Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 17:39

copiedephotodroite7

 

84 annonces de Mohammed dans la Bible !

(Partie 3)

 

11- Dâwûd déclare dans les Psaumes : « Dieu manifesta à Sion une couronne comblée de louange. »[1]

 

David multiplie dans les Psaumes l’évocation de notre maître et Messager Mohammed (e) le loué ; il est Mahmoud et Ahmed. Il le qualifie de couronne pour dire qu’il est le prince (ou à la tête) des prophètes – que la paix soit sur eux – étant donné que la couronne se porte sur la tête.

 

12- Dâwûd a déclaré dans les Psaumes : « Afin que se reposent les habitants du désert et des villages et que deviennent la terre de Qidhar (Qédar) des prairies, et que rendent gloire les grottes et qu’ils hèlent des sommets des montagnes les louanges du Seigneur et qu’ils répandent ses gloires dans les îles. »[2]

 

À qui d’autre appartiendrait le désert si ce n’est au peuple de Mohammed ? Qui d’autre serait Qidhar si ce n’est le fils d’Ismâ’îl,[3] l’ancêtre du Messager d’Allah (r) ? Qui d’autres seraient les habitants des grottes et de ces montagnes si ce n’est les Arabes ?

 

13-  Dâwûd a dit dans les Psaumes : « Qu’il traverse d’une mer à l’autre, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre ! Les habitants des Îles s’inclineront devant lui, ses ennemis lècheront la poussière, les rois de Perse se prosterneront devant lui, toutes les nations lui seront soumises et obéissantes. Il délivrera le malheureux opprimé par un plus fort que lui, il défendra les humbles privés d’appui, il sera doux avec le pauvre et le faible, on priera sur lui et on le bénira sans relâche. »[4]

 

Cette description répond à celle du Messager d’Allah (e). Les rois furent traînés à ses pieds ; les empereurs romains et perses furent prisonniers par ses compagnons et se soumirent à lui et à sa nation ; les peuples ont léché la poussière et on prie sur lui jour après jour.

 

14- Dâwûd prophétise dans les Psaumes  l’avènement de Mohammed (e) en ces termes : « Malheur à moi ! J’ai dû [émigrer à Mèshek,] rester parmi les tentes de Qédar. Je suis trop resté chez ceux qui détestent la paix. Je suis la paix mais si je parle ils sont pour la guerre. »[5]

Ce passage fait allusion à la personne du Messager d’Allah (e) qui habite les terres de Qédar. Sinon, il faudrait dire quand David a-t-il quitté Jérusalem pour se rendre à la Mecque dans le territoire de Qédar le fils d’Ismaël ?

 

15- Dâwûd prophétise dans les Psaumes  que Mohammed (e) aura une grande nation en ces termes : « Ses fruits ressemblent aux nombreux champs sur terre comme ceux qui poussent au Liban. Son nom sera évoqué pour toujours ; il l’avait déjà avant la création du soleil, et toutes les nations recherchent sa bénédiction et le louent. »[6]

 

Cette description correspond à la sienne et à celle de sa nation. David signale que sa loi sera éternelle, qu’il sera soutenu, qu’il n’y aura aucun prophète après lui, lui le sceau des prophètes.

 

16- Dâwûd prophétise dans le deuxième psaume que les frontières de l’Islam seront étendues, en ces termes : « Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui je t’ai engendré. Demande-moi, et je te donne les nations comme patrimoine, en propriété les extrémités de la terre. Tu les écraseras avec un sceptre de fer, et, comme un vase de potier, tu les mettras en pièces. »[7]

 

L’auteur a dit : sache qu’il est impensable que ce psaume parle de quelqu’un d’autre que de notre maître Mohammed (e), le Messager d’Allah. Il est celui qui a hérité de toutes les nations et dont l’empire s’est répandu jusqu’aux extrémités de la terre. Il a mené et dominé les nations de son épée. Ce psaume ne peut en aucun cas correspondre à David qui n’a jamais hérité de tous les peuples et son empire n’a jamais atteint les confins de la terre. Un seul coin du monde était sous son autorité ; d'ailleurs, Jérusalem est revenu par la suite aux mains de la nation mohammadienne. Le royaume de Mohammed a atteint les confins du monde ; il a conquis le Hijâz (le long du littoral ouest de la péninsule arabique jusqu’au bordure du Yémen ndt.), le Yémen, l’Abyssinie, l’Éthiopie, l’Inde, le Sind jusqu’aux bordures de la Chine. Sa nation a foulé les terres du Shâm, l’Iraq, la Perse jusqu’en terre turque. Elle a soumis les terres égyptiennes et jusqu’à la corne du Maghreb en bordure de la mer Tanja. Mohammed a hérité de tous les autres peuples et sa domination s’est étendue aux extrémités de la terre. En cela, cette annonce le concernant est comparable à celle de Jacob que nous avons précédemment évoquée.

