Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 15:20

 Hydrangeas

   Aux portes du bonheur


 

      ● Selon ibn 'Abbâs (y), le Messager d’Allah (r) a déclaré : « Il n'y a pas de jours où les œuvres sont meilleures que les dix premiers jours de Dhû el Hidja.

-          Pas même la guerre sur le chemin d’Allah ? Lui demandèrent les compagnons.

-          Pas même la guerre sur le chemin d’Allah, confirma-t-il, si ce n’est celui dont le corps a été transpercé, et dont le sang a été versé. »

Dans une certaine version, on lui réitéra trois fois la question avant qu’il ne réponde : « si ce n’est celui qui n'en serait pas revenue. » Dans une autre version, il a assuré : « si ce n’est celui qui aurait investi son corps et ses biens et qui aurait perdu la vie. »

Dans une autre version : « si ce n’est celui qui ne revient pas avant d’avoir fait couler son sang. » Dans une autre version enfin : « si ce n’est celui dont le visage a roulé dans la poussière. »

 

 

Concernant l'interprétation du Verset : (évoquez Allah certains jours déterminés), dans une autre lecture : (notoires)[1]

 

● Selon el Hasan : « Les jours déterminés correspondent aux dix premiers jours de Dhû el Hidja, et les jours notoires aux trois jours de Tashrîq (consécutifs au jour de l'Aïd). »

 

Concernant l'interprétation du Verset :

(Nous avons promis à Moussa trente jours auxquels Nous avons ajouté dix)[2]

 

● Selon Mujâhid : (Nous avons promis à Moussa trente jours) autrement dit : Dhû el Qi'ida (auxquels Nous avons ajouté dix), de Dhû el Hidja.

 

Concernant l'interprétation du Verset :

(Par l'aurore, et les dix nuits)[3]

 

● Selon 'Ikrima : « L'aurore c'est l'aube ou la prière de l'aube, et les dix nuits correspondent aux dix jours de l'Aïd el Adhha. »

 

● Lorsque l'on posa la question à Masrûq au sujet de ce Verset, il affirma : « Ce sont les meilleurs jours de l'année. »

 

Selon el Hasan : « Jeûner un seul jour parmi les dix jours équivaut à jeûner deux mois. »

Selon Talha ibn 'Ubaïd ibn Karîz el Khuzâ'î, le Messager d’Allah (r) a dit : « Il n'y a pas un jour où Iblis est le plus vil (écrasé), démoli, et le plus en rage que le jour de 'Arafa, en voyant comment Allah verse Sa Clémence sur Ses Serviteurs, et comment Il leur fait rémission de leurs péchés les plus immenses, à l'exception du jour de la Bataille de Badr.

-          Qu’a-t-il vu ce jour-là, lui demanda-t-on ?

-          Il a vu Jibril, répondit-il, mettre les anges en rang. »

 

 

 

Concernant l'interprétation du Verset :

(Par les pair et impair)[4]

 

● Selon 'Ikrima : « Le pair correspond au jour de l'immolation, et l'impair, c'est le jour de 'Arafa. »

 

● Selon e-Dhahhâk ibn Muzâhim : « Le jour de 'Arafa, et le jour de l'immolation, Allah a juré par ces deux jours d’entre les dix autres. »

 

● Selon Mujâhid : « Toute création d’Allah est paire ; le ciel et la terre, la terre et la mer, le soleil et la lune, etc. »

 

● Selon 'Abd e-Rahmân ibn Yazîd : « Nous avons fait la Grande Ablution moi et 'Abd Allah ibn Mas'ûd le jour de 'Arafa sous l'arac.[5] »

 

● Selon Shaqîq ibn Salama :« 'Ali ibn Abi Tâlib proclamait la grandeur d’Allah (en disant Allah Akbar) à partir de la prière du Fadj (l'aube) le jour de 'Arafa. Il ne s'arrêtait pas ensuite, jusqu'à ce qu'il ne fasse la prière du Dhuhr (Zénith) le dernier jour de Tashrîq (les trois jours après l'Aïd), il clamait : Allah Akbar ! Après la prière du 'Asr.[6] »

 

