Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2019 6 21 /12 /décembre /2019 13:07

La propagande jette son dévolu sur le Coran des origines 5/5

 

27- T. Altikulaç. Même si aucun pays musulman n’a jamais cherché à creuser pour le plus tôt (sic) manuscrits ou même de cataloguer tous ceux qu’il possédait - la quête de ces manuscrits et leur datation n’étant faits que par des érudits non musulmans, à l'exception des œuvres du turc T. Altikulaç, nous possédons aujourd'hui de nombreux manuscrits qui ont été datés de manière concluante au premier siècle de l’Hégire.

 

28- L’orientaliste italien Sergio Noja Noseda, avec F. Déroche, a étudié la manuscrits scriptijāzī du Coran, écrits sur parchemin, appartenant au premier siècle de l’Hégire, et il a conclu que près de quatre-vingt-trois pour cent du texte coranique est disponible dans ces manuscrits.

 

29, 30- ʿ Abdullah David et MSM Saifullah, Liste concise des manuscrits arabes du Coran attribuable au premier siècle de l'hégire.[1]

 (Article du 6/2/2012) ces deux érudits n’ont pas inclus dans leur étude le texte coranique écrit en papyrus, ni les parchemins ḥijāzī de Sanaa, ni ceux écrits en kufique scénario. Ces premiers manuscrits ont confirmé que le texte coranique n’était pas affecté par un schisme religieux précoce, des événements politiques, ou nouvellement absorbé des cultures. C'est le même texte tout au long du premier siècle de l'hégire. Les manuscrits du Coran réunis au XXe siècle réfutent les affirmations des missionnaires selon lesquelles les manuscrits témoignent de la corruption du texte.

 

31- Patricia Crone, une fervente partisane de la thèse hypercritique qui, contre toute attente, a cité la datation au radiocarbone d'un premier manuscrit coranique comme étant la raison majeure pour laquelle elle revoit son point de vue sur la compilation et la transmission du Coran, affirmant qu'il ne peut y avoir aucun doute qu'Uthman a convoqué un comité pour produire un texte normalisé, exactement ce que dit la tradition.[2]

 

32- Dr. Joseph E. B. Lumbard. Sur l’état actuel de la recherche à propos des manuscrits qûraniques, citons également le Dr. Joseph E. B. Lumbard qui est docteur en études islamiques et diplômé de l’université de Yale aux États-Unis.

 

Il a enseigné la littérature arabe à l’université américaine du Caire en Egypte et l’Islam classique à la Brandeis University aux États-Unis, et a également exercé sa profession de chercheur et d’enseignant à l’American University of Sharjah. Ses domaines de recherche et de spécialités englobent les études qûraniques, l’histoire civilisationnelle de l’Islam, le sûfisme (tasawwûf, appelé aussi parfois «mysticisme musulman»), la philosophie islamique, le hadith/tradition prophétique, et le dialogue inter-religieux.

 

Dans une interview (en anglais) traduite en français sous le titre « Question contemporaine : Le Qur’ân original est-il préservé ? »[3] le Dr. Joseph Lumbard réfutait les thèses orientalistes qui parlaient d’une élaboration tardive et progressive du Qur’ân s’étendant sur 200 ans, et il montrait que les adeptes d’une telle thèse n’avaient pas étudié l’ensemble des manuscrits qûraniques, qui dans leur ensemble, valident bien le point de vue musulman sur l’existence complète du Qur’ân actuel à l’époque des premières décennies de l’Hégire.

Il affirme en effet : « Étant donné que de plus en plus de manuscrits sont devenus disponibles, nous sommes capables de confirmer avec une précision de plus en plus grande, scientifiquement, et aussi empiriquement que possible, que l’histoire que les musulmans (orthodoxes) ont à propos de la compilation du Qur’ân est, pour la plus grande partie, exacte.

Comme l’a dit Carl Ernest (spécialiste américain en études islamiques et docteur en religions comparées), c’est une meilleure explication des données disponibles que nous avons que n’importe quelle autre théorie proposée par qui que ce soit ».

 

33- Emilio G. Platti. Le Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain, Emilio G. Platti a dit : « Suite à la découverte de manuscrits extrêmement anciens du Coran, et à la datation au carbone 14 des folios de Birmingham entre 568 et 645 (soit entre 56 avant l’hégire et 25 après), les chercheurs dans leur majorité refusent aujourd’hui les datations tardives des manuscrits coraniques les plus anciens proposées par exemple par John Wansbrough dans son livre intitulé Quranic studies (Oxford University Press, 1977).