 

Quant à l’expression : « Tu es mon fils », il faut la resituer dans l’usage de l’époque où elle était utilisée dans le sens de prophète et de fidèle soumis à Dieu. La Thora affirme à ce sujet : « Mon fils premier-né, c’est Israël. »[8] Jésus dit également dans l’Évangile : « je monte vers mon Père qui est votre Père»[9]

 

17- Dâwûd prophétise dans les Psaumes l’avènement du Messager en s’adressant à Son Seigneur en ces termes : « Seigneur, qu’elle est cet homme dont tu parles, ce mortel à qui tu soumets tes ordres ? Tu l’as vêtu du prestige (ou des prodiges) et de la gloire ; et tu lui as donné le pouvoir sur ta création. »[10]

 

18- Parmi les prophéties d’Ésaïe, il y a celle où il annonce l’avènement du Messager d’Allah (e) : « On m’a dit : Va, sois guetteur et guette ce que tu vois. J’ai dit : j’ai vu deux cavaliers arrivés ; l’un sur un âne, l’autre sur un chameau. L’un dit à l’autre : Babylone est tombée et ses habitants pour le sacrifice. »[11]

 

La personne sur l’âne c’est ‘Issa et celle sur le chameau c’est Mohammed (r). Il est d’ailleurs plus connu pour être apparenté au chameau que ‘Issa l’est à l’âne. C’est sous Mohammed (r) que les idoles de Babylone ont été brisées.

 

[Remarque du traducteur : Il incombe de savoir que les anciennes écritures ont annoncé la venue de Jésus comme elles l’ont fait pour Mohammed (r) ; elles ont également mis en garde contre l’Antéchrist. Les trois religions ; l’Islam, le Christianisme, et le Judaïsme s’accordent à dire que les prophètes ont effectivement prévenu contre l’Antéchrist. Ces trois confessions s’accordent à dire que les prophètes ont annoncé la venue du Messie de la descendance de Dâwûd. Elles ont toutes parlé du Messie bien guidé de la progéniture de David, et du Messie des ténèbres. Elles s’accordent à dire que ce dernier n’a pas encore fait son apparition comme elles s’entendent sur le retour prochain du Messie de la vérité. Les musulmans et les chrétiens s’accordent à dire que le Messie bien guidé et ‘Issa fils de Mariam sont une seule personne tandis que les Juifs ne lui reconnaissent pas la qualité de Messie bien qu’ils lui concèdent son affiliation à Dâwûd. Comme selon eux, toute l’humanité va croire au Messie annoncé, ils assument que ‘Issa a seulement été envoyé avec la religion chrétienne qui est, à leurs yeux, dans une erreur manifeste.

 

Or, les chrétiens reconnaissent que le vrai Messie est déjà venu, ils reconnaissent également qu’il viendra une deuxième fois. Par contre, ils prétendent que son retour se fera le Jour de la Résurrection pour rétribuer les hommes en fonction de leurs actes. Ils prétendent qu’il est Dieu ; Dieu la matière céleste aurait pris une forme humaine ; ils assument en outre qu’il est déjà venu auparavant. Quant aux musulmans, leur croyance est conforme aux paroles des prophètes qui concordent avec celles du sceau et du dernier d’entre eux, l’auteur de ces paroles : « ‘Issa le fils de Mariam va bientôt descendre au milieu des vôtres ; un sage, un juste, et un chef équitable. Il va casser la croix, tuer le porc, et abolir le tribut. »[12] Étant donné que le Messie (u) va descendre au sein de la nation mohammadienne, il existe dors et déjà entre lui et Mohammed (r) un lien qu’il n’a avec personne d’autre. C’est pourquoi, le Prophète (r) a dit dans un Hadith authentique : « Je suis la personne la plus liée au fils de Mariam car il n’y a entre lui et moi aucun prophète. »[13] Dans une version (incertaine), il est dit : « Comment une nation dans laquelle je suis au début et ‘Issa à la fin peut-elle périr ! »[14] Ainsi, nous comprenons mieux pourquoi ils ont été cités ensemble dans les propos d’Ésaïe disant : «l’un sur un âne, l’autre sur un chameau. » Voir : El Jawâb e-Sahîh li man baddala din el Masîh  (3/324-326) d’ibn Taïmiya.]

 

Le prophète Ésaïe (u) a annoncé au sujet de la Mecque – qu’Allah l’honore – : « Lève tes regards autour de toi et tu seras rayonnante et heureuse, car les richesses des mers te viendront et les ligues des nations te visiteront, jusqu’à t’inonder de lourds chameaux et te rétrécir le sol en raison des trésors qui te seront rassemblés. Les béliers de Madiân te seront ramenés, les gens de Saba te viendront, et le bétail de Fâran te sera regroupé, et les gens de Maareb (Nebayoth) vont te servir. »[15] Il fait allusion aux gardiens du temple de la Mecque qui sont les enfants de Maabar, le fils d’Ismâ’îl. Toutes ces choses se sont réalisées à la Mecque. Il y est déposé les trésors des deux mers, les ligues des nations viennent y faire le pèlerinage, les moutons de Fâran[16] y sont amenés pour les offrandes et le rite du pèlerinage.

