Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 18:05

La divergence sur le ‘udhr bi el jahl

(Partie 4)

Sheïkh el Fâwzân a également préfacé l’excellente recherche, que l’adversaire se targue de mettre en avant ‘âridh el jahl de Râshid e-Râshid et dans lequel il fait la synthèse de sa position en disant : « … Quant à celui qui commet du shirk, dans la mesure où il n’a pas accès à la science, comme ceux qui vivent dans les pays non-musulmans et dans les sociétés où il n’y a pas de prédicateurs qui appellent au tawhîd, de sorte qu’il ne peut remédier à son ignorance, dans ce cas, il est excusable, selon l’opinion la plus vraisemblable des savants. »[1]

Ensuite, je me suis paradoxalement aidé de son livre[2] pour faire la classification suivante :

En faisant en effet un résumé des paroles des savants des différentes tendances sur le sujet, on se rend compte paradoxalement que leur discours se rejoint.

Les cas où l’ignorance n’est pas une excuse dans les questions évidentes, non dans les questions subtiles qui réclament de faire iqâma el hujja.

  1. Celui qui vit en terres musulmanes ou dans un pays limitrophe.
  2. Celui qui vit à une époque où le savoir est répandu et accessible à tous.
  3. Celui qui a la possibilité de poser des questions aux savants sur les choses qu’il ignore.

Les cas où l’ignorance est un facteur excusable dans les questions évidentes et à fortiori dans les questions subtiles

  1. Celui qui vit dans les périodes de fatra (sans prophétie) ou dans celle où la lumière de la prophétie s’est estompée.
  2. Celui qui vit en terre ennemi, étant donné qu’en principe, le savoir n’y est pas répandu.
  3. Le Bédouin qui vit loin des villes.
  4. Le nouveau converti.
  5. Et, par analogie, tous ceux qui répondent au même signalement.

Ainsi, comme nous l’avons vu, l’état d’ignorance n’est pas une excuse en soi, mais il faut tenir compte d’un facteur qui est extérieur à l’individu et qui est indépendant de sa volonté, soit l’impossibilité d’avoir accès au savoir, pour une raison ou pour une autre. Wa Allah a’lam !

Ce même Sheïkh el Fâwzân est l’auteur de la préface à dahr iftirâât ahl e-zaïgh wa el irtiyâb ‘an da’wa el imâm Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb de Sheïkh Rabî’ el Madkhalî, et qui est une réfutation à el Hasan ibn Farhân el Mâlikî. L’auteur s’inspire de plusieurs citations des savants de aimmat e-da’wa pour légitimer le principe du ‘udhr bi el jahl.

Ainsi, les passages du Sheïkh el Fawzân laissant entendre que les tenants du ‘udhr bi el jahl aient sombré dans l’irja contredisent son autre discours que nous venons de mentionner. Nous avons vu plus haut qu’aucun savant n’est à l’abri de la contradiction, et notre doyen, aussi éminent soit-il, n’échappe pas à la règle. Quoi qu’il est possible de les orienter dans le bon sens, en disant qu’il fait allusion aux détracteurs de la da’wa najdite, qui, depuis l’époque de l’Imam Mohammed, à l’instar de Sulaïmân ibn ‘Abd el Wahhâb, Dâwûd ibn Jarjîs, ‘Uthmân ibn Mansûr, et ibn ‘Ajlân, véhiculent des arguments fallacieux contre les traditionalistes. en voici quelques-uns :