● Selon 'Âsim ibn Dhumra : « 'Ali (y) proclamait la grandeur d’Allah le jour de 'Arafa à partir de la prière du Fadj jusqu'à la prière du 'Asr du dernier jour de Tashrîq en disant : Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah revient les louanges. »

 

● Selon 'Ikrima : « Ibn 'Abbâs (y) proclamait la grandeur d’Allah, à partir de la matinée du jour de 'Arafa jusqu'au dernier jour de Mina. Il s'abstenait de la faire au moment du Maghreb (couché du soleil). Il disait : Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar wa Ajal (Allah est plus Grand et plus Illustre[7]) ! Allah Akbar ! Pour nous avoir guidés. »

 

● Selon 'Ubaïd ibn 'Umaïr : « 'Omar ibn el Khattâb (y) proclamait la grandeur d’Allah (U) à partir du Fadj (l'aube) le jour de 'Arafa, pour terminer après la prière du Dhuhr. »

 

'Abd Allah ibn Mas'ûd disait (y) : « Le Takbîr[8] pendant les jours de Tashrîq commence le jour de 'Arafa à partir de la prière du Fadj jusqu'à la prière du 'Asr le jour de l'immolation. »

● Selon Nâfi' : « Ibn 'Omar (y) proclamait la grandeur d’Allah (U) de la prière du Dhuhr, le jour de l'immolation jusqu'à la prière du Fadj du dernier jour de Tashrîq en disant : Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, l'Unique qui n’a aucun associer, à Lui la Royauté, à Lui les Louanges, et Il est capable de tout. »

 

● Selon Hammâd ibn Salama, d'après Humaïd : « Je faisais la prière avec 'Omar ibn 'Abd el 'Azîz, il proclamait la grandeur d’Allah de la prière du Dhuhr, le jour de l'immolation jusqu'à la prière du Fadj du dernier jour de Tashrîq. »

 

● 'Ata ibn Abi Rabâh proclamait la grandeur d’Allah de la prière du Dhuhr, le jour de l'immolation jusqu'à la prière du 'Asr du dernier jour de Tashrîq.

● Selon 'Ali, le Messager d’Allah a déclaré (r) : « Voici la meilleure formule que nous ayons pu réciter, moi et les autres Prophètes le soir[9] de 'Arafa : Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, l'Unique qui n’a aucun associer, à Lui la Royauté, à Lui les Louanges, et Il est capable de tout. »

 

● Selon 'Abd Allah ibn el Hârith : « Ibn 'Omar (y) levait la voix, le soir de 'Arafa pour proclamer : Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, l'Unique qui n’a aucun associer, à Lui la Royauté, à Lui les Louanges, et Il est capable de tout. Ô Allah ! Guide-nous sur la bonne voie, revêt-nous de la piété et pardonne-nous ici-bas et dans l'au-delà. Ensuite, il atténuait la voix pour s’exclamer : Ô Allah ! J'implore de Ta Faveur, de Tes dons, et de Tes bienfaits bénits et bons.

Ô Allah ! Toi, Tu nous as imposé de T'invoquer, et Tu T'es imposé de nous exaucer. Seigneur ! Tu ne peux manquer à Ton engagement et nul ne peut contester Ta promesse. Ô Allah ! Fais-nous aimer Les choses que Tu aimes, et facilite-nous-en l’accès ! Et fais-nous détester les choses que Tu détestes, et éloigne-nous-en. Ne nous reprend pas l'Islam après nous l'avoir offert. Ô le plus Clément des Miséricordieux ! »

 

[Extraits de Fadhl ‘Ashri Dhî el Hidja de son auteur, le centenaire el Hafizh Suleïmân ibn Ahmed E-Tabarâni (260-360 h.)]

 

Traduit par : Karim ZENTICI

 

 



[1] Le Pèlerinage ; 28

[2] El A'râf ; 142

[3] L'aurore ; 1

[4] L'aurore ; 2

[5] Arbuste dont les racines sont utilisées pour le Siwak.

[6] L'après midi

[7] Majestueux

[8] Dire : Allah Akbar

[9] L'après-midi

Partager cet article

Repost 0

commentaires