Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 11:20

ETUDE GRAMMATICALE ET LINGUISTIQUE DE LA NON-CRUCIFIXION DE JESUS (AS) DANS LE CORAN 4/4

(Article de Nordine Bennecer)

 

  1. Conjectures sur Aïssa

Ma lahoum bihi min ‘ilm illa tibba’ addhan : on note une opposition entre ‘ilm = science et ddhan = conjecture.

Le Coran définit ceux qui affirment cette position de crucifixion comme étant de la pure conjecture.

Que veut dire conjecture ?

C’est une opinion, une idée non vérifiée fondée sur l’apparence. C’est une idée inutile ou erronée, ou opinion fondée sur l’apparence. Le vocabulaire est calibré car tout repose sur l’apparence et ils ne font que suivre.

Puis, il est affirmé une deuxième fois la position islamique : « wa ma qatalouhou yaqina ».

L’expression est encore sous la forme négative et signifie littéralement « à la prétention de l’avoir tué (cf. wa) ils ne l’ont pas tué de manière certaine.  

« Yaqinan » vient de « yaqine » ; il a plusieurs occurrences et signifie la certitude mais aussi la mort (wa ‘aboud rabbaka hatta yatiyaka lyaqine). La négation de la prétention de l’avoir tué est affirmée deux fois de suite dans le verset et deux fois encore à la fin de ce verset.

  1. Verset 157

Ce verset confirme le sort de Aïssa (AS) et il est expliqué par l’usage de « bel » ; tout comme « wa lakin », « bel » a aussi un rôle particulier dans la grammaire arabe. Le mot est utilisé pour annuler ce qui est affirmé ; c’est un annulatif. Il annule cette prétention des juifs de l’avoir tué ; il a été élevé vers Dieu, et non pas à sa droite !

Le mot « bel » est un annulatif, de ce qui est dit ou affirmé ; sourate el mayda, v 64 (wa qa lati lyahoud, yadou lah maghloulah ; ghoulat aydihim wa lou’inou bima qalou. BEL, yadahou mabsoutatane.

Le « bel » annule et apporte la réponse, tout comme « lakin » corrige et apporte la réponse. C’est le cas pour le passage de la non-crucifixion où la réponse apportée est que Aïssa (AS) a été élevé vers Allah. De plus, tout comme « lakin », « bel » fait passer ce verset d’un type négatif simple à un type négatif de type restrictif.

Et Allah est puissant et sage, c’est-à-dire capable de toute chose et juste dans ce qu’il fait.

Cette présentation constitue l’ensemble des arguments présentés par le polysyndète pour affirmer la position coranique et rétablir la vérité : Aïssa (AS) n’a pas été tué ni même crucifié.

 

  1. Implications

Il s’agit d’appliquer la « méthode » de Karim el hanifi et de voir les conclusions désastreuses auxquelles elles nous conduiraient si elles étaient appliquées. Effectivement, affirmer que la phrase construite sur le modèle ma + verbe + wa lakin signifie une affirmation et non pas une négation, alors il doit en tirer les conséquences :

Toute expression bâtie sur ce modèle est donc affirmative.

Le verset « wa ma dhalamahoum Allah wa lakin kanou anefousahoum yadhlimoun » (Allah ne les a pas lésés mais ils se sont faits du tort à eux-mêmes), signifierait selon sa méthode qu’Allah les a certainement lésés et eux, ne se sont pas du tout fait du tort.

De la même manière, la sourate el Baqara, v 253 « wa lawsha Allah, ma qtatala alladhina …wa lakin ikhtalafou (si Allah l’avait voulu ils ne se seraient pas entretués, mais ils ont divergé) signifierait donc que si Allah l’avait voulu, ceux qui sont venus après se sont entretués après …mais ils furent en accord ?

Wa ma Allahou bi ghafilin bima ta’maloune (Et Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites) deviendrait : Allah est inattentif à ce que vous faites.

Wa ma yadourrouka min chay (et ils ne peuvent te nuire en quoi que ce soit) deviendrait : ils peuvent te nuire en toute chose.

Wa alamaka ma lam takoun ta’lam (ce que tu ne savais pas) deviendrait : et il t’a enseigné ce que tu savais.

Wa ma ya’zoubou ‘an rabika min mithqal (et rien n’échappe à ton seigneur fusse un atome) deviendrait : et tout peut échapper à ton seigneur fusse un atome.

Wa ma kafara Souleymane (Souleymane n’a pas fait de koufr) deviendrait : Souleymane a fait du koufr.

 

Les exemples sont nombreux et catastrophiques si on les applique au Coran ou à la littérature arabe. Laissons Karim el hanifi ou son faux-semblant Mickael Bayoune nous répondre inchaAllah.

 

Walhamdoulillahi wahdah.

 

Nordine Bennecer.

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
I thoroughly enjoyed this. It was so clear and succinct. Big thanks!
Répondre
S
Ceci est un article génial.Merci! Vraiment cool.
Répondre