Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 10:57

La plume contre les caricatures islamophobes

(Partie 3)

Réfutations aux conceptions erronées

1- Votre Prophète, assument-ils, nous prive de nos libertés qui nous permettent par exemple de boire du vin ou toute boisson enivrante à notre guise ! Nous disons : Allah est Grand ! C’est la preuve que notre législation est la bonne, c’est le signe que le Prophète (r) est juste envers l’humanité entière ! Les déclarations de médecins s’enchaînent les unes à la suite des autres pour dénoncer à toute la planète les mauvais effets et les dangers de l’alcool. Y a-t-il un intérêt dans le vin ? Il n’y en a aucun. Des sommes d’argent énormes sont investies pour en produire alors qu’on aurait pu les consacrer à cultiver la terre en faveur des pauvres ? Imaginez-vous les profits qu’il génère et qui pourraient être utilisé à bon escient ? Ils suffiraient largement aux plus démunis qui n’ont rien à manger. Sans compter les effets néfastes que l’alcool engendre. Quelles sont les séquelles qu’engendre l’alcool ? Il provoque des séquelles psychologiques à l’origine de crimes épouvantables comme le meurtre, l’adultère, le vol, et la dilapidation de l’argent. Il a déjà engendré la dislocation sociale et l’éclatement de la famille.

2- Parmi les principes de l’humanisme, c’est de laisser, voire d’encourager chacun à dire ce qu’il veut. Ainsi au nom de la liberté d’expression, ils appellent à la débauche et à la perversité. Si chacun à le droit de dire ce qu’il veut, il peut ainsi inciter à la débauche sans que personne ne l’en empêche. Sous le couvert de cette liberté, chacun a le droit de critiquer, de dénigrer, et de railler qui il entend. Nous disons en réponse que ce principe n’a aucun intérêt. Il porte plutôt préjudice. Ainsi, il incombe de dire que l’intérêt général est plus important que la liberté individuelle ; liberté qu’il faut absolument soumettre à des critères dans le but d’éviter qu’elle engendre des inconvénients considérables.

Nous pouvons constater que les médias, sous couvert de la liberté de la parole, sont à l’origine de méfaits considérables. Ils provoquent notamment la haine entre les gens ; tu me détestes et moi je te déteste, car tu me critiques et moi je te critique. Les journaux, par l’intermédiaire desquels tout le monde parle sur tout le monde, ont ouvert une très mauvaise porte ; chacun en profite pour régler ses comptes. Tout responsable qui ne remplit pas les aspirations d’un journaliste devient sa cible dans son journal en usant contre lui la calomnie et la diffamation. À sa prochaine visite dans son administration, il sera servi comme un roi. Ainsi, quel est l’intérêt d’avoir une liberté totale si celle-ci engendre autant d’inconvénients et si elle ne procure aucun avantage ? Il faut donc la soumettre à des critères.

3- Ils disent entre autres que votre Prophète prône la persécution religieuse et il impose la conversion forcée des peuples. Ils n’ont pas dû lire le Verset : (nulle contrainte en religion ; la bonne voie s’est distinguée de la mauvaise).[1] C’est vrai que nous commandons le bien et la vertu comme le révèle le Verset : (qu’une partie d’entre vous prêche le bien, qu’ils ordonnent le bien et interdisent le mal ; ceux-là sont les bienheureux).[2] C’est vrai que nous n’aimons pas que le mal se répande au cœur de la communauté par les moyens de communication qui nous l’affichent. Cependant, la religion musulmane recherche l’intérêt de la communauté et la protège contre tout inconvénient.

Il ne s’agit pas de laisser régner l’anarchie, en rendant publics les moyens de faire le mal. Il faut absolument soumettre la question à des critères religieux. Si l’on se penche sur l’histoire des adeptes de l’Islam, on pourra constater que les non-musulmans vivaient au milieu d’eux, et cela même à l’époque du Prophète (r). Les juifs ne vivaient-ils pas à Médine ? Cependant, comme ils ne respectèrent pas les engagements qui les liaient au Prophète (r), ils furent expulsés de la ville par leur propre faute. Le Prophète (r) n’était-il pas en relation avec des non-musulmans qu’il traitait de la meilleure façon ? L’histoire le vérifie. C’est pourquoi, après sa mort, les musulmans l’imitèrent en ayant toléré en leur sein un nombre non négligeable de non-musulmans.