  • Sulaïmân ibn ‘Abd el Wahhâb, cherchait à atténuer les méfaits de l’association.[3]
  • Pour reprendre les paroles d’Abd e-Rahmân ibn Hasan (le petit-fils de l’Imam), ibn Jarjîs autorisait l’istighâthâ bi ghaïr Allah (invoquer le secours à une créature),[4] ou pour reprendre celles de son fils ‘Abd e-Latîf, ibn Jarjîs considérait que cette pratique relevait du shirk asghar, pour ne pas dire qu’elle était recommandée.[5]
  • Ibn Jarjîs et ‘Uthmân ibn Mansûr, qui malheureusement reçut sa mauvaise influence, prétendaient, en s’appuyant sur des textes d’ibn Taïmiya et d’ibn el Qaïyim, que tous les ignorants sans détail étaient excusables. Or, l’ignorance n’est pas une excuse en elle-même, mais l’incapacité d’avoir accès à la vérité, à condition, bien sûr, de la rechercher.
  • Dâwûd ibn Jarjîs et ibn ‘Ajlân prétendaient aussi que l’erreur d’interprétation rapportait systématiquement une récompense en plus du fait qu’elle était excusable. Ils imputaient cette opinion à ibn Taïmiya et son élève ibn el Qaïyim comme nous l’avons vu. Ils voulaient faire passer l’idée que seul un obstiné pouvait sortir de l’Islam. Le suivisme aveugle et l’ignorance seraient, à leurs yeux, dans tous les cas excusables.
  • Dâwûd ibn Jarjîs ne pénètre pas certaines nuances. Il attribue à ibn Taïmiya et à son élève un discours erroné. Il s’imagine qu’ils ne condamnent pas ces pratiques païennes. Pire, il s’imagine que l’erreur dans ces domaines rapporte une récompense dans l’absolu à celui qui n’en a pas connaissance. Or, il incombe de distinguer entre l’acte auquel le Législateur donne le statut d’« association », de « mécréance » ou de « perversité » et la personne. Le fait qu’une personne peut être excusable, cela ne rend en aucun cas son acte louable. Il y a une différence entre le statut d’un acte et le statut de son auteur.[6]
  • ‘Abd e-Latîf reproche à ibn Jarjîs d’accorder de façon formelle l’excuse de l’ignorance aux quburites, et, par rapport à cela, de stigmatiser les savants de aimmat e-da’wa.[7]

Selon Ziâd ibn Hudaïr (t), ibn ‘Omar m’a dit : « Sais-tu qui peut ruiner l’Islam ?

  • Non, répondis-je !

Un savant qui commet une erreur, un hypocrite qui se sert du Coran pour polémiquer, et des émirs égarés au pouvoir. »[8]

En commentaire à ce hadîth, Sheïkh el Fawzân souligne : « Ibn ‘Omar, le fils du Prince des croyants ibn el Khattâb (t), est l’auteur d’une annale dans laquelle il met en lumière les facteurs faisant du mal à la religion musulmane et à ses adeptes, et pouvant même la ruiner.

« Un savant qui commet une erreur » : une mauvaise fatwa, par exemple risque, d’égarer les gens qui la prendront pour argent comptant, car venant du savant un tel. En faisant des fatwas, on s’aventure dans une pente très glissante ; le savant a une lourde responsabilité. C'est pourquoi il doit bien réfléchir avant de se prononcer, peser les conséquences de ses paroles, et ne pas sortir du cadre des textes religieux. Sa fatwa n’aura pas le même impact que si elle venait d’une personne quelconque, et qui d’entrée n’est pas crédible. L’erreur du savant de notoriété publique est lourde de conséquences. En gardant cela à l’esprit, il prendra doublement ses précautions, et n’avancera rien avant de s’en assurer…. »[9]

9- Sheïkh Rabî’

Sheïkh Rabî’ dit clairement : « invoquer quelqu’un d’autre qu’Allah, c’est du shirk ; immoler pour quelqu’un d’autre qu’Allah, c’est du shirk ; nous disons : c’est un acte de shirk qui relève de la grande association. Cependant, nous ne taxons pas son auteur d’apostasie, pas tant que les preuves soient établies contre lui. »[10]

Ailleurs, il signale que de nombreux savants du Najd voit le ‘udhr bi el jahl dans le shirk akbar, bien que certains d’entre eux se contredisent ; des fois ils imposent l’iqâma el hujja et d’autres fois [sans forcément dire le contraire], ils avancent que l’ignorance n’est pas un facteur atténuant. Malheureusement, certains s’accrochent à ce genre d’arguments pour appuyer leurs idées et occultent littéralement les autres textes, pourtant bien plus formels. Il y a même des individus malintentionnés s’infiltrant dans les rangs des traditionalistes en vue de les diviser et de jeter le discrédit sur les pro ‘udhr. Le Sheïkh n’oublie pas au passage de conseiller aux jeunes d’éviter d’alimenter cette polémique porteuse de division. Il appelle à respecter le choix des uns et des autres sur la question, et à entretenir les liens fraternels.[11]

10- Sheïkh Sa’d el Husaïn

Dans son article lâ ahad ahabbu ilaïhi el ‘udhr min Allah, Sheïkh Sa’d el Husaïn attire l’attention sur le ‘udhr bi el jahl qui intègre le chapitre de la menace divine (l’un des plus grands principes de la religion), et qui soulève les débats entre les légistes depuis les temps anciens. Il met en avant, avec un passage d’ibn Taïmiya à la clé,[12] qu’il est la première grande divergence que connut la communauté. Selon lui, depuis l’âge d’or, Sheïkh el Islâm est celui qui a le mieux traité cette question pour le moins sensible. Il pense également qu’à notre époque, Sheïkh el ‘Uthaïmîn en est l’un des meilleurs porte-parole.[13]

