Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 00:59

 

 

Dans son livre Minhâj e-Ta-sîs wa e-Taqdîs, Sheïkh ‘Abd e-Latîf ibn abd e-Rahmân ibn Hasan Âl Sheïkh a assuré : « Sheïkh Mohammed –Allah lui fasse miséricorde – fait partie de ceux qui font preuve de plus de délicatesse et de précaution avant de se prononcer sur des questions d’apostasie ; à tel point qu’il n’est pas formel sur le fait de condamner d’apostasie un ignorant qui invoque quelqu’un en dehors d’Allah, parmi les habitants du royaume des morts ou autres, dans la situation où il n’a personne pour lui donner le bon conseil et pour lui faire parvenir la vérité faisant autorité contre tout dissident. Il a fait remarquer dans certaines de ses lettres : Si nous ne déclarons pas la guerre à ceux qui vouent le culte au mausolée d’el Kiwaz, afin de l’inviter à vouer la religion exclusive à Allah, comment pouvons-nous dès lors condamner d’apostasie celui qui n’émigrerait pas chez nous, bien qu’il soit croyant et unificateur dans l’adoration. Quand on l’interrogea aussi au sujet de ce genre d’ignorant, il a établi que quiconque à accès à la vérité, s’il a les moyens de la comprendre, il commet l’apostasie en vouant l’adoration aux tombeaux. »[1]

 

Il a déclaré en outre –Allah lui fasse miséricorde – dans Mish e-Zhalâm : « Quiconque reçoit le message de la prophétie invitant à l’unicité d’Allah et à la nécessité de se soumettre à Lui (par l’Islam), s’il en comprend que les Messagers en sont porteurs, il n’a aucune excuse à ne pas s’y conformer en délaissant le culte voué à Allah. C’est avec ce genre d’individu que la condamnation d’apostasie est formelle ; s’il adore quelqu’un d’autre en dehors d’Allah ou s’il consacre l’adoration à des égaux et à des idoles en parallèle à la Sienne.

Notre Sheïkh et le reste des musulmans n’hésite pas un instant pour condamner ce genre d’individus. Il a établi ce principe –Allah lui fasse miséricorde – et l’a démontré en se conformant aux savants de la communauté et en les prenant comme exemple. Il ne s’avançait surtout pas à condamner quiconque avant d’avoir établi les preuves permettant de le faire, et si l’argument était clair à tel point qu’il s’est abstenu de condamner d’apostasie –Allah lui fasse miséricorde – l’ignorant parmi les adorateurs des tombeaux dans la mesure où il n’a personne sous la main pour lui apprendre la vérité. Tel est le sens des propos de Sheïkh el Islam ibn Taïmiya –Allah lui fasse miséricorde –lorsque ce dernier dit : Jusqu’à ce qu’il comprenne les arguments issus de la révélation venue du Messager (r). Il suffit d’expliquer le message de façon à ce qu’il soit accessible à l’entendement de l’interlocuteur, dans la mesure où il l’a bien compris, pour le considérer comme reçu. »[2]  

Il a dit dans la référence en question : « Notre Sheïkh –Allah lui fasse miséricorde – ne condamne personne d’apostasie au premier abord ; il ne se fie pas au simple fait qu’elle a commis l’association. Il attend avant de se prononcer d’avoir les éléments en main pour le faire (faire parvenir les textes faisant autorité contre tout réfractaire). Cela est très tangible à divers endroit de son discours. D’ailleurs ses lettres sur le sujet sont notoires. »[3]

 

Si je me suis quelque peu étendu sur les citations de Sheïkh el Islam Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb établissant cette question (autrement dit : taxer d’apostasie un cas particulier ayant commis de l’association au niveau de l’adoration par ignorance, doit se faire après lui avoir expliquer la question et lui avoir prouver son erreur non avant), c’est pour couper court à certains ignares, qui sont hostiles à sa personne et à son prêche fondé pourtant sur le Coran, la Sunna, et l’usage des anciens de cette communauté. Ils prétendent critiquer et discréditer sa prédication, sous prétexte qu’il taxerait tous les musulmans d’apostasie sans détail, et qu’il ferait des généralités dans son jugement. Cependant, son jugement concerne uniquement celui à qui les Textes seraient parvenus et qui aurait compris les arguments qui lui sont étalés. D’autre part, à ma connaissance, une partie infime de chercheurs et étudiants affiliés à la Sunna, s’opposent aux partisans de cette analyse, bien qu’elle soit conforme à celle de Sheïkh el Islam ibn Taïmiya, Sheïkh el Islam Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb, et d’autres savants. En outre, il vaut mieux se tromper en faisant preuve de clémence sur des points ambigus, que de se tromper dans son jugement porté à punir.

 

Sans compter que leur critique à l’encontre de cette opinion établie par nos deux doyens, -et en faisant preuve d’acharnement pour prouver le contraire – ouvre la porte aux mauvais épieurs à l’affût des traditionalistes ; ceux-là même qui ont pour vocation de pêcher en eau trouble. Ils se prennent ainsi à faire l’écho des ennemis de l’Islam et de ses adeptes, qui prétendent que les extrémistes qui sèment la terreur et la destruction, se réfèrent à l’enseignement basé sur les œuvres de Sheïkh Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb, et d’autres savants traditionalistes. Ces allégations sont un tissu de mensonges et de calomnies venant de la part aussi bien de leurs auteurs que de leurs échos. Quant à ces perroquets, pourtant enfants de ce pays, je leur signale qu’eux-mêmes ont étudié les programmes scolaires identiques à ceux de leurs compatriotes sans pourtant en avoir été affectés. Ils renferment plutôt des bienfaits considérables dont profitent ceux qu’Allah a bien voulu guider et les faire parvenir à la réussite. L’extrémisme constaté chez certains dissidents est le fruit de leur mauvaise compréhension ; cela fait d’eux des marginaux insurgés contre la société. Leurs exemples sont plutôt les Kharijites connus pour s’être marginalisés et insurgés contre les Compagnons en raison de leur mauvaise conception des choses ; Chaque groupe ayant ses héritiers. Que Allah nous aide !  

 

Extrait du livre : Les conditions de la prière de son auteur : Sheïkh ‘Abd el Muhsin el ‘Abbâd Maison d’édition : Dar-Ar-Tarbiya.

 

Traduit par :

Karim ZENTICI



[1] Minhâj e-Ta-sîs wa e-Taqdîs (p. 98-99).

[2] Mish e-Zhalâm (p. 499).

[3] Idem. (p. 516)

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab.over-blog.com - dans Takfir
commenter cet article

commentaires