Mais les non-musulmans qu’ont-ils bien pu faire ? Où se trouvait l’Inquisition ? Quel fut le sort des musulmans jugés par les tribunaux de l’Inquisition ? Qu’a-t-on fait subir aux adeptes de l’Islam vivant dans les pays asiatiques qui étaient dans le giron de l’Union Soviétique ? Quelle peine y réservait-on à celui qui lisait le Coran ou qui faisait simplement sa prière ? Quel sort lui était-il réservé ? Les événements historiques parlent d’eux-mêmes. Faisons une comparaison même à notre époque entre le traitement des minorités non musulmanes en terre d’Islam et celui des musulmans qui croupissent dans les prisons étrangères. Quel sort leur y est-il réservé ? Où est-elle cette répression confessionnelle ? Où est l’injustice ? Chez qui se trouve-t-elle ? Chez les musulmans ou bien chez leurs détracteurs ?

Le Prophète (r) veillait à bien traiter les partisans des autres confessions. Il visitait leurs malades sans se soucier de leur âge. Vous connaissez très bien le hadith rapporté par Anas, et selon lequel un garçon juif qui servait le Prophète (r) tomba malade. Le meilleur des hommes alla chez lui. Il s’assit devant lui pour lui insuffler : « Embrasse l’Islam ! » L’enfant regarda un instant son père qui lui dit : « Obéis à Abû el Qâsim ! » C’est alors qu’il se convertit juste avant de rendre l’âme. En sortant le Prophète (r) s’exclama : « Louange à Celui qui l’a sauvé de l’Enfer ! »[3] Il n’avait donc aucune animosité personnelle à leur encontre, car à peine l’un d’eux se convertit-il qu’il manifesta sa joie.

Qu’est-ce qu’il y avait entre eux ? Pourquoi le Prophète (r) fut-il heureux si de cette conversion ? Parce que l’animosité qui existait entre eux n’était pas poussée par des raisons personnelles. Le sentiment d’amour et de haine en Dieu est un principe islamique ressenti par tous. Le fait que nous ne tolérons pas et que nous ne reconnaissons pas la religion des autres, ce n’est faire preuve d'aucunes injustice – Nous savons en effet qu’elles sont fausses et qu’elles vont à l’encontre de la vérité –.

Eux-mêmes éprouvent le même sentiment à notre égard, à la différence où ils s’obstinent à refuser et à délaisser la vérité comme Allah (I) nous l’apprend en disant : (Ceux à qui Nous avons donné le Livre, le connaissent comme ils connaissent leurs propres fils et une partie d’entre eux cachent la vérité alors qu’ils la connaissent. La vérité vient de Ton Seigneur, ne sois donc pas sceptique).[4]

Il est possible également qu’ils ne réfléchissent pas réellement à la chose. Ils ne doivent pas méditer sur les preuves coraniques et les preuves spirituelles que renferment le Coran et la sunna prophétique et qui démontrent que l’Islam est la vraie religion.

Si cela est clair, lequel d’entre nous pose un mauvais regard sur l’autre ? Est-ce ceux qui respectent les prophètes et qui se comportent objectivement envers la vérité conformément au Verset : (la haine que vous éprouvez à l’égard de certains gens qui vous empêchent de vous rendre à la Mosquée sacrée ne doit pas vous rendre hostile ; entraidez-vous plutôt à la piété et à la vertu).[5] Ou bien est-ce ceux qui critiquent et dénigrent les prophètes ? Lequel de ces deux regards que chacun pose sur l’autre, est-il alors contestable ? Est-ce celui de ceux qui suivent le Prophète (r) en cherchant à faire adhérer les adeptes des autres religions à l’Islam et en leur exposant la vérité avec les preuves à l’appui ? Ou bien celui de ceux qui s’acharnent impitoyablement sur les autres sans s’appuyer sur aucune preuve ni aucun argument ?

Quel est le devoir du musulman face aux caricatures ?

Nous pouvons ici poser une question cruciale qui doit nous pousser à la réflexion. Autrement dit, quel est notre devoir envers ce genre de campagnes ?