Sheïkh Sa’d a fait le résumé de l’ouvrage e-shirk wa mazhâiruhu de Mubârak ibn Mohammed el Mîlî. Sous le titre entre crochets [Il y a une différence entre dire qu’une parole ou un acte relève du shirk et dire que son auteur est un mushrik], il ramène les paroles de l’auteur dans lesquelles il établit par des exemples concrets le ‘udhr bi el jahl dans le shirk akbar, avant de conclure : « Voici des exemples en pratique qui démontrent que nous ne jugeons pas un cas particulier de mushrik… »[14] Ce passage peut effectivement poser problème, comme me l’a signalé un internaute, mais l’essentiel était de démontrer ici que les savants reconnaissaient ce principe dans l’absolu. En outre, je ne savais pas que le passage entre crochets étaient l’œuvre du Sheïkh Sa’d, mais cela ne change rien au raisonnement. Bien au contraire, cela lui donne même plus de poids, étant donné qu’il vient d’un traditionaliste saoudien dont on ne peut douter, en principe, de l’intégrité, wa Allah a’lam !

11- Sheïkh ‘Abd el Karîm el Khudhaïr

Sheïkh ‘Abd el Karîm el Khudhaïr, actuellement membre de l’Ordre des grands savants d’Arabie Saoudite, reprend pratiquement le discours d’ibn Bâz dans l’une des fatwâs reprises plus haut. Il explique notamment, à l’instar de Sheïkh el ‘Uthaïmîn, que la divergence se situe au niveau de la transmission et de la compréhension de la hujja. Si, pour certains, celle-ci n’est pas indispensable, d’autres voient en l’ignorance une restriction possible qu’il incombe d’évacuer avant de se prononcer sur un cas particulier. Le Sheïkh rejoint cette dernière position, et compare l’ignorant au non-arabophone à qui il incombe de traduire la hujja, afin de la lui faire accepter. Il reconnait que de nombreux musulmans pénètrent mal le sens de l’attestation de foi à laquelle ils adhèrent pourtant. C’est ce qui les fait sombrer dans des annulations de l’Islam sans s’en rendre compte.

Il préconise de les sensibiliser sur les pratiques païennes répandues à notre époque, et de leur faire comprendre qu’elles excluent de la religion. Néanmoins, cela ne permet pas de condamner un tel et un tel à la mécréance, en tout cas, pas avant de leur avoir fait réaliser la gravité de leur action, par le biais d’un discours adapté à la situation. Il incombe donc de distinguer entre l’acte de shirk qui exclue de la religion, et le statut d’un fautif éventuel, qui est soumis à une enquête préalable.

C’est ce qui explique, nous dit-il, la confusion qui règne sur les écrits du Sheïkh Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb, qui, à priori, semblent se contredirent. Il lui arrive, en effet, d’accorder l’excuse de l’ignorance à certains, là où ailleurs, il est intransigeant sur leur cas. En réalité, il est possible d’accorder entre ses positions, car elles varient en fonction du contexte et des cas rencontrés.

Notons enfin que ce discours concerne les individus affiliés à l’Islam, mais il sera différent avec des non musulmans, comme les Juifs et les chrétiens, qui sont voués à l’Enfer éternel, sans la moindre contestation possible.[15]

12- Sheïkh Sâlih Suhaïmî

Sheïkh Sâlih Suhaïmî évoque la divergence sur le sujet, et penche même du côté des pro 'udhr (indépendamment de savoir dans quelle limite). Mieux, il met en garde contre les savants autoproclamés qui s'abstiennent de manger la viande des musulmans, sous prétexte qu'elle peut venir d'un quburite. Il donne ensuite conseils aux jeunes, faute d'avoir en mains les outils suffisants pour y voir clair, d'éviter d'entrer dans cette polémique qui est le domaine réservé des spécialistes.[16]

Notons que par le passé Sheïkh Suhaïmî encadra une thèse universitaire ayant pour titre ; manhaj ibn Taïmiya fî mas-alat e-takfîr du D. ‘Abd el Majîd el Mish’abî ; l’auteur y démontre, avec de nombreux textes d’ibn Taïmiya à la clef, que ce dernier tient compte du ‘udhr bi el jahl dans iqâmat el hujja (bien que ce point mérite de plus amples détails) ; voir notamment en vrac : majmû’ el fatâwa (3/231), (5/538), (6/61), (11/406), (11/409-410) (11/412-413), (20/36), (23/346), (35/165-166), e-rad ‘alâ el Akhnâî (p. 61-62), e-Safdiya (1/233), e-rad ‘alâ el bakrî (p. 259), bughiya el murtâd (p. 311), el istiqâma (1/30), dur e-ta’ârudh (8/238), et el Asfahâniya (p. 127-128).