Patricia Crone et Michael Cook avaient eux aussi suggéré qu’il n’existait aucune indication de l’existence de corans avant la fin du 1er/7e siècle (Hagarism, Cambridge University Press, 1977).

Il semblerait aujourd’hui qu’une meilleure datation serait plus proche du milieu du 1er/7e siècle, voire même avant cette date ».[4]

 

34- Sur le plan académique, le chercheur Muhammad Mustafa Al-Azami (1930-2017) dans son The History of The Qur’anic Text: From Revelation to Compilation: A Comparative Study with the Old and New Testaments (publié en 2003, 1ère édition, et 2011 pour la 2ème édition) a montré que le Qur’ân actuel remonte bien à l’époque du Prophète, qu’il fut préservé.[5]

Il se base non seulement sur la force de la tradition orale et de la logique, mais aussi sur des données matérielles (archéologiques et historiques), et réfute ainsi les thèses de Ignác Goldziher et Joseph Schacht sur le sujet.

Il procède aussi à une comparaison entre le Qur’ân, l’Ancien et le Nouveau Testament dans les méthodes de préservation et de transmission.

 

35- Adnan ar-Rifâ`î. Les travaux qui montrent l’exactitude et la précision de l’agencement du Texte qurânique (et donc la transmission intégralement préservée du texte par le sens et les mots) tels que ceux de Adnan ar-Rifâ`î par exemple, se multiplient depuis des années.

L’alphabet numérique que Adnan ar-Rifâ’î a déduite manuellement lettre par lettre a été faite d’après tout le Qur’ân, et un logicien informatique comme Access Qur’ân permet de vérifier l’exactitude de ses calculs.

Depuis, un « nouveau consensus a émergé parmi les chercheurs travaillant sur les origines de l’islam » et donne une date du milieu du 7e siècle (vers 650) pour la composition du texte qurânique (le rasm) de base (cf. Jonathan E. Brockopp, « Islamic Origins and Incidental Normativity », Journal of the American Academy of Religion, vol. 84, no 1,‎ 2016, pp. 28-43).

 

Des travaux récents (cf. Christian Julien Robin sur l’écriture arabe plusieurs siècles au moins avant la naissance du Prophète Muhammad) remettent en cause la théorie des emprunts lexicaux des langues non-arabes vers l’arabe qurânique.

La thèse que Pétra était le lieu d’origine du Hajj à l’époque du Prophète (thèse défendue par Dan Gibson) ne tient pas face aux évidences, car il y a une absence totale de mentions d’une telle pratique (des musulmans) parmi les sources musulmanes et non-musulmanes, et des traces auraient dû rester, au moins des traditions orales.

Or il n’en est rien, et même du point de vue des données matérielles (archéologiques et historiques), David A. King a réfuté cette thèse, dans un article intitulé « From Petra back to Makka – From “Pibla” back to Qibla »

 

De même, la méthode historique n’est pas une science exacte et possède des failles et des lacunes.

Pour autant, elle peut apporter des informations utiles et pertinentes sur un certain nombre de points, et c’est ce qu’ont fait les premiers exégètes et chroniqueurs musulmans sans complexe d’aucune sorte.

 

36, 37, 38- Les travaux d’Anne-Sylvie Boisliveau, de Michel Cuypers, et du Pr Geneviève GOBILLOT apporte leur pierre à l’édifice pour l’approche philologique du Livre saint des musulmans. Nous aurions pu ajouter une pléthore de citations de sommités occidentales sur les miracles linguistiques du Coran.[6]

 

39- Dr Bart Ehrman, spécialiste du NT.[7]

 

40- Marijn van Putten. Enfin, il y a à peine quelques mois, un universitaire hollandais nous pondait ce qui adviendra la cerise sur le gâteau. “The Grace of God” as evidence for a written Uthmanic archetype: the importance of shared orthographic idiosyncrasies. Marijn van Putten, Leiden University.[8]

 

Pour mesurer la portée révolutionnaire de cet article, j’aimerais citer deux commentaires qu’un contact a eu la sympathie de me partager et qui provient d’un échange qu’il a eu avec son ami, actuellement professeur à l’université du Maryland, mais aussi à Georgetown :

 

…d'où ce qu'il appelle sa méthodologie "nouvelle" : il compare 14 anciens manuscrits coraniques dans leur orthographie, et voit que les différences obéissent en fait à une modélisation spécifique. Il détaille le tout et finit par conclure qu'il a existé un "archétype", qu'il dit bien sûr être la codification/recension uthmanienne. 