 

À suivre…

Traduit par :

Karim Zentici 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] L’un des passages des Psaumes ; 50.2-3 affirme : « De Sion beauté parfaite, Dieu resplendit, qu’il vienne notre Dieu et qu’il ne se taise point. »

[2] Nous avons un passage proche de celui-ci dans Ésaïe ; 42.11-12

[3] Voir : la Genèse ; 25.12-18

[4] Les Psaumes ; 72.8-15 la version actuelle dit : « Qu’il domine d’une mer à l’autre, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre ! Les nomades s’inclineront devant lui, ses ennemis lècheront la poussière. Les rois de Tarsis et des Îles enverront des présents ; les rois de Saba et de Séva paieront le tribut. Tous les rois se prosterneront devant lui, toutes les nations le serviront. Oui, il délivrera le pauvre qui appelle, et les humbles privés d’appui. Il prendra souci du pauvre et du faible ; aux pauvres il sauvera la vie : Il les défendra contre la brutalité et la violence, il donnera cher de leur vie. Qu’il vive ! On lui donnera l’or de Saba, on priera pour lui sans relâche, on le bénira tous les jours. »

[5] Les Psaumes ; 120.5-6

[6] Les Psaumes ; 72.16-17 La version actuelle est littéralement différente, qu’on en juge : « Qu’il y ait dans le pays au sommet des montagnes, des champs de blé dont les épis ondulent comme le Liban, et de la ville, on ne verra qu’un pays de verdure. Qu’il se fasse un nom éternel, qu’il le propage sous le soleil, afin qu’on se bénisse l’un l’autre en le nommant et que toutes les nations le disent bienheureux. »

[7] Les Psaumes ; 2.7-9

[8] L’exode ; 4.22

[9] Jean ; 20.17 La suite du verset est très éloquente et réfute la Trinité à la base. Jésus dit en effet : « … et vers mon Dieu qui est votre Dieu. » 

[10] Ce passage est vraisemblablement inexistant en ces termes dans la Bible actuelle, mais un autre passage lui ressemble étrangement : « Seigneur, qu’est-ce que l’homme, pour que tu le connaisses, ce mortel, pour que tu penses à lui ? L’homme ressemble à du vent, et ses jours à une ombre qui passe. » [Les Psaumes ; 144.3]

[11] Ésaïe 21.6-9 : La version actuelle dit : « Car ainsi m’a parlé le Seigneur : « Va place le guetteur qu’il annonce ce qu’il verra. S’il voit un char attelé de deux chevaux, un cavalier sur un âne un cavalier sur un chameau, qu’il fasse bien attention, qu’il redouble d’attention ! » Celui qui regarde a crié : « A mon poste de guet, monseigneur, je me tiens tout le jour, à mon poste de garde, je reste debout toute la nuit. Et voici ce qui vient : un homme sur un char attelé de deux chevaux. Il prend la parole et dit : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, et toutes les statues de ses dieux sont par terre, brisées. » »    

[12] Rapporté par el Bukhârî (3448) et Muslim (155).

[13] Rapporté par el Bukhârî (3422) et Muslim (2365).

[14] Cette version comme le fait sous-entendre l’auteur est sujette à caution. Sheïkh el Albânî a considéré qu’elle était inventée dans Dha’îf el Jâmi’ e-Saghîr.

[15] Ésaïe ; 60.4-7 dans la version actuelle, il est dit : « Porte tes regards sur les alentours et vois : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi, tes fils vont arriver du lointain, et tes filles sont tenues solidement sur la hanche. Alors tu verras, tu seras rayonnante, ton cœur frémira et se dilatera, car vers toi sera retournée l’opulence des mers, la fortune des nations viendra jusqu’à toi. Un afflux de chameau te couvrira, de tout jeunes chameaux de Madiân et d’Eifa ; tous les gens de Saba viendront, ils apporteront de l’or et de l’encens, et se feront les messagers des louanges du SEIGNEUR. Tout le petit bétail de Qédar sera rassemblé pour toi, les béliers de Nebayoth seront pour tes offices. »

[16] Fâran ou Parân est le large désert à l’intérieur duquel se trouve la Mecque. Sa terre s’est rétrécie en raison des flux de lourds chameaux qui portent les personnes et leurs charges, et les gens de Saba – qui sont les yéménite – y sont venus, comme le souligne ibn Taïmiya dans El Jawâb e-Sahîh.

Partager cet article

Repost 0

commentaires