13- Sheïkh ‘Abd e-Rahmân el Barrâk

On lui demanda lors d’un séminaire à Riâdh si on peut faire le takfîr d’un cas particulier ayant comme du shirk, et s’il existe un consensus obligeant de le faire.

En réponse, il se contenta de dire que la question du ‘udhr bi el jahli est sujette à de longues discussions entre spécialistes. De nombreux ouvrages lui furent consacrés, mais en un mot, le coupable est un mushrik, mais la question est de savoir s’il est excusable ou non, d’où la polémique sur le sujet.[17]

En outre, il encadra la thèse ès Magistère el jahl bi masâil el i’tiqâd wa hukmuhu d’Abd e-Razzâq Ma’âsh, et qui est la référence sur le sujet. L’auteur fait part de la divergence et tranche du côté des pro ‘udhr. Il inspirera par la suite certaines thèses ayant abordé le sujet, ne serait-ce que de façon succincte, comme :

  • Nawâqidh el îmân el i’tiqâdiya du D. Mohammed el Wuhaïbî qui fut encadrée par le controversé ‘Abd e-Rahmân Mahmûd qu’on ne peut accuser de proximité avec l’irja.
  • Nawâqidh el îmân el qawliya wa el ‘amaliya du D. ‘Abd e-Lâtîf Âl e-Sheïkh et ayant eu parmi les membres du jury, Sheïkh Luhaïdân, et Sheïkh ‘Abd e-Rahmân el Barrâk.

Quoi qu’il en soit, Sheïkh el Barrâk attire notre attention sur l’obligation de distinguer dans le chapitre des annulations de l’Islam entre les questions qui acceptent ou non le ‘udhr. Il va sans dire que renier l’existence d’Allah ou démentir le Prophète (r) n’entrent pas dans le registre de la divergence, et n’offrent aucune circonstance atténuante. Le cas échéant, notre jugement désigne le fautif en personne sans qu’il n’y ait la moindre restriction possible. Néanmoins, certaines annulations admettent des restrictions comme l’erreur d’interprétation et l’ignorance.

Dans ces cas de figure, c’est l’iqâma el hujja qui va trancher sur un cas particulier. On distinguera alors entre l’acte qui relève du kufr et du shirk, et le fautif à qui ce statut sera appliqué après maintes considérations. Il fait donc la différence entre le statut d’un acte dans l’absolu et le statut d’un cas particulier. Il donne ensuite l’exemple du caractère incréé du Coran qui fut contesté par des hérétiques contemporains à l’Imâm Ahmed. Pourtant, peu d’entre eux ont été condamnés par l’Imam à l’hérésie majeure.[18]

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

[1] ‘âridh el jahl (p. 224).

[2] ‘âridh el jahl (p. 213).

[3] Sulh el ikhwan mi ahl al-imam (p. 121).

[4] Voir : Kashb ma alqâhu iblîs (p. 54).

[5] Voir : manhâj e-ta-sîs wa e-taqdîs (p. 268-269).

[6] Idem.

[7] Voir : manhâj e-ta-sîs wa e-taqdîs (p. 266-267).

[8] Rapporté par e-Dârimî dans e-sunna (99).

[9] Sharh usûl el îmân.

[10] Sharh ‘aqîda e-salaf ashâb el hadîth (p. 16).

[11] Voir : fatâwâ el ‘aqîda wa el manhaj (1/309).

[12] Voir : majmû’ el fatâwâ (3/320).

[13] http://www.al-sunna.net/articles/file.php?id=3559

[14] Voir : tahdhîb e-shirk wa mazhâiruhu (p. 18).

