Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2020 7 07 /06 /juin /2020 17:52

Réfutations des arguments judéo-chrétiens sur Ismaïl (as), sa particularité et son sacrifice II 4/4

(Article de Nordine Bennecer)

Le scénario du sacrifice

Nous parlons de scénario car il s’agit de reconstituer le déroulement du sacrifice avec toutes ses composantes et de le plaquer sur les deux enfants bénis.

Tout d’abord, notons que cette « reconstitution » a été laborieuse car elle n’est jamais présentée de manière détaillée dans la Bible et les évènements sont séparés les uns des autres car le fait de les mettre bout à bout, dans l’ordre de déroulement chronologique du récit pose un énorme problème pour les falsificateurs. En effet, en rétablissant les faits, nous nous apercevons que les évènements ont été séparés sciemment de manière à leur retirer toute logique narrative et empêcher que la démonstration rationnelle conduise à démontrer qu’Ismaïl (AS) est l’enfant sacrifié.

Du sacrifice chez les chrétiens

Les chrétiens recourent au déroulement du sacrifice abrahamique pour l’appliquer à Jésus et ainsi proposer une nouvelle alliance.

L’alliance chrétienne

Leur message consiste à proposer une nouvelle alliance basée sur le sacrifice de Jésus. Selon leur croyance, Dieu aurait donné son fils unique au monde (cette fois-ci il n’y a qu’un seul enfant, il n’en existe pas d’autre et il est abandonné à la vindicte populaire, d’où son cri selon les chrétiens « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné) et sacrifié sur la croix en vue de racheter les péchés pour quiconque croit en sa mort expiatoire.

Cette histoire retrace le processus du scénario de l’alliance abrahamique car il en décrit les étapes par le sacrifice de Jésus, sa mort et l’alliance proposée. Ces 3 points constituent les étapes qui ponctuent l’alliance christique, elles-mêmes reprises des étapes abrahamiques. Elles sont consignées dans la Bible pour celui « qui vient avec un cœur sain ».

 

1ère étape : le choix de l’enfant unique, offrande à la divinité

Nous avons vu plus haut que les religions antiques qui pratiquaient des rites sacrificiels sacrifiaient obligatoirement le premier-né et jamais le deuxième enfant. En donnant le premier enfant, le but était de faire passer la volonté de la divinité avant celle de l’homme, obtenir la fécondité dans la famille et les biens, la bonne récolte ainsi que la bénédiction. Nous voyons à travers l’exemple des fils d’Adam, que l’un a donné en sacrifice le premier-né de son troupeau et son offrande a été acceptée tandis que le deuxième a gardé pour lui les premiers fruits et a offert les suivants, satisfaisant son égo avant de se soumettre au très-haut, d’où le rejet de son offrande. Rappelons ce que dit la Bible concernant les sacrifices :

« Tout premier-né m’appartient, même tout mâle premier-né dans les troupeaux… ». (Exode 34. 19).

 « Tu rachèteras avec un agneau le premier-né...Tu rachèteras tout premier-né de tes fils. (Exode 34. 20).

C’est ce que la Bible affirme avec force : c’est le premier enfant qui est sacrifié. Pour les chrétiens, Dieu a sacrifié son unique enfant en la personne de Jésus.

2ère étape : La mise à mort de l’enfant unique

C’est le moyen par lequel l’homme donne son offrande et se soumet. Ibrahim a donné son fils unique en soumission à Dieu tout comme le Dieu des chrétiens a offert son fils unique en soumission à l’amour du monde « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique » (Jean 3. 16).

C’est cela la véritable soumission car elle consiste à faire passer son égo après la volonté de Dieu.

3ère étape : l’alliance comme conséquence du sacrifice

L’alliance traduit la soumission de l’homme aux commandements divins et s’exprime par la croyance en un Dieu unique. Chez les chrétiens, elle se traduit par la croyance en la mort expiatoire de Jésus en échange de quoi les péchés sont rachetés et la vie éternelle est donnée à celui qui partage cette croyance.

Il s’agit de traduire dans les faits la forme que prend l’alliance. Chez Ibrahim, elle se concrétise par la circoncision qui est une ablation du prépuce et donc une inscription dans la chair (Vous vous circoncirez et ce sera un signe d’alliance entre moi et vous, Genèse 17. 11). Les chrétiens traduisent aussi l’alliance par une circoncision, mais il s’agit de celle du cœur. C’est le règne de l’esprit sur celui de la chair.

Au-delà des explications pour justifier les positions des uns et des autres, nous devons nous arrêter sur le processus qui a conduit à l’application de l’alliance, qu’elle soit de chair ou d’esprit.

