Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 05:11

L’amour et la haine en Dieu

(Partie 1)

 

Louange à Allah le Seigneur de l’Univers ! Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et tous ses Compagnons !

 

La hanîfiya millat ibrâhîm

 

Le musulman doit connaitre la religion fidèle (el hanîfiya) et la confession d’Ibrahim (millat ibrâhîm).[1] Étymologiquement, le hanaf est un penchant [soit positif (attirance) soit négatif (répulsion)]. La hanîfiya est donc la religion qui se détourne du shirk pour s’orienter vers le tawhîd. Ibrahim (u) était fidèle (hanîf) et soumis (muslim) à Allah. Il se détournait complètement de l’association pour s’orienter de tout son être vers l’unicité et le culte exclusif (ikhlâs). [Ibrahim était un exemple, dévoué et fidèle à Allah, et il ne comptait pas parmi les païens • Reconnaissant envers Ses bienfaits ; Il l’a choisi et l’a guidé sur le chemin droit].[2] Hanîf est l’une des particularités extraordinaires par lesquelles se distinguait le « Patriarche ». Il en avait d’autre : [Puis, Nous t’avons révélé : suis la religion d’Ibrahim, fidèle à Allah][3] ; [Ô gens du Livre, pourquoi polémiquez-vous sur Ibrahim, alors que la Thora et l’Évangile ne furent révélés qu’après sa mort ? N’êtes-vous pas sensés ?][4] ; [Ibrahim n’était ni Juif ni chrétien, mais il était fidèle et soumis à Allah, et il ne comptait pas parmi les païens • Les gens les plus proches d’Ibrahim sont ceux qui l’ont suivi, ainsi que ce Prophète et les croyants ; Allah est certes l’Allié des croyants].[5]

 

 Ainsi, le serviteur fidèle avait pour confession la hanîfiya qui est fondée sur l’adoration exclusive du Seigneur de l’Univers. C’est pourquoi, Allah (U) a ordonné à Son Prophète (r) de suivre la religion d’Ibrahim dans le Verset suivant : [Puis, Nous t’avons révélé : suis la religion d’Ibrahim, fidèle à Allah, il ne comptait pas parmi les païens].[6] Il a imposé à ses adeptes de faire la même chose : [Il vous a élu, et n’a mis aucune contrainte en religion, la confession de votre père Ibrahim ; lui, qui vous avait appelés musulmans auparavant et dans ce Livre, afin que le Messager soit témoin contre vous et que vous-mêmes soyez témoins contre les hommes].[7] La religion à laquelle appelait le père d’Ismâ’îl est celle de tous les prophètes sans exception. [Nous avons mis dans sa descendance, la prophétie et le Livre].[8] Ils sont tous de la lignée d’Isrâîl, le petit-fils du Patriarche (u), à l’exception de Mohammed qui est issu de la branche d’Ismâ’îl. Ainsi, tous les prophètes remontent à la même lignée. C’est un hommage qu’Allah rend à son Ami (r). Ce dernier est un Imâm pour les hommes, dans le sens d’exemple à suivre : [Il dit : Je ferai de toi un exemple pour les hommes][9] ; exemple (Imâm) dans le sens de modèle à suivre. [Ibrahim était une umma][10] : dans le sens d’imâm qui mérite d’être imité.

 

[Seul un esprit insensé peut se détourner de la religion d’Ibrahim ; Nous l’avons élu sur terre et il compte dans l’au-delà parmi les pieux • Lorsque Son Seigneur lui ordonna de se soumettre, il répondit : je me soumets au Seigneur de l’univers][11] ; (Ibrahim la recommanda à ses enfants, ainsi que Ya’qûb : Mes enfants ! Allah a désigné pour vous Sa religion, alors restez-y soumis jusqu’à la mort)[12] ; [Et lorsque nous indiquâmes à Ibrahim l’endroit de la Maison… Ne M’associe rien, et purifie Ma Maison pour les fidèles qui font le tawâf et qui se tiennent au cours de la prière debout, inclinés et prosternés].[13] 

 