[15] http://www.khudheir.com/text/4072

[16]http://www.sahab.net/forums/index.php?showtopic=128683

[17] Voir : jawâb el îmân wa nawâqidhuhu de Sheïkh ‘Abd e-Rahmân el Barrâk

[18] Voir : jawâb el îmân wa nawâqidhuhu de Sheïkh ‘Abd e-Rahmân el Barrâk

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab
commenter cet article

commentaires

alain 12/09/2013 17:32

as salaamou 'alayka akhy al karym, pouvez rerappeler qui sont les quburites ? Allâhi jazyk

mizab 22/09/2013 07:42

wa fik baraka Allah !

alain 19/09/2013 23:13

d'accord baarakaAllâhoufyk

mizab 15/09/2013 15:31

wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

justement, ce terme est vague, il englobe ceux qui font du shirk asghar, ceux qui font du shirk akbar par ijtihad comme certains savants néo-ash'arites, et ceux qui font du ghulu comme les imamites et les soufi ghulat !

c'est là toute la difficulté du sujet, car mettre ces trois catégories dans le même sac, c'est réduire le sujet à une vision binaire !

wa Allah a'lam !

'abd al moneem 29/08/2013 19:12

assalmo'alayka wa rahmathollah,

voila quelque exemple qui sont présenté souvent de manière crue:

Shaykh Al Fawzân: le 5ème groupe de mourjias est apparu !
28 Août 2013
Les mourjias sont de 4 groupes:

Le 1er groupe: Les ghoulât al mourjias qui sont les jahmiya qui disent que la foi est une simple reconnaissance

Le 2ème groupe: Al Achâ'ira, qui sont ceux qui disent que la foi est le tasdiq par le cœur seulement même si il ne prononce pas par sa langue et ce n'est pas juste une connaissance

Le 3ème groupe: Les karrâmiya, qui sont ceux qui disent que la foi est la prononciation par la langue même si il ne croit pas par son coeur

Le 4ème groupe: Les mourjias al fouqaha qui sont ceux qui disent que la foi est une parole de la langue et une croyance du coeur et les actes ne rentrent pas dans la réalité de la foi

Et nous avons le 5ème groupe qui est apparue maintenant qui sont ceux qui disent que les actes sont une condition de perfection de la foi obligatoire ou de perfection de la recommandée (fin de citation)

Source : charh moukkhtasar 'ala al qasida al nouniya li ibn al qayim tome 2 pp 647-648

قال فضيلة الشيخ صالح الفوزان -حفظه الله- في التعليق المختصر على القصيدة النونية لابن القيم -رحمه الله- صفحة 647 و 648 من المجلد الثاني :

و المرجئة أربع طوائف :

الطائفة الأولى : غلاة المرجئة ، و هم هؤلاء الجهمية الذين يقولون الإيمان مجرد المعرفة .

الطائفة الثانية : الأشاعرة و هم الذين يقولون : الإيمان هو التصديق بالقلب فقط و لو لم ينطق بلسانه لا مجرد المعرفة .

الطائفة الثالة : الكرَّامية الذين يقولون : إن الإيمان هو النطق باللسان و لو لم يعتقد بقلبه .

الطائفة الرابعة : مرجئة الفقهاء الذين يقولون : إن الإيمان قول باللسان و اعتقاد بالقلب و لا تدخل الأعمال في حقيقة الإيمان .

و هناك فرقة خامسة ظهرت الآن و هم الذين يقولون : إن الأعمال شرط في كمال الإيمان الواجب أو الكمال المستحب.
Shaykh Abd Ar Rahmân Al Barrâk sur une ambiguïté des mourjias contemporains
28 Août 2013
Question:

يقول هل عدم تكفير تارك الأعمال الظاهرة بالكلية من أقوال أهل السنة ؟، و يقول هل تصح نسبة ذلك

Il dit, est-ce que l'absence du takfir de celui qui délaisse entièrement les actes extérieurs fait partie des paroles d'Ahl As Sounnah? Et il dit, est-il juste d'attribuer...

Shaykh Abd Ar Rahmân Al Barrâk:

لا لا، هذا قول المرجئة، نعم، هذا قول المرجئة، نعم

[Interrompant]

NON NON, c'est la parole des mourjias, oui ! C'est la parole des mourjias, oui! (fin de citation)

http://ia600301.us.archive.org/12/it...rak-murjia.wav
Chaykh Salih al ‘Aboud « questions et réponses autour de certaines croyances innovées » Question n°3
26 Août 2013
Question n°3

Question:

L'auteur de l'article cita les catégories de gens qui sortiront du feu par l'intercession (al chafa'a) et il cita parmi elles: " LA quatrième catégorie: la catégorie de ceux qui n'ont fait aucun bien, Allah les sortira du feu à cause de ce que contient leurs coeur comme foi et sincérité (ikhlâs) et par la pure miséricorde d'Allah et les gens du paradis les nommeront les rachetés d'Allah et ils diront faites les entrez au paradis sans acte qu'ils ont commis ni bien qu'ils ont devancé et ceci est une négation concerne les actes des membres pas les actes des coeurs comme ikhlâs at tawhîd (la sincerité du tawhid)......"