Premièrement : la première chose à faire pour les contrer, c’est d’étudier sérieusement le Coran et la sunna et de bien méditer sur le sens de leur message. Ceux-ci contiennent le remède à même de les réfuter. Il nous incombe de revenir au sens du Livre d’Allah pour comprendre tel ou tel terme. Il faut revenir également à la Tradition du Prophète (r) ; tel est le moyen le plus efficace pour répondre à ces attaques qui avaient déjà lieu à l’époque de la Révélation ; comment le Coran s’est-il alors comporté face à cette situation ? Comment le Prophète (r) a-t-il réagi face à celle-ci ? Il est primordial d’étudier sa méthode et de s’y conformer.

Deuxièmement : il faut deuxièmement montrer la vraie image de l’Islam et de son Prophète (r), et devenir ainsi des prêcheurs qui appellent à la religion d’Allah ; nous serons ainsi concernés par la Parole du Très-Haut : (Y a-t-il une plus belle parole que d’appeler à la religion d’Allah, de s’adonner aux bonnes œuvres, et de déclarer : je compte parmi les musulmans).[6] Nous aurons ainsi l’honneur de répondre à l’ordre qu’Allah commande à travers le Verset : (Appelle au chemin de Ton Seigneur avec sagesse, et en ayant le beau sermon, et polémique avec eux de la meilleure façon).[7] (Appelle à cela et suis le droit chemin comme il te l’a été commandé).[8]

Nous serons ainsi concernés par les paroles suivantes du Prophète (r) : « Quiconque montre une bonne voie, aura la même récompense que celui qui la met en pratique, et cela jusqu’au jour de la Résurrection. »[9] Il (r) a dit également : « Qu’Allah guide un seul homme par ton intermédiaire vaut mieux pour toi que la meilleure des richesses (mot-à-mot : un chameau roux, ndt.) ».[10] Si défendre l’honneur d’un musulman quelconque mérite une récompense immense alors que dire s’il s’agit de l’honneur du Prophète (r) ? Ce dernier déclare en effet : « Le Jour de la Résurrection, Allah défend contre l’Enfer le visage de quiconque défend l’honneur de son frère sur terre. »[11]

Troisièmement : nous devons aussi affronter ce genre d’attaques, en nous accrochant convenablement à la religion musulmane. L’objectif de ces campagnes c’est bel et bien de nous détourner de celle-ci et de lui donner une mauvaise image. Pour entraver cet objectif, il suffit donc de s’y accrocher fermement dans l’espoir de gagner la récompense éternelle, et l’Agrément du Seigneur de l’Univers. Allah (Y) va ainsi nous protéger contre leur complot, car comme Il le dit Lui-même : (en dehors de quelques nuisances, ils ne vous feront aucun mal).[12] Les « nuisances » correspondent aux mauvaises paroles qu’ils profèrent. Leur nuisance est donc verbale. Votre sort n’est pas entre les mains de vos ennemis, il ne dépend pas de leurs complots, ni des caricatures mensongères qu’ils divulguent. Cependant, nos péchés sont à l’origine de nos malheurs. Si nous voulons alors gagner l’Agrément du Seigneur, la victoire, le bien-être, et le bonheur sur terre et dans l'au-delà, nous devons absolument nous repentir de nos mauvaises actions. Grâce au repentir sincère au Seigneur, rien ne peut nous atteindre de la part de nos ennemis.

Quatrièmement : Nous devons nous rapprocher d’Allah à travers la patience qui est un acte de dévotion. Il ne faut surtout pas s’affoler face à ce genre d’attaques. Allah (Y) commande et encourage la patience à travers le Verset : (Vous allez entendre beaucoup de mauvaises choses de la part de ceux qui ont reçu le Livre avant vous et des païens ; si vous patientez et craignez Allah, c’est alors faire preuve de résolution).[13] Nous devons donc nous armer de patiente dans ce genre de situation.

Nous devons également en réaction à ces campagnes mensongères mettre en garde contre les opinions fausses et refuser le faux en général. En parallèle, nous devons montrer aux gens la vérité et les bonnes choses. De plus, nous devons sanctionner toute personne qui répètent et divulguent ces paroles complètement fausses, par dévotion envers Allah (Y) d’une part. D’autre part, c’est faire preuve de compassion envers une telle personne qui risque de prendre des péchés.

