Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 23:21

 

3372 FOR T SOMBRE

El ibâna a-t-il été falsifié ?

 (Partie 2)

 

Voir : el ashâ’ira fî mîzân ahl e-sunna (p. 689-700) de Faïsal el Jâsim.

 

Voici un autre exemple : Certains exemplaires de l’ibâna ajoutent l’expression : « loin du panthéisme et du monisme (munazzah ‘an el hulûl wa el ittihâd) » en parlant de l’istiwâ. Voici le passage en question : « Cela démontre qu’Allah le Très-Haut se particularise par Son Unicité, et est établi (mustawi) sur Son Trône [loin du panthéisme et du monisme]. » Cet ajout n’altère aucunement le sens de la phrase. Il ne fait que donner des informations supplémentaires sur la notion de l’istiwâ qu’il incombe de comprendre en sens propre. Il ne sous-entend ni qu’Allah est identifié au Trône, fusionné, ou incarné dans le Trône ni qu’Il constitue, Lui et le Trône, une substance unique. Il ne faut y voir aucune contradiction, mais il s’agit de renforcer l’idée que l’istiwâ est à prendre au sens littéral du terme.

 

Il y a falsification lorsque l’ajout ou la suppression d’un passage altère le contexte, ce qui n’est pas le cas ici.

 

Pour conforter la thèse que l’ibâna est falsifié, nos deux auteurs avancent qu’il rapporte des critiques impensables sur Abû Hanîfa. Ce dernier aurait dit que le Coran est créé.

 

Or, cette affaire sur Abû Hanîfa, indépendamment du fait qu’elle soit vraie ou fausse, n’est pas nouvelle à l’époque d’Abû el Hasan. Bien des grandes références avant lui, la rapportent. Nous avons el Bukhârî dans el tâkhîkh el kabîr (4/127), et khalq af’âl el ‘ibâd (p. 7) ; ‘Abd Allah le fils de l’Imam Ahmed dans e-sunna (1/184) ; el ‘Uqaïlî dans e-dhu’afâ (4/280) ; e-Lalakâî dans sharh usûl i’tiqâd ahl e-sunna (2/239) ; ibn el Ja’d dans son musnad (p. 66) ; el Khatîb el Baghdâdî dans tâkhîkh Baghdâd (13/388). Doit-on en conclure que tous ces livres sont falsifiés ?

 

‘Abd Allah le fils de l’Imam Ahmed consacre un chapitre entier sur l’Imam Abû Hanîfa – qu’Allah lui fasse miséricorde –. Il appose en effet en titre : Chapitre : Les paroles que mon père et d’autres Sheïkh m’ont enseignées sur Abû Hanîfa. Il énumère ensuite, de nombreuses annales sur la question.[1] Cela ne veut pas dire qu’il faut prendre cette « rumeur » pour argent comptant. Il est même certifié que l’Imam ait dit le contraire, comme en témoigne son figh el akbar, et ses autres ouvrages et certaines de ses lettres. L’Imam affirme également que le Coran est incréé dans el ‘aqîda d’ibn Sâ’id et bien d’autres livres. Là où nous voulons en venir, c’est que plusieurs traditionnistes imputent (à tort certes, bien qu’il existe une autre hypothèse que nous n’évoquerons pas ici ndt.) à l’Imam une croyance contraire à l’ « orthodoxie » sur le caractère incréé du Coran. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’Abû el Hasan reprenne ces accusations dans el ibâna. Il est par contre étonnant d’en faire un indice pour discréditer son livre !

 

Le problème de nos deux auteurs, c’est qu’ils reprennent sans faire la moindre investigation, les idées d’el Kawtharî, connu pour son adhésion frénétique à l’école hanafite. Le terme frénétique n’est pas trop fort, si l’on en juge ses diatribes (critiques acerbes) lancées contre toute personne ayant, de près ou de loin, osée affichée, ne serait-ce qu’un semblant d’opposition à son Imam v…    

Personne n’échappe à sa vindicte pas même certains Compagnons et certains grands spécialistes en hadîth, mais aussi en figh, en commençant par les fondateurs des trois autres écoles… wa Allah el musta’ân !

 

Traduit par :

Karim Zentici

 



[1] E-sunna (1/180).

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab - dans Ash'arisme
commenter cet article

commentaires