Quel est l'avis de votre éminence sur cela? Et est-ce possible que les actes des coeurs soient authentifiées tout en contredisant les actes des membres en ayant la capacité sans aucune interdiction [d'agir}?

Shaykh Sâlih Al 'Aboud:

Nous revenons au livre de la foi de shaykh Al Islâm ibn Taymiya (kitâb al imân) rahimahoullah, il cite par exemple concernant celui qui délaisse la prière que son jugement légal est la mise à mort excepté chez les hanafites la prison à perpétuité jusqu'à ce qu'il prie et ceux qui ont donné le jugement légal de le tuer sont les 3 imams (Mâlik, Châfi'i, Ahmed) mais certains d'entre eux ont dit on le tue par apostasie et d'autres parmi eux ont dit on le tue en application de la peine légale puis on la demandé et il dit: une personne qui est exposé à l'épée par le détenteur de l'autorité et son choix entre la prière et qu'on le tue et il chosit qu'on le tue, est-ce que ceci indique que la foi reste dans son coeur. La réalité c'est que je ne conçois pas que la foi authentique véridique dans le coeur s'oppose à ce qu'elle implique dans l'acte. Les mécréants qui reconnaissent la rouboubiya d'Allah 'Aza wa Jal et qu'Il est le Créateur, le Pourvoyeur, Al Moudabir puis ne mettent pas en pratique son droit en l'unifiant dans leurs actes d'adoration ont la preuve établie sur eux tout en ayant le tawhid rouboubiya je ne sais pas! Et cette parole que tu as cités, il n'y aucun doute que ce que je connais d'elle c'est qu'elle est narrée par les mourjias, nous demandons à Allah la guidée...

السائل : ذكر صاحب المقال أصناف الذين يخرجون من النار بالشفاعة و ذكر منهم (الصنف الرابع: صنف لم يعملوا خيراً قط، يخرجهم الله من النار بما في قلوبهم من الإيمان والإخلاص وبمحض رحمة الله، ويسميهم أهل الجنة عتقاء الله، ويقولون أدخلهم الجنة بغير عمل عملوه، ولا خير قدموه.وهذا النفي إنما هو لأعمال الجوارح لا لأعمال القلوب، ومنها إخلاص التوحيد. صرّح بهذا كله رسول الله -صلى الله عليه وسلم- الذي لا يقول إلا الحق، ولا ينطق عن الهوى.) فما رأي فضيلتكم في هذا ؟ و هل يمكن أن تتحقق أعمال القلوب و تتخلف أعمال الجوارح مع القدرة و عدم المانع ؟

الشيخ : لنرجع إلى كتاب الإيمان لشيخ الإسلام ابن تيمية رحمه الله ، يذكر مثلا تارك الصلاة أن حكمه القتل إلا عند الحنفية الحبس أبدا حتى يصلي . و الذين حكموا بقتله هم الأئمة الثلاثة لكن بعضهم قال : يقتل ردة و بعضهم قال : يقتل حدا . ثم تساءل و قال : شخص يعرضه ولي الأمر على السيف و يخيره بين أن يصلي أو بين أن يقتل فيختار القتل ، هل يدل هذا على إيمان باق في قلبه . فالحقيقة أنا لا أتصور أن إيمانا صحيحا صادقا في القلب يتخلف عنه مقتضاه من العمل . الكفار الذين يقرون بربوبية الله عز وجل و أنه الخالق الرازق المدبر ثم لا يلتزمون حقه في أن يفردوه بفعلهم التعبدي قامت عليهم الحجة مع توحيدهم في الربوبية فما أدري ! هذا الكلام الذي ذكرتَه لاشك أن الذي أعرفه أنه ينقل عن المرجئة فنسأل الله الهداية.dans cet article par exemple quand il a été posté il y avait le nom de cheikh rabee entre parenthèse a coté du mot "auteur" je pense qu'on c'est compris.