Allah ordonne à toute la création de suivre cet exemple comme le révèle le Verset : [Je n’ai créé les hommes et les djinns que pour qu’ils M’adorent Je n’attends d’eux ni subsistance ni nourriture • C’est Allah qui pourvoit aux besoins et qui détient la force inébranlable].[14] Ibrahim invita les hommes à vouer le culte à Allah (U), de la même manière que tous les autres prophètes. Ces derniers avaient la même mission d’adorer le Seigneur et de délaisser les idoles, comme dans le Verset : [Nous avons envoyé à chaque communauté un messager [disant] : adorez Allah et éloignez-vous du tâghût],[15] [Il leur fut simplement ordonné d’être fidèles à Allah en lui vouant le culte exclusif].[16]

 

En revanche, les différentes Législations prophétiques, qui s’incarnent dans les obligations/interdictions, et licites/illicites, varient d’une nation à une autre en fonction des besoins du moment. Allah établissait une Législation qu’Il abrogeait ensuite par une autre, et cela, jusqu’à l’avènement de l’Islam. La dernière révélation est venue abroger toutes les anciennes lois célestes sans exception. Celle-ci restera en vigueur jusqu’à la fin du monde.

 

La religion des prophètes est fondée sur le principe immuable de l’unicité (tawhîd). Elle ne peut donc subir d’abrogation. Il existe une seule religion qui est l’Islam, incarnant le tawhîd, et qui consiste à vouer le culte exclusif à Allah. Si les lois sont sujettes à l’abrogation, ce n’est pas le cas pour le principe du tawhîd sur lequel repose la religion des prophètes depuis Adam jusqu’au dernier d’entre eux. La croyance est toujours la même, tous appellent au tawhîd et à l’adoration d’Allah. Cette adoration consiste à obéir au Seigneur conformément à la Loi céleste en vigueur à l’époque où on vit. Puis, à l’avènement d’une nouvelle Loi, il incombe d’abandonner l’ancienne. Dès lors, l’adoration consiste à suivre la Législation la plus récente.

 

Allah a ordonné à tous les hommes de l’adorer uniquement en Lui vouant le culte exclusif. Cet ordre, qui s’adresse à toute l’humanité, porte sur deux choses : l’adoration et l’ikhlâs. Allah (I) révèle : [Ô vous les hommes ! Adorez Votre Seigneur qui vous a créés, vous et les peuples avant vous ; ainsi le craindrez-vous • Lui, qui a fait pour vous de la terre un tapis et du ciel un édifice. Il fait descendre du ciel une eau par laquelle Il fait sortir toute sorte de fruits assurant votre subsistance. Ne donnez pas des rivaux à Allah, alors que vous savez].[17] Allah n’a pas d’égal, de rival, de pareil ni d’équivalent. Ce passage vient interdire les deux formes d’association (grande et petite). Il s’adresse à tout le genre humain. [Et Il vous a soumis tout ce qu’il y a dans les cieux et la terre ; tout venant de Lui].[18] La création est mise à disposition des êtres doués de raison en vue de les aider à accomplir la tâche qui leur fut imposée, et pour laquelle ils furent créés.

 

La hanîfiya est donc la confession de tous les hommes qui reçurent la Révélation. Elle appelle au tawhîd et combat le shirk. La milla d’Ibrahim associe deux éléments : l’adoration et la sincérité exclusive (iklhâs). L’un ne va pas sans l’autre. Les rites (prière, jeûne, aumône, grand et petit pèlerinage, etc.) n’ont aucune valeur sans l’iklhâs. L’iklhâs a deux antonymes : l’ostentation (riyâ, sum’a) et l’association (ex. : l’immolation, l’invocation, l’appel au secours des idoles).

 

En faisant du shirk, on ne peut prétendre à la milla d’Ibrahim (r). Malheureusement aujourd’hui, bon nombre de gens qui se revendiquent musulmans sont éprouvés par la grande association (shirk akbar). Ex. : l’invocation des saints, l’adoration des mausolées et des tombes, l’appel au secours des morts, etc. Ils se prétendent pourtant musulmans, mais ils n’ont aucune idée de la confession d’Ibrahim (r) que Mohammed (r) nous a véhiculée. Il est possible également qu’ils l’aient transformée en toute connaissance de cause, ce qui, en soi, est bien plus grave.