 

Pour mesurer la "bombe" que cet article est, il faut savoir que j'ai lu au moins une personne au courant de l'islamologie occidentale qualifier ce travail du plus "révolutionnaire" depuis Nöldeke.  

 

Cet article est paru en juin dernier et a ouvert des perspectives énormes en termes de recherche. En résumé, l'idée dominante pendant un siècle de recherche sur le Coran consistait à dire que nous n'avons pas de traces matérielles du Coran de Uthman qui puissent venir confirmer qu'une version finale à été rédigée sous son règne. Nous avions tout au plus des manuscrits datant du premier siècle de l'islam, mais plus plutôt de la fin du 7ème et non de la première moitié. L'auteur de l'article s'appuie sur une démarche originale qui consiste à étudier l'orthographe d'une expression coranique et de mettre en évidence que celle-ci ne s'écrit pas de la même façon dans tout le Coran. Il étudie le phénomène sur 14 manuscrits datant du premier siècle et remarque que ces différences s'observent aux mêmes endroits et surtout sont identiques. Il en conclut qu'il est impossible d'avoir une telle régularité dans l'orthographe d'une même expression a des endroits différents sans qu'il n'y ait au départ une version écrite sur laquelle les rédacteurs ou les scribes des plus anciens manuscrits se sont appuyés. L'idée donc d'une rédaction écrite du Coran datant des premiers temps de l'islam commence petit à petit à se confirmer de manière scientifique. Cet article a été accueilli comme le plus important depuis un siècle.

                           

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

 

 

 

[3] Publiée sur la chaine YouTube du « Cercle Al-Amîn » le 15 février 2018 : 

https://www.youtube.com/watch?v=_0IXzprAk-M

[5] Voir : https://www.youtube.com/watch?v=vgbcPw9hKrc

Al-Azami ne verra pas la parution de son livre. Mort en 2017, il n’aura jamais eu accès aux manuscrits de Sanaa, suite à une décision des autorités yéménite. Il a probablement pâti des déclarations exubérantes de Puin.

[6] Voir : https://www.oasiscenter.eu/fr/la-regle-du-coran-la-rhetorique-semitique

https://journals.openedition.org/assr/26326

http://discernement-islam.weebly.com/le-coran--parole-inchangeacutee-de-dieu.html

https://ia903005.us.archive.org/18/items/315780792CoranLeMiracleLinguistique/315780792-Coran-Le-Miracle-Linguistique.pdf

D’autres chercheurs, comme Marcel André Boisard, Jacques Berque, Martyn Smith, Dale F. Eickelman, Ralph et Richard Lazarus, F. E. Peters, Richard Bulliet ou Raymond Farrin (voir son excellent ouvrage Structure and Qur’anic Interpretation: A Study of Symmetry and Coherence in Islam’s Holy Text, éd. White Cloud Press, 2014) ont montré la cohérence du Texte qûranique et donc son unité, excluant une composition hétérogène par différents auteurs à travers le temps (hypothèse qui n’a jamais pu être vérifiée, et qui reposait aussi sur une datation tardive, aujourd’hui définitivement réfutée).

Voir : https://www.mizane.info/le-coran-des-historiens-pour-une-critique-des-theses-hypercritiques-2-2/

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
I thoroughly enjoyed this. It was so clear and succinct. Big thanks!
Répondre
M
As salamu alaykum wa rahmatullahi wa barakatuh <br /> <br /> Akhi j’ai un forum pour toi qui te plaira, le forum est assez actif et y’a vraiment du niveau wallah, y’a toutes les tendances, des juifs, des chrétiens, des chiites, des soufis, des sunnites... et y’a du niveau wallah<br /> <br /> Tu peux demander à créer un topic special où tu y postes tous tes articles, tu peux aussi ouvrir des nouveaux sujets mais ceux qui par exemple concernent uniquement l’islam et les musulmans sont à poster dans le topic islam.. bref lis les règles comme ça tu seras au courant de comment le forum fonctionne<br /> <br /> Le forum c’est le sous forum de jeuxvideo.com, section religion, ici : http://www.jeuxvideo.com/forums/0-3005597-0-1-0-1-0-religion.htm<br /> <br /> Je te conseille, si tu es sur portable, d’afficher la version web du site . <br /> <br /> Salam
Répondre