Shaykh Al Hâzimî sur les gens de l'innovation qui se font appelés "salafis"
6 Juin 2013
Shaykh Ahmed Al Hâzimî dit: " ...donc lorsqu'on dit "salaf" le sens voulu par cela est soit le minhaj ou l'époque et l'époque est limitée et finie et maintenant nous ne sommes pas à l'époque des salafs mais il ne reste que la seconde chose qu'est le minhaj la croyance et il n'y aucun doute que le minhaj rentre dans la croyance et si il en est ainsi de même toute personne qui est en conformité avec le Livre et la Sounnah selon la compréhension des salafs de la communauté est "un salafi" c'est-à-dire qu'est-ce qui est significatif? Le livre et la Sounnah selon la compréhension des salafs de la communauté, celui-ci est le salafi contrairement à la salafiya présente actuellement, contrairement aux salafiyas présentes en cette époque, celui qui suit untel est salafi..[..]..sous n'importe quel bannière vient la salafiya ! Ceux-la sont des innovateurs car ils les (des personnes) ont placés comme fondement...[...]Shaykh Al Hâzimî sur les gens de l'innovation qui se font appelés "salafis"
6 Juin 2013
Shaykh Ahmed Al Hâzimî dit: " ...donc lorsqu'on dit "salaf" le sens voulu par cela est soit le minhaj ou l'époque et l'époque est limitée et finie et maintenant nous ne sommes pas à l'époque des salafs mais il ne reste que la seconde chose qu'est le minhaj la croyance et il n'y aucun doute que le minhaj rentre dans la croyance et si il en est ainsi de même toute personne qui est en conformité avec le Livre et la Sounnah selon la compréhension des salafs de la communauté est "un salafi" c'est-à-dire qu'est-ce qui est significatif? Le livre et la Sounnah selon la compréhension des salafs de la communauté, celui-ci est le salafi contrairement à la salafiya présente actuellement, contrairement aux salafiyas présentes en cette époque, celui qui suit untel est salafi..[..]..sous n'importe quel bannière vient la salafiya ! Ceux-la sont des innovateurs car ils les (des personnes) ont placés comme fondement...[...]..ils l'ont placé comme base qui est le retour qu'ils appellent l'imam dans le jarh wa ta'dil, ils l'appellent imâm dans le hadith, ils l'ont appelé....appelle le comme tu veux parmi les noms mais si tu rattaches les gens à une personne et que l'alliance et le désaveu se fait en fonction de sa parole en acte ou par l'acceptation ou le délaissement .[..]..nous disons ceci est considéré comme faisant partie des innovations et le texte à ce sujet si ils suivent le minhaj du shaykh Al Islâm ibn taymiya, rahimahou Allah, Tâ' 'Âlâ, shaykh Al Islâm, dans plusieurs sujets ainsi que Ibn Al Qayim dans "i'lâm al mouwaqi'in", que celui qui place une personne autour de laquelle on s'allie et se désavoue en fonction de l'acceptation de sa parole ou de sa réfutation, on considère qu'ils font partie des gens des innovations et qu'ils ne font pas partie d'Ahl As Sounnah wa Al Jama'aet qu'ils ne sont pas sur le minhaj des salafs, comment peut ont dire qu'ils sont quoi? Qu'ils sont salafiyouns, ceci si nous regardons juste dans cette questions, qu'en est-il si nous regardons sur l'irjâ² dans le chapitre de la foi, et le tajahoum dans le chapitre du takfir....ceci est de pire en pire donc ce qui est voulu par la salafiya c'est ceux qui suivent le minhaj des salaf et comment le connaissons nous? En ayant sa croyance, son minhaj conformes au Livre et à la Sounnah avec la compréhension des Compagnons, qu'Allah Tâ 'Âlâ les agrée et pas juste en étant en conformité avec untel parmi les contemporains ou comme opposant si on le considère comme étant la balance, ils sont des innovateurs et ne sont pas salafis,..[...]...faites attention à cette question qui est de prendre comme balance la connaissance d'une personne si elle est salafie ou pas? Parce qu'untel l'a recommandée ou l'a élogée ou qu'untel l'a critiquée ou qu'il y'a deux paroles sur lui et quelle est la prépondérante....nous disons : "non" !