C'est pourquoi nous devons la punir pour la dissuader à l’avenir de répandre ces caricatures mensongères et ignobles. Si quelqu’un demande en quoi consiste la punition. Nous pouvons répondre qu’il existe plusieurs sortes de punition ; tout moyen pouvant endiguer efficacement ces propagandes ignobles, est en lui-même un moyen de se rapprocher d’Allah (U). En outre, il est susceptible de faire gagner une récompense à son auteur. Il est possible de frapper leurs marchandises d’un boycott ; si quelqu’un fait cela en quête de la récompense divine, nous lui souhaitons qu’il l’obtienne. Son geste fut motivé en effet par l’envie de mettre fin à cette propagande et à ses caricatures mensongères. Nous disons qu’une telle ambition mérite la récompense d’Allah (Y) et nous souhaitons à son auteur de recevoir Sa récompense.

Si cela est clair, il faut savoir qu’il n’est pas pertinent de répondre à ces provocations en se laissant dominer par nos impulsions et sans se référer au savoir religieux. Certains gens s’imaginent à tort qu’ils ripostent légitimement à ces attaques. Ils sont plutôt susceptibles d’obtenir des résultats contraires.

Je m’explique à travers plusieurs exemples. Quel est l’intérêt entre autres de brûler le drapeau de certains pays, ou de malmener certaines personnes sous prétexte qu’elles sont les ressortissantes de ces pays ? Qui a permis de faire une chose pareille ? A-t-on le droit de faire cela ? Est-ce que la religion autorise de brûler et de saccager des biens matériels ? Il faut bien réfléchir avant d’agir. Il faut régir nos réactions en fonction des normes de la religion en se référant aux savants qui vont nous indiquer si telle chose est tolérée ou non. Allah (Y) révèle à ce sujet : (S’il vous vient une nouvelle rassurante ou inquiétante, ils s’empressent de la répandre, mais s’ils l’avaient soumise au Messager et au détenteur de l’autorité parmi eux, leurs savants l’auraient éludée. Si ce n’était la Grâce d’Allah et Sa Miséricorde, vous auriez tous suivi Satan à l’exception d’une poignée d’entre vous).[14]

Il nous incombe certes de faire face à ces campagnes, mais en respectant les indications des textes du coran et de la sunna. Il ne faut pas se hasarder à commettre des actes contraires à la Législation divine. Le savoir religieux établi sur des règles précises doit guider nos impulsions.

J’implore Allah (Y) de nous accorder à tous de faire le bien et qu’Il fasse de nous tous de bons guides ! Qu’il arrange la situation de notre nation et qu’Il ramène ses membres à Sa religion de la plus belle façon ! Comme j’implore le Tout-Puissant de nous préserver du tort occasionné par ce genre de campagne mensongère ! Je L’implore d’améliorer la situation de la nation ! Voilà, mais certes Dieu Seul le sait ! Qu’Allah salue et prie sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et ses Compagnons !

Par : Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/

http://www.mizab.org/

[1] La vache ; 265

[2] La famille d’Imrân ; 104

[3] Rapporté par el Bukhârî (1356).

[4] La vache ; 146-147

[5] Le repas céleste ; 2

[6] Les Versets détaillés ; 33

[7] Les abeilles ; 125

[8] La concertation ; 15

[9] Rapporté par Muslim (1893), selon Abû Mas’ûd el Ansârî (t).

[10] Rapporté par el Bukhârî (4210) et Muslim (2406), selon Sahl ibn Sa’d (t).

[11] Rapporté par Ahmed (27543) et e-Tirmidhî (1931), selon Abû Dardâ (t).

[12] La famille d’Imrân ; 111

[13] La famille d’Imrân ; 186

[14] Les femmes ; 83

Partager cet article

Repost 0
Publié par mizab
commenter cet article

commentaires

hamza 16/01/2015 12:39

Tu écris :
"Y a-t-il un intérêt dans le vin ? Il n’y en a aucun."
Sans revenir sur le jugement lié à l'alcool, n'est ce pas en contradiction avec le verset : (traduction des sens)
"Ils t'interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis: «Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l'utilité"

Qu'Allah bénisse ton travail et te récompense en bien.
Salam aleyka wa rahmatuLlah

mizab 16/01/2015 12:46

wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

Amin wa anta kadhalik !


Pour ta remarque, oui, j'y ai pensé, mais peut-être que l'auteur voulait dire l'une des deux choses suivantes :

1- C'est une procédé rhétorique pour amplifier son idée et pour dissuader en l’occurrence de boire de l'alcool !

2- Il n'y a aucun intérêt comparativement aux inconvénients énormes qu'il engendre ; ainsi, des intérêts aussi insignifiants sont comme inexistants !

Wa Allah a'lam !