 

La religion d’Ibrahim s’oppose catégoriquement au shirk. On ne peut à la fois être musulman et faire de l’association. D’où l’importance d’être éclairé sur la religion, de la mettre en pratique, et d’y adhérer pleinement. Toute forme de shirk (mineur ou majeur) doit complètement être absente de nos rites. La hanîfiya réclame de se détacher totalement de l’association et de se tourner de tout son être vers le tawhîd qui consiste à vouer le culte exclusif à Allah.

 

Le walâ wa el barâ

 

Il s’agit de la notion d’alliance (muwâlâ) en Islam qui est liée au tawhîd.[19] Autrement dit, l’unicité réclame de faire alliance avec les alliés d’Allah et de se désolidariser de Ses ennemis. Muwâlâ et walâ sont synonymes. Le walâ fait particulièrement à allusion aux sentiments émanant du cœur, mais aussi à l’appui et au soutien concret que l’on apporte à ceux avec lesquels on est uni par ce lien. On parle aussi de walâ dans les questions d’héritage et de prix de sang que l’entourage du meurtrier verse à la famille de la victime.

 

Le musulman se joint aux alliés d’Allah, dans le sens où il leur consacre tout son amour et où il fait front commun avec eux ; en sachant que les liens seront plus ou moins forts entre les membres de la communauté, en fonction des liens qu’ils ont les uns envers les autres. Allah (I) révèle : [Cependant, ceux qui sont liés par la parenté sont encore plus proches les uns des autres].[20] Dans les affaires d’homicide involontaire, le prix du sang revient à tous les musulmans. C’est ce qu’on appelle la solidarité collective (takâful). Toutes ces questions entrent dans la notion d’alliance entre les membres de la communauté. Ainsi, il ne peut y avoir de walâ envers un non-musulman. Le sentiment d’amour, l’héritage, le versement du prix du sang, la tutelle pour le mariage, la fonction de magistrat sont réservés aux adeptes de l’Islam : [Allah ne donnera pas aux infidèles de l’emporter sur les croyants].[21] Cette distinction entre les rangs est nécessaire. Il n’est pas permis aux monothéistes fidèles aux commandements du Messager (r) de faire alliance avec les adversaires d’Allah.

 

À suivre…

 

Par : Karim Zentici

 



[1] Voir : Sharh el usûl e-thalâtha, Sharh nawâqidh el Islam, et Sharh majmû’ el rasâil fi el ‘aqîda de Sheïkh el Fawzân.

[2]Les abeilles ; 120-121

[3]Les abeilles ; 123

[4]La famille d’Imrân ; 65

[5]La famille d’Imrân ; 67-68

[6]Les abeilles ; 123

[7]Le pèlerinage ; 78

[8]L’araignée ; 27

[9]La vache ; 124

[10]Les abeilles ; 120

[11]La vache ; 130-131

[12]La vache ; 132

[13]Le pèlerinage ; 26

[14]Les vents qui éparpillent ; 56-58

[15]Les abeilles ; 36

[16]La preuve évidente ; 5

[17]La vache ; 21-22

[18]La nation agenouillée ; 13

[19]Voir : Sharh el usûl e-thalâtha, Sharh nawâqidh el Islam, et Sharh majmû’ el rasâil fi el ‘aqîda de Sheïkh el Fawzân.

[20]Le butin ; 75

[21]Les femmes ; 141

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab.over-blog.com - dans Takfir
commenter cet article

commentaires

Abû Muhammad 14/01/2015 17:53

Salam 'alaika cher Karim.

Question dans le choix des termes : on voit souvent traduit al baraa par le désaveu, la notion de haine correspond t-elle d'avantage au sens voulu par les Textes ?

qu'Allah ta'ala te soutienne !

mizab 14/01/2015 17:57

wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

J'ai utilisé le terme haine en opposition à celui d'amour, et en effet, du point de vue des effets, le désaveu est plus précis, mais la cause est la haine !

Ensuite, la haine peut avoir un sens plus large que la cause et peut englober tous les moyens qui l'exprime, comme l'animosité, le désaveu, etc.


Wa Allah a'lam !