La considération se fait par quoi? La considération se fait par le minhaj des salafs, celui qui a sa croyance sur le chemin des salafs est le salafi, il se peut qu'il tombe dans certaines erreurs comme nous l'avons rappelé plusieurs fois , il se peut qu'il s'oppose dans certaines questions, ce n'est pas toute personne qui s'oppose qu'on considère comme étant quoi? Qu'on considère innovateur et qui est sorti des voies des pieux prédécesseurs...(fin de citation)

http://www.alhazme.net/articles.aspx?article_no=1796
Tag(s) : #Minhaj, ils l'ont appelé....appelle le comme tu veux parmi les noms mais si tu rattaches les gens à une personne et que l'alliance et le désaveu se fait en fonction de sa parole en acte ou par l'acceptation ou le délaissement .[..]..nous disons ceci est considéré comme faisant partie des innovations et le texte à ce sujet si ils suivent le minhaj du shaykh Al Islâm ibn taymiya, rahimahou Allah, Tâ' 'Âlâ, shaykh Al Islâm, dans plusieurs sujets ainsi que Ibn Al Qayim dans "i'lâm al mouwaqi'in", que celui qui place une personne autour de laquelle on s'allie et se désavoue en fonction de l'acceptation de sa parole ou de sa réfutation, on considère qu'ils font partie des gens des innovations et qu'ils ne font pas partie d'Ahl As Sounnah wa Al Jama'aet qu'ils ne sont pas sur le minhaj des salafs, comment peut ont dire qu'ils sont quoi? Qu'ils sont salafiyouns, ceci si nous regardons juste dans cette questions, qu'en est-il si nous regardons sur l'irjâ² dans le chapitre de la foi, et le tajahoum dans le chapitre du takfir....ceci est de pire en pire donc ce qui est voulu par la salafiya c'est ceux qui suivent le minhaj des salaf et comment le connaissons nous? En ayant sa croyance, son minhaj conformes au Livre et à la Sounnah avec la compréhension des Compagnons, qu'Allah Tâ 'Âlâ les agrée et pas juste en étant en conformité avec untel parmi les contemporains ou comme opposant si on le considère comme étant la balance, ils sont des innovateurs et ne sont pas salafis,..[...]...faites attention à cette question qui est de prendre comme balance la connaissance d'une personne si elle est salafie ou pas? Parce qu'untel l'a recommandée ou l'a élogée ou qu'untel l'a critiquée ou qu'il y'a deux paroles sur lui et quelle est la prépondérante....nous disons : "non" !

La considération se fait par quoi? La considération se fait par le minhaj des salafs, celui qui a sa croyance sur le chemin des salafs est le salafi, il se peut qu'il tombe dans certaines erreurs comme nous l'avons rappelé plusieurs fois , il se peut qu'il s'oppose dans certaines questions, ce n'est pas toute personne qui s'oppose qu'on considère comme étant quoi? Qu'on considère innovateur et qui est sorti des voies des pieux prédécesseurs...(fin de citation)

http://www.alhazme.net/articles.aspx?article_no=1796
Tag(s) : #Minhaj
ensuite deux jours après le nom de cheikh rabee n'apparaissait plus comme s'il essaye a travers ces écrits d' accusés certains savants de al irja en se servent des fatawas de nos savants.
bref de ce genre d'article il y en a des dizaines, j’espère avoir été compris!
j'ai trouvé aussi sur ce site des éloges en bien ou article par rapport aux cheikh rabee,cheikh al albani, je sais pas peut être que c'est la méthode qui est ambigu ou tous simplement je me trompe wallaho a'lam.

mizab 29/08/2013 19:47

wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

jazaka Allah kheir !

je ne savais pas, mais c'est exactement ce genre d'arguments qu'on affronte sur planète, comme dans les threads suivants :


http://www.planete-islam.com/showthread.php?67335-Shaykh-Jourbou3-sur-le-fait-de-prendre-la-science-de-cheikh-Ahmad-Bazmol

http://www.planete-islam.com/showthread.php?68197-Refutation-%E0-l-%E9gard-des-adeptes-de-l-excuse-par-l-ignorance

http://www.planete-islam.com/showthread.php?69721-Nouvelle-s%E9rie-quot-Takfir-entre-laxisme-et-exag%E9ration-quot-Al-Fawzan-Ibn-Baz-R%E2jihy

wa Allah el musta'en !

'abd al moneem 28/08/2013 19:08

assalmo'alayka wa rahmathollah,
jazak allah pour cet article.
Je voudrais que vous "jeter un oeil" sur le site: tout pour le musulman, que peut être vous connaissez déjà, il y a vraiment des articles pour le moins surprenant!concernant la question du 'udhr bi el jahl.

mizab 29/08/2013 16:46

wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

Amin !

wa anta kadhalik !

Non, je ne connais pas ce site, je connaissais la Maison de l'Islam, mais si tu pouvais me donner des exemples, jazaka Allah kheir !