute nouveauté est une innovation et toute innovation est égarement. »[7]

 

Le Prophète (r) ordonne ici de se conformer à deux choses en cas de litiges :

Premièrement : l’obéissance aux autorités musulmanes sans fomenter de rébellion.

Deuxièmement : s’accrocher à la sunna du Messager (r) en s’éloignant des idées qui s’infiltrent de temps à autre au sein des musulmans.

 

Nous avons entre les mains la sunna au sujet de laquelle le Prophète (r) a dit : « Je vous ai laissé une voie aussi limpide le jour que la nuit. Personne ne peut la manquer excepté les perdus. »[8] L’extrémisme est une entrave à l’union autour du pouvoir en place et la divergence et une entrave au devoir de se référer à la Tradition prophétique, sans se tourner vers l’opinion d’un tel ou d’un tel. La sunna est en effet immunisée contre l’erreur. Nous pouvons dire la même chose pour le Coran : [le faux ne peut lui venir ni par devant ni par derrière ; il est plutôt révélé par un Dieu Sage et Loué].[9] De plus, le Prophète (r) ne parle pas sous l’effet des passions : [Il ne parle point sous l’effet des passions Mais il est inspiré par la Révélation].[10]

 

Ainsi, le Coran et à la sunna sont un rempart aux troubles, et aux idées corrompues. Allah (Y) révèle : [Si vous avez le moindre litige, alors ramenez-le à Allah et au Messager, si vraiment vous croyez en Allah et au Jour du Jugement dernier ; cela vaut mieux et aura de meilleures conséquences pour vous].[11] Pour éviter de sombrer dans ce genre d’idées, il aurait fallu que ces gens-là reviennent vers leurs savants pour les questions qui leur semblaient confuses ; ils auraient dû revenir également au Coran et à la sunna. Au lieu de cela, ils se sont laissés séduire par des pensées corrompues qu’ils prirent pour argent comptant. Ils cherchaient conseils auprès d’individus de mauvaise foi au lieu de se tourner vers ceux qui méritent la confiance. Vous pouvez voir et entendre quel en le résultat aujourd’hui. Rien ne peut être accompli ni changé sans la Volonté d’Allah !

 

Nous ne sommes pas étonnés que ce genre de choses puisse arriver dans les pays non-musulmans ; que la jeunesse de ces contrées s’insurge contre leurs États. Les infidèles en effet n’adhèrent pas à la vraie la religion. Ils n’ont pas la chance de s’appuyer sur le Livre d’Allah et la Tradition de Son Messager, contrairement aux musulmans. Ces derniers ont l’opportunité de revenir à leurs textes scripturaires et à leurs références religieuses qui ne vont pas manquer de les orienter vers le bien et vers les bons choix.

Allah (U) révèle : [Quand leur vient une nouvelle qui est soit rassurante soit alarmante, ils la répandent. S’ils avaient ramené la chose au Messager et aux responsables de l’autorité parmi eux, les personnes compétentes auraient su comment la gérer. Si ce n’était la Faveur d’Allah à votre égard et Sa Miséricorde, vous auriez suivi Satan excepté un petit nombre d’entre vous].[12]

 

Il incombe donc de revenir aux savants et aux responsables de l’autorité temporelle (les gouverneurs) pour les questions politiques et l’autorité spirituelle (les savants) pour les questions religieuses. Ceux-là sont à même de résoudre les problèmes rencontrés, par la Volonté d’Allah. [S’ils avaient ramené la chose au Messager et aux responsables de l’autorité parmi eux] : ramener la chose au Messager (r) consiste après sa mort à la ramener à sa Tradition, comme l’explique le hadîth précédent : « Accrochez-vous donc à ma tradition et à celle des nobles khalifes bien-guidés après moi. »

 

Ainsi, si ces fameux jeunes – qu’Allah les guide et qu’Il les ramène sur la vérité – s’étaient contentés de revenir aux savants, au Coran et à la sunna, ils ne se seraient pas égarés dans des sentiers tortueux. Les orientations des savants, conformément aux recommandations des textes, les auraient mis à l’abri.

 

À suivre…

                     

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

 

 

[1] Rapporté par el Bukhârî (n° 3611) et Muslim (n° 1066), selon ‘Alî (t).

[2] Rapporté par el Bukhârî (n° 3344) et Muslim (n° 1064), selon Abû Sa’îd (t).

[3] Rapporté par el Bukhârî (n° 3611) et Muslim (n° 1066), selon ‘Alî.

[4] Rapporté par el Bukhârî (n° 3344) et Muslim (n° 1064), selon Abû Sa’îd.

[5] Extrait du hadîth d’Alî dont nous avons évoqué précédemment les références.

[6] La famille d’Imrân ; 103

[7] Rapporté par Abû Dâwûd (n° 4607), ibn Mâja (n° 42-44), e-Tirmidhî (n° 2676), et Ahmed (4/126-127), selon el ‘Irbâdh ibn Sâriya (t).

[8] Rapporté par ibn Mâja (n° 43) et Ahmed (4/126).

[9] Les Verset détaillés ; 42

[10] Les étoiles ; 3-4

[11] Les femmes ; 59

[12] Les femmes ; 83

Partager cet article

Repost 0

commentaires