Les 3 étapes récapitulant ce processus sont : choix de l’enfant unique, sacrifice, circoncision. Il s’agit du processus suivi par Ibrahim et repris par les chrétiens.

La Bible se fait l’écho de ces étapes :

« Rassemblez-moi mes fidèles qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice » (Psaumes 50. 5).

L’alliance se fait d’abord par le sacrifice, c’est-à-dire que pour qu’il y ait alliance et donc la circoncision, il faut en premier lieu le sacrifice. On a donc le sacrifice, puis l’alliance et enfin la circoncision.

Dans ce cadre, Ibrahim a donc sacrifié son fils unique et l’a ensuite circoncis.

Appliquons alors ce schéma à l’interprétation judéo-chrétienne.

Ibrahim a pris son fils unique, en dehors duquel il n’existe pas d’autre enfant de sexe masculin, et qui est abandonné puis l’a sacrifié et enfin circoncis.

En conséquence, il a pris Ishaq, l’a sacrifié et circoncis. Comme l’alliance se traduit par la circoncision, le patriarche a dû circoncire Ishaq en premier, puis tous les hommes de sa maison et lui-même en dernier le jour où Dieu le lui a ordonné. Cela a donc crée un précédent pour tous les enfants qui viendrait après…Quant à Ismaïl, étant absent, il n’a pas pu être circoncis…

Vous le constatez, ce schéma ne s’applique pas à Ishaq car il a été circoncis au huitième jour de sa vie, ce qui implique que l’épisode du sacrifice a dû avoir lieu entre le jour de sa naissance et le huitième jour.

Nous savons que l’enfant du sacrifice était un jeune enfant qui posait des questions et donc avait une certaine conscience et perception de son environnement :

« Abraham circoncit son fils Isaac âgé de huit jours, comme Dieu lui avait ordonné » (Genèse 21. 4). Il l’a circoncis en raison d’un précédent, sur ordre divin, survenu avant la naissance d’Isaac. En conséquence, le sacrifice précédant la circoncision, Ishaq ne peut être l’enfant sacrifié.

Le précédent à la naissance d’Ishaq, acte fondateur de l’alliance abrahamique

Nous savons qu’Ismaïl a été circoncis avant Ishaq, alors nous devons nous interroger sur cette situation :

En vertu de quel ordre divin Ibrahim a décidé de circoncire Ismaïl ?

« Abraham prit son fils Ismaël, ainsi que tous ceux qui étaient nés chez lui et tous ceux qu’il avait achetés, tous les hommes parmi les membres de son foyer, et il les circoncit le jour même, conformément à l’ordre que Dieu lui avait donné » (Génèse 17. 23).

Ils ont tous été circoncis en vertu d’un ordre divin et le premier circoncis fût Ismaël. Cette circoncision fait suite à l’épisode du sacrifice de l’enfant unique. Il est jeune et Ismaïl fût circoncit à l’âge de 13 ans, ce qui correspond à l’image biblique du jeune enfant accompagnant son père. Le sacrifice d’Ismaïl fût suivi de la circoncision qui marque l’entrée dans l’alliance. Il est le premier être à entrer dans l’alliance de Dieu par ce moyen.

Le schéma de l’alliance s’applique parfaitement à Ismaïl. Ibrahim a pris son fils unique et l’a proposé au sacrifice comme demandé par Dieu. Il s’est soumis à l’injonction divine et il est entré dans l’alliance qui s’est traduite par la circoncision suivie de celle de tous les mâles de la maison d’Ibrahim et de lui-même. Cela a créé un précédent, appliqué à l’enfant qui viendrait après, c’est-à-dire Ishaq. Il a été circoncis le huitième jour conformément à cette tradition.

Et tous ceux qui viendront après seront circoncis en référence à cette tradition.

La reconstitution du schéma de l’alliance abrahamique permet d’apporter un éclairage sur le processus menant à la circoncision et elle s’applique parfaitement à Ismaïl, fils unique, abandonné, sacrifié et circoncis le même jour que son père. Où était Ishaq ? il n’était pas encore né et comme constaté à de nombreuses reprises dans la Bible, il y a eu une inversion des personnages et une séparation des évènements conduisant à la circoncision.

Le Coran est venu apporter la réponse décisive sur le sujet car les manipulations sont nombreuses et grossières et depuis la dernière révélation, il n’y a plus de livre descendu ni de prophète envoyé.

Que la paix et la bénédiction soit sur notre Maître Mohammed (SAWS), ainsi que sur sa famille pieuse, sur ceux qu’ils l’ont précédés parmi les envoyés et Hommes de bien ainsi que ceux qui le suivent jusqu’au jour de la résurrection.

Amine ya Rabbi lâalamine.

 

Nordine Bennecer.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires